MACRON GAIN DE POPULARITÉ

L’aide à Macron pour retrouver sa popularité : C’est le projet que s’efforcent de mettre en place le Medef et le grand capital.

HAUSSE DE POPULARITÉ EN HAUSSE ?

Voici une bonne nouvelle pour les macronistes et leurs amis. Selon un sondage IFOP FIDUCIAL, la cote de popularité d’Emmanuel Macron remonte largement pour le deuxième mois consécutif.

Ainsi, d’après les sondeurs, le président atteint les 34 % d’opinions favorables retrouvant ainsi son niveau d’octobre 2018 avant la crise des Gilets Jaunes.

Comment se fait-il que le Chef de l’État puisse bénéficier d’un regain dans l’estime des citoyens ?

On est donc en droit de se poser quelques questions.

- Les mesurettes annoncées par le président ont-elles satisfait les Français ?

- Le Grand débat est-il devenu si populaire au point d’enthousiasmer la plupart des classes sociales qui voient ainsi dans les réunions qu’il engendre, une véritable sortie de crise ?

- Le projet possible de référendum est-il un facteur d’un enthousiasme citoyen ?

- Les personnes vivant dans la pauvreté ont-elles oublié que Monsieur Macron reste le président des ultra-riches ?

- Les citoyens sont-ils plus optimistes depuis le 1er janvier ?

- La France bénéficie-t-elle désormais d’une stabilité économique ou vit-elle aujourd’hui dans un environnement sécuritaire qui a fait oublié l’attentat de Strasbourg ?

- Les discours de Monsieur Macron sont-ils devenus plus clairs et plus audibles pour les Français ou mieux encore, annoncent-ils des lendemains qui chantent ?

- Les Gilets Jaunes ont-ils trouvé enfin un équilibre dans leurs revendications, avec un pouvoir d’achat nettement plus important qui leur permet désormais de boucler leur fin de mois ?

- Les violences policières exécutées par Monsieur Castaner sur ordre du président Macron, sont-elles comprises par les citoyens qui approuvent l’efficacité des méthodes violentes du pouvoir ?

- Les Français restent-ils indifférents au sort des manifestants pacifiques qui se font massacrer au point de rester infirmes ou mutilés ?

- La loi anti-casseur et l’atteinte aux libertés des citoyens ou de la presse sont-elles approuvées par une majorité de la population ?

J’arrête ici l’énumération de ces questions, tant la liste s’est pas exhaustive bien évidemment …

Alors, en clair et en toute objectivité, en vertu des graves problèmes qui touchent notre Pays, on peut se demander pourquoi la hausse de popularité de Macron s’envole ? Car, à mon sens, lorsqu’on gagne tout à coup six points dans les sondages, on peut considérer facilement qu’il existe de sérieuses raisons au un véritable rebond spectaculaire profitant au chef de l’État.

Donc, dans de telles conditions, tout semble aller sur le mieux et d’ici le 15 mars, date de clôture du Grand Débat, Monsieur Macron aura atteint peut-être les 50 % de popularité !

Le peuple serait-il versatile au point de changer d’attitude sans véritable raison ? Ou ce même peuple serait-il plutôt stupide ? En fait, je ne crois pas que ce soit le cas et je ne lui ferai pas offense car les Français sont en général, des gens lucides et intelligents.

Par contre, je soupçonne que certains sondeurs soient « achetés » par la macronie et, sans vouloir porter un jugement téméraire, j’ai la ferme conviction que l’Ifop Fudicial prend clairement les intérêts de l’Élysée, surtout quand on sait que l’institut de sondage appartient au grand patronat représenté spécialement par la très fortunée famille Dentressengle qui détient 65 % des parts de cet établissement.

Au passage, notons que ce même institut de sondage a appartenu successivement à la riche famille Riboud puis à Madame Laurence Parisot qui fut aussi présidente du Medef grâce à l’immense fortune détenue par sa famille.

Macron a été élu avec le puissant soutien des grands capitalistes français. Il leur doit beaucoup pour ne pas dire TOUT. Et en évidence, ces grands capitalistes qui détiennent toutes les richesses de la Nation au détriment des populations pauvres et délaissées, n’ont pas envie de voir leur fortune ponctionnée un jour par un gouvernement de gauche ou par des Gilets Jaunes qui s’inspireraient volontiers des méthodes « sans culotte » issues de la Révolution française.

Aussi, à l’Élysée, on vient de sonner la charge. Il faut à tout prix de débarrasser d’un peuple enragé qui risque de mettre en péril les familles ultra-riches de la France des bien-pensants.

Donc tous les moyens sont bons, légaux ou illégaux, jusqu’à utiliser l’arme du faux sondage, beaucoup moins agressive et impopulaire que la matraque du CRS.

Le président Macron n’a pas fini de nous étonner par ses combines et ses machinations. Jusqu’où ira-t-il pour barrer la route à ses adversaires et pour se maintenir au pouvoir ? Les méthodes qu’ils emploient au fil des jours ont désormais le relent d’un autoritarisme quelque peu inquiétant.

Pierre Reynaud

7 MAI 2017 : EMMANUEL MACRON EST ÉLU PRÉSIDENT