L’art à Venise, de Véronèse à Puliafico

L’art n’est pas forcément dans un tableau, dans une sonate ou au travers d’une sculpture de grès, l’art est dans chaque détail du quotidien. S’il y a bien une ville où l’art suinte de tous les recoins, c’est bien Venise.

VENISE SAN GIORGIO MAGGIORE

Avec son architecture complexe en passant par les nombreux musées et galeries qu’elle héberge ou encore les expositions qu’elle accueille, l’art à une place prépondérante dans la culture vénitienne. D’ailleurs, la cité des Doges a toujours été le fief de nombreux artistes de divers courants artistiques au fil des siècles. Et jusqu’à présent, des écrivains, des musiciens et des sculpteurs s’y réfugient pour trouver l’inspiration ou s’en inspirent littéralement dans leurs œuvres.

L’art vénitien au fil des années

De la musique à la littérature, en passant par la peinture et la sculpture, l’art a toujours fait partie de la culture vénitienne et est omniprésent à Venise. On le retrouve dans l’architecture travaillée de ses basiliques, sur les sculptures ornant ses palais et ses édifices religieux ou encore décorant les façades des maisons bordant ses canaux. Parmi ceux qui sont devenus des incontournables, on citera le célèbre Bossu du Rialto et son escalier, pétri et sculpté des mains du célèbre Pietro Grazioli. Cette quête de l’esthétique dans toute chose trouve son origine dans une tradition multiséculaire. Entre le XVe et le XVIIIe siècle, Venise abritait les plus grands talents de ce monde, à ne citer que le peintre Giambattista Tiepolo ou encore le fameux sculpteur Andrea Brustolon. D’ailleurs, la civilisation vénitienne a toujours baigné dans l’art si l’on se réfère aux tableaux inspirés du thème byzantin de Paolo Veneziano.

La Renaissance italienne a tout particulièrement marqué Venise, comme la plupart des villes italiennes d’ailleurs. Durant cette période, elle a accueilli des artistes de tous horizons, enrichissant dans la foulée sa scène artistique. Les siècles passant, Venise se complait dans ce rôle de muse et de terre d’adoption des artistes nomades. Aujourd’hui encore, l’art moderne y est célébré sous toutes ses formes. Ce, par le biais de nombreuses galeries d’art, de représentations théâtrales, de concerts, de spectacles de rue et d’événements artistiques comme le carnaval, la biennale ou encore la Mostra. Source d’inspiration inépuisable pour de nombreux artistes, mais aussi pour les amateurs d’art de tout genre, Venise a encore beaucoup à offrir.

L’art au cœur de la cité des Doges

L’architecture de la sérénissime ressemble à une toile de maître où se côtoient le style Byzantin, le néo-gothique, le classicisme et la Renaissance. Ces diverses influences se remarquent sur chaque bâtisse, palais et église, mais aussi sur ses ponts. Le style évolue au fil des années, mais l’ensemble rend toujours cette harmonie propre à Venise. On retiendra notamment l’architecture magnifique du Palais des Doges et la fameuse sculpture de l’Ivresse de Noé qu’il abrite et qui a été réalisée par Matteo Raverti. L’église San Zaccaria suscite également l’admiration avec son architecture qui mêle l’art gothique et le style Renaissance. La magnifique façade en trompe-l’œil de la Scuola di San Marco, la statue du Colleone ou encore la Fortune de la Dogana da Mar et ses Atlantes, de Benoni viennent par ailleurs témoigner de la beauté de la cité.

Venise a conservé toute son histoire à travers son patrimoine et si le cœur de la ville recèle bon nombre de ses trésors, ce n’est pas le seul qui mérite le détour. Le Palais de Ca’ d’Oro situé dans le quartier de Cannaregio bordant le Grand Canal compte parmi les principaux vestiges de l’époque byzantine. Il en va de même pour la technique de fabrication du verre incalmo qui fait notamment la renommée de l’île de Murano dans le monde entier. Et quand on parle de Murano, on ne peut décemment ne pas citer Burano et la fabrication de dentelle qui remonte au XVIe siècle. En effet, Venise n’est pas célèbre que pour son architecture et ses sculptures, la dentellerie et la verrerie font partie intégrante de son patrimoine.

L’art à travers la musique

Les Vénitiens ont également cultivé l’amour de la musique au fil des siècles. Vers le XVIe siècle, des artistes tels qu’Andrea Gabrieli révolutionnent les orchestrations tandis qu’au XVIIe, l’art de la composition et de l’expression lyrique est mis en avant. Des artistes tels que Claudio Monteverdi en sont d’ailleurs des représentants de la première heure. Au XVIIIe, l’art baroque a été retranscrit dans les sonates, s’ensuit la popularité de l’opéra avec notamment Baldassare Galuppi et Vivaldi. Ce dernier a d’ailleurs marqué la musique vénitienne et est devenu l’un des compositeurs de concertos les plus célèbres au monde.

Au-delà de ces artistes uniques, la cité des Doges est aussi connue pour ses conservatoires, les fameux Ospedali qui apparaissent pour la première fois vers le XVIIIe siècle. Vivaldi y enseigna particulièrement le violon et de nouveaux musiciens y sont formés pour prendre la relève. Parmi eux, on retrouve la violoniste de talent, Maddalena Lombardini Sirmen.

On ne peut décemment pas non plus ne pas citer l’opéra lorsqu’on parle de musique à Venise. Mélangeant tous les arts et très présent dans sa culture, l’opéra a toujours eu une place de choix sur sa scène artistique. Le premier opéra remonte notamment au XVIIe siècle au Teatro di San Cassiano et à cette période, Monteverdi et Francesco Cavalli comptèrent parmi les plus illustres auteurs. Au fil des années, des maisons d’opéras apparaissent ici et là. Voyant que la concurrence bat son plein, l’Accademia degli Animosi choisit alors de réformer le secteur et de restructurer l’opéra. La Fenice de Venise vient notamment témoigner de ces années de gloire. Construit au XVIIIᵉ siècle dans le style néo-classique, l’opéra tire sa beauté de ses loges décorées de rouge et d’or et se pose comme une belle représentation de la culture vénitienne. L’opéra Palazzo Barbarigo Minotto est également une référence dans le domaine.

La beauté dépeint dans les peintures : de la toile aux étoiles  

On retrouve toute l’évolution de l’art vénitien dans les peintures. Tout en poésie, la plupart des toiles des grands maîtres se remarquent par la dominance des couleurs et d’un jeu de lumière, leur rendant une certaine sensualité. La majorité des peintures de Venise ont puisé leur inspiration sur le thème byzantin, particulièrement sur le sujet de la Vierge à l’Enfant. Au XIVe siècle, Paolo Veneziano fut l’un des premiers à s’affranchir des règles, à reproduire dans ses toiles des influences empruntées à l’art occidental.

Au XVe siècle, Pisanello et Guariento mettent le style gothique à l’honneur. Les maîtres Bellini père et fils ainsi que Carpaccio ont ensuite introduit la notion de perspective pendant la Renaissance. À cette même période, Venise, comme la plupart des grandes villes d’Italie, à ne citer que Florence et Rome, était un centre culturel majeur. De nombreuses écoles d’art y ont ouvert leurs portes et des associations d’artistes ont vu le jour pour la promotion de leurs œuvres. Ce fut une période faste où les artistes de tout genre s’adonnaient à leur art en toute simplicité et les faisaient partager aux Vénitiens lors d’expositions à ciel ouvert. De grandes familles vénitiennes, connues pour leur amour de l’art, sont devenues les mécènes de ces événements. Les Contarini, les Grimani et les Vendramin comptèrent notamment parmi les plus célèbres donateurs de cette période. Les artistes ont également pu compter sur des institutions caritatives pour le financement de leurs œuvres.

