NICK CONRAD : LE CLIP

« J’ai baisé la France jusqu’à l’agonie »

Cette enquête avait été ouverte en mai pour «apologie de crime d'atteintes volontaires à la vie aggravées» à la suite d'un signalement du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner.

"Je condamne sans réserve et sans ambiguïté les propos inqualifiables et le clip odieux de #NickConrad.
Je saisis le procureur de la République.
À ma demande, la plateforme Pharos œuvre au retrait de ce qui n’est rien d’autre qu’un appel à la haine de notre pays et à la violence."

— Christophe Castaner (@CCastaner) May 19, 2019

La procédure a été classée sans suite le 23 septembre en raison d'une infraction insuffisamment caractérisée, a détaillé le parquet, confirmant une information de LCI.

Dans ce clip intitulé Doux pays, ce rappeur à l'audience confidentielle multiplie les propos provocateurs – « J'ai baisé la France jusqu'à l'agonie », « Je brûle la France », « Cet Hexagone, j'l'encule sa grand-mère » ou encore « J'vais poser une bombe sous son panthéon » – et s'en prend à ceux qui avaient fustigé son précédent clip Pendez les Blancs, à l'origine d'un scandale cet automne lui ayant valu d'être condamné par la justice. 

Dans ce clip d'une rare violence, le rappeur  appelait à assassiner des Blancs, à les descendre « très brutalement », à les fouetter ou encore à reproduire la scène de meurtre du film American History X (de Tony Kaye, 1998) : « Sur un coin de trottoir, écrasement de tête mortel pour leur casser les dents .»

Pour ce clip, Nick Conrad – un pseudonyme – a écopé le 19 mars de 5 000 euros d'amende avec sursis pour « provocation au crime ».

NICK CONRAD

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire