ALERTE COVID-19 : Les fermetures à Paris

Les médecins s'inquiètent ...

La sentence est tombée pour Paris et la petite couronne : les bars et les salles de sport, notamment, vont devoir fermer dès demain, alors que le monde médical se montre très inquiet pour les semaines à venir.

A l'heure présente, la situation parait devenir très compliquée. SI Paris semble être à nouveau aux portes du confinement, ce n'est pas mieux en province. Après-midi, des nouvelles peu rassurantes sont arrivées depuis certaines régions de la France, où le Covid-19 semble repartir à la hausse malgré les mesures prises.

Paris et la petite couronne pourraient être confinées à nouveau. Quant aux autres grandes villes, elles suivraient rapidement le même sort dans la perspective d'une reprise de l'épidémie.

Inutile de préciser la gravité du contexte : d'une part, le coronavirus reste un gros risque sanitaire pour les populations; d'autre part, un reconfinement entraînerait un effondrement économique spectaculairé, d'où une catastrophe sociale sans précédent.

Nous entrons donc dans une phase dangereuse qui risque de faire plonger la Nation dans un désastre aussi grave que celui d'une guerre.

Mais il faut rester optimiste et il faut espérer maintenant qu'un miracle vienne nous tirer de ce mauvais pas

Les restrictions parisiennes

Les nouvelles restrictions ont été annoncées concernant Paris et la petite couronne. Ces mesures, dont fait partie la fermeture des bars et des salles de sport, entrent en vigueur ce mardi. Découvrez la liste complète des mesures.

Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Étienne pourraient basculer dans les prochaines heures en zone d'alerte maximale, avec des restrictions plus ou moins similaires à celles prises à Paris. Autre conséquence : dans ces villes, il est possible que les autorités appellent à la fin des "fêtes de famille et des soirées entre amis".

"Des personnels de santé très préoccupés" ont alerté le Premier ministre, nous indique Le Monde ce lundi 5 octobre. Le gouvernement, qui craint que les médecins soient trop fatigués pour affronter la 2e vague, pourrait introduire "des dispositifs incitatifs pour que les professionnels de santé restent à leur poste". Autre inquiétude, celle de l'AP-HP, qui pourrait annuler les congés du personnel à partir du mois d’octobre, justifiant cette possibilité par "les contraintes de continuité de service liées au contexte épidémique". Les hôpitaux parisiens ont toutefois précisé à l'AFP qu'il s'agissait d'une mesure "incitative sur la base du volontariat". Selon l'ARS d'Île-de-France, le nombre de patients Covid en réanimation va atteindre 50% de la capacité totale d'ici la mi-octobre.

Face à la recrudescence du Covid-19, le gouvernement n'envisagerait pas encore "la possibilité de restreindre les déplacements entre les régions en fonction de leur niveau d’alerte", fait savoir Le Monde.

Concernant les Ehpad, dans le Tarn, l’ARS lance une expérimentation : 15 résidents testés malades du Covid-19 seront accueillis dans une maison de retraite qui leur sera totalement réservée

Nouvelles restrictions à Paris

La situation sanitaire à Paris est "grave", selon le mot d'Anne Hidalgo. Le taux d'incidence dépasse les 260 pour 100 000 habitants, il est supérieur à 500 chez les 20-30 ans. Le taux d'occupation des lits en réanimation par des malades du Covid-19 est de 36% : des indicateurs qui justifient l'instauration de nouvelles restrictions dans la capitale et dans les départements de la petite couronne, les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93) et le Val-de-Marne (94). Ce lundi 5 octobre, Anne Hidalgo et le préfet de police de Paris ont tenu une conférence de presse pour annoncer de nouvelles "mesures contraignantes".

Voici les annonces faites par les autorités ce 5 octobre 2020 concernant Paris et la petite couronne :

  • Le préfet de police de Paris veut instaurer "un contrat" avec les Parisiens, qu'il appelle à plus de citoyenneté : réduire ses interactions sociales, respecter les gestes barrières. "Nous franchissons une nouvelle étape. Les mesures sont prises pour les 15 jours qui viennent, avec une réévaluation faite en transparence et en collégialité", a-t-il déclaré. Voici les nouvelles restrictions :
  • Fermeture totale des bars dès ce mardi 6 octobre.
  • Les restaurants peuvent rester ouverts si le nouveau protocole sanitaire est respecté (celui-ci sera précisé dans la journée). Les horaires d'ouverture restent les mêmes.
  • La consommation et vente d'alcool sur la voie publique demeurent interdites après 22h
  • Interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes pour les événements
  • Interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique. Exceptions : les manifestations revendicatives, les obsèques, les rassemblements professionnels, les commerces, marchés, entreprises et administrations, tournages, visites guidées, chantiers, manifestations, cérémonies funéraires, distributions alimentaires ou files d'attente comme devant les barnums tests Covid.
  • Le télétravail est vivement "encouragé" en entreprise et dans les administrations.
  • Interdiction des soirées étudiantes et de tout type de regroupement festif dans les établissements publics (les cérémonies de mariage en mairie sont autorisées, mais pas dans les ERP)
  • Les clubs de jeux, les salles de danse sont fermés.
  • Les foires et salons et les événements se tenant sous des tentes ou chapiteaux sont interdits.
  • Les gymnases et piscines sont fermés, sauf pour la réception de mineurs.
  • Les clubs de sport et de fitness restent fermés.
  • Les stades ouverts peuvent rester ouverts s'ils accueillent moins de 1000 personnes, avec une limitation de 50% de la capacité maximale.
  • Le nombre de personnes pouvant se croiser dans les grands magasins et grandes surfaces doit être contrôler : les établissements doivent assurer 1 client pour 4 mètres carrés.
  • Dans les Ehpad, les visites ne peuvent se faire que sur rendez-vous et sont limités à 2 personnes. Les sorties collectives sont "limitées", comme les visites individuelles chez les familles. Des dépistages seront organisés plus systématiquement, tous les 14 jours. Dès qu'un cas survient, sont mises en place des mesures plus restrictives.
  • Limitation de la fréquentation des universités à 50%, les formats "hybrides" et distanciels d'enseignement sont encouragés.

PARIS PENDANT LE CONFINEMENT

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire