Allende Martín: "Les femmes jouent un rôle de plus en plus ...

important dans la communication politique"

La fondatrice de CompoLider récompensée en tant que femme influente de l'année lors des Napolitan Awards

Allende Martín s'est spécialisée dans la communication politique. Il a fondé sa propre société de conseil, CompoLider, et depuis dix ans, elle a tenu des réunions de communication politique avec des dirigeants éminents de ce pays comme Antonio Garriguez Walker, des hommes politiques comme Begoña Villacís, Pablo Casado, Alberto Sotillos ou des journalistes et analystes de la stature d'Enric Juliana ou Fernando Lázaro. Elle a également reçu le prix Napolitain, qui est décerné aux meilleurs communicateurs politiques. 

Que signifie le fait d'avoir été élue femme influente de l'année aux Napolitan Awards ? Quelle est votre évaluation de votre carrière professionnelle jusqu'à l'attribution de ces prix ? 

C'est une joie et un honneur immenses que de recevoir ce prix, qui porte le nom de Joseph Napolitan, père de la société de conseil en communication politique dans le monde. Napolitain, tout au long de sa carrière, a conseillé plus de 100 politicien, dont les Kennedy. Les prix Napolitains récompensent le professionnalisme des consultants et conseillers en communication politique.
Ce prix est le symbole et la reconnaissance de tout le travail accompli depuis plus de quinze ans et surtout en cette dernière année dans CompoLider. 

Qu'est-ce que c´est CompoLider ? 

CompoLider est une plateforme d'analystes et de professionnels du monde de la communication, de la politique et du leadership, pour promouvoir et donner de la visibilité à la communication politique. Dans CompoLider, nous rencontrons et analysons la situation actuelle grâce à des débats avec des personnalités de haut niveau issues de la politique, des affaires et du leadership. Et le magazine CompoLider rassemble des contenus provenant de professionnels très pertinents de ces secteurs et ayant également une formation en prise de parole en public, en discours et en leadership.

Les femmes gagnent-elles en importance dans la communication politique ou est-ce encore un monde d'hommes ? Quelles références féminines souligneriez-vous ? 

Oui, les femmes sont de plus en plus présentes dans ce secteur, tant dans le conseil en communication au niveau des entreprises et des institutions que dans les partis et formations politiques et les campagnes électorales. Il est essentiel que nous atteignions cette parité. Le fait que nous ayons reçu le prix de la femme influente de l'année contribue à rendre les femmes visibles dans cette profession.  

Nous avons de grandes références en matière de communication politique, comme la présidente de l'Association latino-américaine des consultants politiques (ALACOP), Marilú Brajer, et la présidente de l'ACOP en Espagne. Il y a beaucoup de femmes consultants en Espagne et en Amérique latine, et entre toutes, nous donnons de la visibilité et faisons de la place dans le conseil politique. 

ALLENDE MARTIN

Quels sont, selon vous, les principaux échecs de nos dirigeants politiques en matière de communication ?

Quel impact cela a-t-il sur notre vie quotidienne ?

Les politiciens doivent être proches et empathiques. Ils doivent faire preuve de compassion, comme l'a dit Roy Campos, l'un des principaux consultants mexicains. Et je pense que oui. Nous sommes confrontés à une grande crise, celle du COVID, dans laquelle nous avons vu comment certains leaderships ont été renforcés, mais d'autres ont été affaiblis. De nouveaux leaderships sont également apparus. Ceux qui nous ont été proches ont planifié et géré la crise et, surtout, ont pris l'initiative pour et par le citoyen.  

Les défaillances de communication, en particulier dans cette pandémie, affectent la crédibilité et la confiance du dirigeant auprès des citoyens. Il y a une grande polarisation et une grande désaffection des citoyens à l'égard des politiciens et des dirigeants. Il est très important, aujourd'hui plus que jamais, que la proximité, la transparence et l'empathie soient au rendez-vous.  

Quels sont les défis de la communication politique dans cette pandémie ? Quelle est l'importance de la communication politique en temps du coronavirus ?

Information et transparence. Que les citoyens se sentent en sécurité et soutenus et que les informations qu'ils reçoivent sont correctes. Vous devez noter qu'il y a une unité de la part des politiciens pour aller de l'avant. Cela renforce encore plus la démocratie. Dans cette pandémie, en tant que crise sanitaire, sociale et économique, le défi sera d'être proche en communiquant de manière transparente à chaque instant. 

Comment les réseaux sociaux ont-ils transformé notre façon de communiquer en politique ?

L'émergence des réseaux sociaux a transformé la communication générale et la politique. C'est très positif, maintenant tout le monde peut faire une déclaration. C'est une communication à double sens. L'accès et la possession d'informations numériques sont plus proches et plus transparents. 

Le citoyen et l'homme politique peuvent entrer en contact direct et les hommes politiques et les partis utilisent des outils tels que l'écoute numérique, la nano-segmentation ou l'intelligence artificielle, et les campagnes numériques seront menées d'une autre manière pour atteindre un public plus jeune. Le monde a changé notre façon de communiquer et de travailler, comme nous l'avons fait ces derniers mois.  Nous avons assisté à des conférences de presse numériques, à des discours des dirigeants sur des plateformes qui ont remplacé le face à face et à l'utilisation de masques pour la sécurité. Nous allons combiner la communication traditionnelle et la communication numérique, bien que cette dernière ait pris plus de poids. 

Quels sont les dirigeants politiques qui, sur la scène internationale, sont aujourd'hui un exemple à suivre et pourquoi ? 

La référence maximale aujourd'hui est, sans aucun doute, Angela Merkel. Elle a fait preuve de force dans la prise de décision. Elle a fait preuve de transparence dès le début, en déclarant que 60 à 70 % de la population contracterait le virus. Elle n'a cessé de fournir des informations véridiques et d'assurer la sécurité, et les citoyens eux-mêmes ont réagi en lui accordant une note d'approbation de 75 %. Elle s'est révélée être le leader par excellence.

D'autres dirigeants, de grands leaders, tels que la Première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Arden, et de Taiwan, ont su gérer la crise, en prenant la tête du processus décisionnel. D'autres dirigeants, comme ceux de la Suède et du Danemark, ont également suivi cette voie. Le rôle des femmes politiques a été décisif dans cette pandémie. Ils ont été à la hauteur de la tâche de gestion de la crise contrairement à d'autres dirigeants, comme Donald Trump ou Jair Bolsonaro, qui ont minimisé la gravité de la situation dans cette crise sanitaire et même jusqu'à très récemment et qui ont tant fait pour nuire directement aux citoyens en n'étant pas un exemple ; et cela se traduit par une perte de « crédibilité ».

Un autre dirigeant qui a été renforcé par sa gestion de cette pandémie au niveau international est Andrew Cuomo, gouverneur de New York. Il a été au premier plan de la crise depuis le début, prenant des décisions et fournissant des informations. Il a agi pour assurer la sécurité de ses citoyens. Il a conclu des accords avec d'autres gouverneurs parce qu'il savait que ce qui se passait à New York se propagerait au reste du territoire. 

En Espagne, je souligne le cas du maire de Madrid, José Luis Martínez Almeida, qui a été félicité par d'autres groupes politiques, et de Margarita Robles, pour ses décisions et sa communication concernant ses actions au début de la pandémie, transmettant la sécurité par le biais des actions de l'UEM et des forces de sécurité de l'État. En tant que leader, elle a de grandes qualités.

Cette pandémie a dépouillé nos politiciens, et il n'y a de leadership qu'avec la vérité, le consensus, l'action rapprochée et, surtout, l'empathie.

Quelle est votre évaluation du personnage de Kamala Harris face aux élections américaines du 3 novembre ? 

Elle sera le contrepoids de Donald Trump. Il se combine très bien avec le leadership du candidat à la présidence du Parti démocrate, Joe Biden. Elle est combative. Elle a un parcours et une carrière remarquables, même si elle n'a pas toute l'expérience de Joe Biden, qui est en politique depuis plus de quarante ans. Elle est une grande force en tant que femme, en tant qu'Afro-Américaine, et en tant que politicienne, elle a de grandes capacités d'expression en public et un grand discours. Je pense qu'elle peut jouer un très bon rôle. Nous nous en réjouissons.

ALLENDE MARTIN

Sources : Atalayar

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×