Vers le XVIe, Giorgione révolutionne l’art en introduisant la notion d’abstrait dans ses tableaux. C’est d’ailleurs à cette même période que Venise accueille des peintres de talent dans ses écoles d’art, à ne citer que Titien qui s’est fait connaître par ses œuvres où les couleurs priment sur la forme. On se souviendra aussi de Le Tintoret et ses tableaux reconnaissables par leur ambiance souvent dramatique renforcée par une lumière blafarde. Choix vivement assumé, mais fort critiqué à l’époque vu ses inspirations bibliques. Comme le ying a son yang, Véronèse a apporté quant à lui des couleurs lumineuses et emplies de gaieté dans ses œuvres. Au XVIIIe, Piazzetta, Ricci et Tiepolo s’approprient le courant baroque et ornent les murs et les plafonds des églises de leurs fresques magnifiques. Vient ensuite l’ère des portraitistes. Ce, avant que n’arrivent au XXe, des artistes plus ouverts aux courants occidentaux comme Moggioli et Rossi, qui feront par la suite la renommée de l’École d’art de Burano.

Quand Venise fait son cinéma

La beauté de Venise est telle qu’on la retrouve aussi bien dans la littérature que dans des œuvres cinématographiques au fil des siècles. Son histoire, son architecture et surtout, sa beauté ont toujours inspiré de nombreux artistes au fil des ans. Depuis les chroniques de Salimbene d’Adam au Moyen-Âge en passant par Dante Alighieri qui fait mention de l’Arsenal de Venise dans l’Enfer, la première partie de la Divine Comédie ou encore Shakespeare qui dépeint un portrait des Vénitiens dans le Marchand de Venise, elle a toujours été sous les lumières. La cité des Doges apparait également dans des ouvrages culturels, à ne citer que le Voyage en Italie de Goethe ou encore le Journal d’un voyageur de George Sand. La liste des œuvres est encore longue et jusqu’à présent, Venise est toujours citée, décrite et glorifiée dans les livres. De nombreux romans de jeunes écrivains contemporains comme celui de Philippe Sollers, Trésors d’amour, où les protagonistes vivent à Venise, adorent les livres, la musique, les tableaux et les balades en bateau.

Au cinéma, Venise a aussi été le décor de nombreux films. Adorée pour son ambiance magique et ses décors magnifiques, elle a accueilli les tournages de plusieurs grands titres du cinéma. Le danseur du dessus fut le premier à avoir réalisé en 1935 et c’était une comédie musicale signée par Mark Sandrich. Entre 1940 et 1954 se sont enchainés les documentaires dont quelques-uns réalisés par Francesco Pasinetti ou encore le célèbre Roméo et Juliette de Castellani. Parmi les grands chefs-d’œuvre tournés à Venise, on citera également Mort à Venise de Visconti 1970 et Casanova de Fellini en 1976. Jusqu’à aujourd’hui, les réalisateurs de renom comme Florian Henckel von Donnersmarck et son fameux The Tourist avec Johnny Depp et Angelina Jolie en 2006 ou encore Casino Royale, le 21e volet de James Bond signé par Martin Campbell en 2010.

Les événements artistiques qui font la renommée de Venise

L’art est encore bel et bien présent à Venise et d’ailleurs, elle accueille la Biennale de Venise ainsi que la Mostra de Venise. Ce sont deux festivals reconnus dans le monde entier comme étant des événements incontournables et qui sont devenus les rendez-vous des artistes de tous azimuts.

La Biennale de Venise est notamment considérée comme l’une des manifestations artistiques les plus prestigieuses au monde. Lancée en 1893, l’exposition met en avant de nouveaux artistes et de nouveaux concepts d’art. L’événement a été imaginé par le conseil municipal de Venise lors de la célébration des 25 ans de mariage du roi Humbert Ier et de Margerite de Savoie. Ce n’est qu’en 1895 qu’elle a eu lieu et fut nommée « Exposition internationale d’Art de la Cité de Venise » avant d’adopter l’appellation Biennale deux ans après. Les premières éditions se déroulèrent aux Giardini, les magnifiques jardins situés dans le quartier du Castello puis vers 1905, une série de pavillons furent construits pour accueillir chaque pays invité. Désormais, la Biennale de Venise se déroule dans les jardins des Giardini et l’Arsenal.

Outre la Biennale, il faut savoir que la cité des Doges accueille chaque année, divers festivals de musique et événement artistiques de choix. Parmi eux, on citera le festival international de musique contemporaine ou encore la Mostra de Venise qui célèbre l’art cinématographique. Cette dernière se déroule notamment sur l’île du Lido, toujours dans le cadre de la Biennale de Venise. Rappelons que la Biennale de Venise commençât à accueillir d’autres formes d’art dont la musique et le théâtre vers les années 1930 et le cinéma en 1932. Elle s’étend ensuite à l’architecture (1980) et la danse (1999). Parmi eux, c’est le festival du film de Venise, aussi connu sous l’appellation de « Mostra de Venise » qui gagne le plus à être connu. La première édition du festival de film s’est déroulée lors de la 18e Biennale de Venise qui s’est déroulé sur la terrasse du prestigieux grand Hôtel Excelsior de Venise. Désormais, il est organisé dans le Palais du Cinéma, sur le Lido de Venise. À noter que la Mostra de Venise n’a récompensé des réalisateurs, auteurs et autres scénaristes que vers 1949 où le fameux Lion d’Or a été créé. Aujourd’hui, le festival compte parmi les événements les plus prestigieux du 7e art.

Le carnaval de Venise

On ne peut également pas parler d’art sans mentionner le fameux carnaval de Venise que la ville cultive depuis plus de mille ans. Si les célébrations dans la forme actuelle du carnaval étaient déjà courantes au Xe siècle, ses origines remontent un peu plus loin dans le temps. D’origine gréco-romaine, le carnaval était représenté par des divertissements pour le peuple vénitien en l’an 1094. Ce n’est qu’en 1979 que le Carnaval vénitien bénéficie du soutien de certaines institutions et devient ainsi l’un des événements les plus attendus de l’année. Entre les spectacles publics dans les rues, les manifestations dans les palais et les divertissements privés tels que les bals et les concerts baroques rythment ainsi la période du carnaval. D’ailleurs, les bals débutent avec la fête vénitienne sur l’eau, dans le canal de Cannaregio. Viennent ensuite les événements phares comme le vol de l’ange de Venise et la fête des Maries qui se tiennent sur la Piazza San Marco et le campanile de San Marco.

Le carnaval est aussi connu pour ses masques. À Venise, la fabrication de masques artisanaux date depuis l’an 1200. Au fil des siècles, notamment dans le VIIIe siècle, les mondains les portaient lors des grands bals puis le jour du carnaval, cela permettait à tout un chacun de se glisser dans l’anonymat et de briser les barrières sociales. Il est intéressant de rappeler que les masques de carnaval peuvent être soit traditionnels, soit empruntés au style théâtral. Parmi les plus connus, il y a la dame vénitienne, la reine de cœur du Carnaval vénitien ou encore le larva tout en blanc. La Moretta ainsi que le masque de médecin de la peste avec ses airs d’oiseaux. Ceux qui sont liés à la Commedia dell’arte sont plus répandus, on y retrouve l’Arlequin et le Brighella, Pantalon, le Docteur, ainsi qu’Isabella et Colombine. Jusqu’à aujourd’hui, le carnaval a lieu tous les ans au mois de février et attire des touristes du monde entier.

Venise, la cité de l’art

Son passé glorieux, les artistes qui y ont trouvé une terre d’adoption, les ruelles qui abritent des éléments architecturaux uniques et la richesse culturelle de Venise font d’elle, une ville d’art. En effet, l’art y est omniprésent et les nombreux musées et galeries d’art viennent conforter ce constat. Des musées d’art moderne et contemporain comme la Punta Della Dogana et la galerie internationale d’art moderne au palais Ca’ Pesaro vous feront découvrir des pièces d’avant-garde tandis que le musée del Settecento Veneziano et le Palais des Doges vous racontent l’histoire de Venise. Parmi les galeries d’art incontournables, on citera la Flora Bigai Art Gallery Frezzeria, la galerie d’Art Contini ou encore le Bac Art Studio.

Venise est une œuvre d’art à elle seule et ceux qui ont eu l’occasion de la visiter le savent, elle est d’une beauté enivrante. L’art s’y perpétue et s’y vit au rythme des gondoles et s’il y a mille ans, la sérénissime vibrait déjà aux sons de la musique et des danses populaires, elle le sera encore dans les mille ans à venir.

La Rédaction

 

VENISE

Vue de la Villa Pisani

_________

Ci-dessous ...

 Le tapis rouge bloqué par un mur à la Mostra de Venise 2020,

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 17/11/2022

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×