LES GRAVES ERREURS DE MACRON

À la veille de l’acte 19 des Gilets jaunes, il semble que le président Emmanuel Macron ne mesure pas l’importance et la gravité de ses décisions, quand il a ordonne l’envoi du dispositif Sentinelle afin de remplacer les forces de police de gendarmerie pour protéger certains points statiques de la capitale.

Pourquoi une telle erreur de stratégie ?

En France, pays démocratique par excellence et qui n’a jamais ressemblé jusqu’à ce jour à une dictature, l’usage de l’armée n’existe pas pour le maintien de l’ordre sur le territoire national. La dernière fois que les militaires sont intervenus, remonte à l’époque des événements de la guerre d’Algérie.

Quand on interroge les hauts gradés de l’armée, officiers supérieurs ou officiers généraux, on comprend facilement qu’une telle décision est certainement technique, mais encore plus politique.

Et là-dessus, il faut être précis : l’armée est une force qui n’est pas entraînée, ni formée et encore moins équipée pour le maintien de l’ordre. En clair, les militaires reçoivent un entraînement et un équipement, uniquement destinés à la guerre de terrain, leur formation s’appliquant en particuliier à l’utilisation des armes létales, celles qui sont destinées à tuer.

Il est donc évident que la présence de l’armée dans des manifestations populaires est un facteur de risques très élevé, que ce soit à l’échelon politique ou au niveau humain.

Que pourraient faire les militaires en cas d’attaque ?

Comme nous le savons, les militaires ne sont pas formés au maintien de l’ordre. Quant à leur équipement, il se résume seulement à leur fusil d’assaut. Aussi, dans le cas d’une attaque par des émeutiers, leurs moyens de riposte, restent extrêmement limités, sauf l’usage de leur arme. En effet, en dehors de cette arme, ils n’ont pas d’autres équipements de défense, moins violents, et donc adaptés à maintenir l’ordre au moment d’une manifestation ou d’une agression.

Il ne reste donc que deux solutions :

- soit, ils baissent mes bras, ne font rien et auquel cas, l’armée est totalement ridiculisée, sans parler des conséquences pour les biens qu’ils sont censés protéger ; ces derniers seraient très certainement vandalisés et saccagés par les fauteurs de trouble.

- soit, ils utilisent leurs armes, destinées à tuer, et dans ce cas, la situation peut tourner mal, et peut-être même au carnage.

Dans ce dernier cas, il faut préciser que les militaires ont le droit d’utiliser leurs armes en cas de légitime défense. À noter que la légitime défense ne se réduit pas seulement à eux-mêmes, mais s’élargit aux biens et aux personnes qu’ils sont chargés de sécuriser et de défendre. La législation actuelle mentionne que la réponse relative à la légitime défense doit être proportionnelle et là, apparaît la difficulté. Par exemple, si un militaire utilise son arme pour se défendre, mais par contre, si on arrive à prouver que les émeutiers n’avaient pas l’intention de le tuer, alors que le militaire tue, c’est le militaire en question qui sera dans son tort. Et dans cette condition, on va donc se retrouver devant des situations extrêmement complexes sur le plan juridique.

Comment sortir de ce délicat problème ?

En fait, il n’y a pas de solution possible. Les forces de l’ordre n’ont plus les moyens de maintenir l’ordre, la France entrant peu à peu dans un état d’insurrection. La responsabilité revient en grande partie au gouvernement qui n’est plus capable de gérer l’ensemble des manifestations.

Pourtant, il existe bien un dénouement positif à réaliser ? Pour faire cesser cette crise qui pourrait devenir tragique, Le chef de l’État a une solution facile : celle qu’avait utilisé en son temps, le président Charles de Gaulle en 1968, puis ensuite le président Jacques Chirac en 1997. Cette solution se traduit par la dissolution de l’Assemblée nationale, un acte qui mettrait un terme très certainement à la plupart des manifestations, les citoyens ayant un espoir de changement en désignant de nouveaux députés plus proches de leurs problèmes et de leurs revendications.

Il faut espérer que Monsieur Macron aura la sagesse et l’intelligence de prendre rapidement cette décision qui serait bénéfique pour la Nation et pour tous les Français.

Pierre Reynaud

OPÉRATION SENTINELLE

×