Créer un site internet

Il n’y a pas de deuxième vague : les dessous d’une énorme manipulation

Apocalyse now, la team mondiale Covid continue à intoxiquer !

Faut-il craindre la deuxième vague dont rêvent les politiques de l’ordre mondial ? Économique, sociale, psychique, oui mais pas virale.

Les données publiées par Santé France et l’OMS montrent que l’épidémie Covid-19 a chuté en France depuis début avril et l’a quitté début mai. Une partie de la population commençait enfin à sortir de la sidération engendrée par la peur panique créée par les médias ainsi que le porte-parole du gouvernement quand le team apocalypse international a trouvé de nouvelles astuces pour entretenir la peur-panique.

COVID-19

Le lobby de l’apocalypse s’agite dans tous les médias pour la raviver contre toute évidence, pas de virus et un traitement efficace et pas cher.

« Il faut se préparer à une reprise de l’épidémie [de Covid-19], voire à une deuxième vague« , martèlent depuis quelques jours les autorités et les professionnels de santé liés aux firmes pharmaceutiques.

« On voit arriver de nouveaux cas, comme on en n’avait pas vu depuis plusieurs semaines« , raconte à LCI Karine Lacombe…reconnaissant cependant que « la plupart sont des cas importés ».

Yazdan Yazdanpanan, le monsieur remdésivir de Bichat à Paris : « il ne faut pas s’y tromper : le virus est toujours là, même s’il se reproduit moins bien en été lorsqu’il fait chaud et humide. Il peut réémerger si nous baissons notre garde, par exemple en cas de grands rassemblements comme à la fête de la Musique».

« La pandémie reprend de plus belle dans ces trois régions de France » prétend Zoom.

Les infos de 7 h – « Coronavirus : le nombre de cas explose en Mayenne ».

« Il a toujours été dit qu’il convenait de se préparer à une deuxième vague de l’épidémie », a souligné Jean Castex.

« L’OMS met en garde contre une accélération de la pandémie dans le monde » titre Le Monde le 08 juillet 2020 qui ferait mieux de nettoyer ses propres écuries d’Augias.

Dans le Figaro, Jérôme Salomon, le croque-mort de LERM a déclaré qu’il fallait « se préparer à une reprise de l’épidémie, voire à une deuxième vague », qui est possible « cet automne ou cet hiver ». Une « augmentation exponentielle notamment sur les taux d’incidence ». Tout est possible, certes, des tremblements de terre, des éruptions volcaniques, d’autres virus, la peste. Pourquoi ne pas en parler chaque jour au journal télévisé ? En attendant on pourrait aussi parler des 500 morts ou plus quotidiens de cancer en France, tristement oubliés pendant le confinement et malheureusement également depuis le déconfinement. Rendez-vous à deux mois… Pourtant pendant le combat des enfants de Garches, nous avions bien insisté sur le fait que « le cancer ne prend pas de vacances ».  Mais nous savons depuis longtemps que tous les morts ou tous les malades ne pèsent pas le même poids médiatique. En ce moment Covid et rien que Covid même sans virus…

Sur Europe 1 A. Lévy-Mozziconacci, médecin à l’hôpital Nord de Marseille, alerte sur le « doublement des cas observés toutes les 48 heures ». Précise-t-elle aux auditeurs que « cas » ne veut rien dire… qu’une rencontre silencieuse un jour avec ce corona de l’année ou un autre car de plus les tests ne font pas grande différence entre traces récentes ou anciennes. Vive le progrès quand il va dans le sens de l’intoxication médiatique.

Aucune preuve concrète, palpable, scientifique d’une reprise du virus

En dehors des : « tout le monde sait que « ou encore « c’est inéluctable des virologues patentés médias du Premier ministre aux médecins généralistes formatés par leurs trop fréquences séances en plateau TV et qui ne veulent pas admettre que cette épidémie est terminée, que le traitement Raoult marche, que tests et masques ne servent plus à rien. Difficile d’admettre qu’on n’a pas fait le bon choix. Alors ils s’enfoncent chaque jour un peu plus.

Mais sur quelles données scientifiques incontestables se basent-ils pour tenir des propos aussi alarmistes ? Sur le nombre des nouveaux malades ? Sur celui des hospitalisations ? Des entrées en Réanimation ? Des morts ?

Non, seulement sur le nombre de tests positifs, de personnes testées surnommées « cas » !

Des « cas » au lieu de malades réels. La vie virtuelle comme d’habitude !

Reconnaissons qu’ils ont de l’idée et de l’imagination pour alimenter la terreur, que le virus ne les aide pas à accroître, s’étant fait très discret et inoffensif.

Au début de l’épidémie, lorsque les tests auraient pu être utiles, en plus de l’examen clinique capital pour dépister les sujets susceptibles d’être contagieux et les mettre en quarantaine, le ministère interdisait de les pratiquer sauf exceptions.

Maintenant que l’épidémie a quitté la France, et que l’on dispose d’un traitement universellement reconnu (sauf en France par les autorités soumises à Gilead), qui mettrait à l’abri les quelques vrais malades résiduels, le ministère base toute sa campagne d’entretien de la terreur sur ces tests, non fiables de surcroît, et l’agence publique établit son « taux de reproduction » à partir du nombre quotidien de tests PCR positifs et non plus sur le nombre de malades malgré les nombreuses erreurs par excès et par défaut qui ont été décrites.

 

Une maladie existe lorsqu’elle entraîne des malades, des personnes qui souffrent de signes cliniques, qui nécessitent des soins, des hospitalisations. Or, lorsqu’on consulte les données de Santé France, on constate depuis 3 mois une baisse continue du nombre des entrées à l’hôpital pour Covid-19 que ce soit à Marseille ou à Paris à un niveau stable qui reste au-dessous de 6/million depuis plus d’un mois. À Paris ou à Marseille où les derniers cas répertoriés de tests positifs ne sont pas des cas autochtones, mais essentiellement des cas importés d’Algérie (sans qu’aucune quarantaine ne soit envisagée pour protéger la France (contrairement à ce que fait l’Algérie).

De même que le taux d’entrée en réanimation, que ce soit à Paris ou à Marseille, avec une incidence inférieure à 2 depuis début juin.

De même que la mortalité que ce soit à Paris ou à Marseille.

Pour nier la fin de l’épidémie, les médecins trop liés à l’industrie pharmaceutique et les politiques intéressés par la poursuite de la panique, ne parlent donc plus de malades, d’hospitalisations, d’entrées en réanimation ou de morts mais de « cas ».

Ils font volontairement la confusion entre la positivité des tests au virus et la maladie de façon à entretenir ou recréer la grande peur. Or si les porteurs du SARS-CoV2 sont nombreux logiquement après une période épidémique, les malades du Covid-19 le sont beaucoup moins car la plupart des porteurs de virus actuellement dépistés ne souffrent d’aucun symptôme et, dans ces conditions ne transmettent jamais ou très exceptionnellement la maladie.

Pour être sûr de faire grimper le nombre de « cas », donc de faux malades, l’Agence régionale de santé de Mayenne va « mettre en place une campagne de dépistage qui va concerner jusqu’à 300 000 personnes. Il est vraisemblable qu’on va pouvoir ainsi découvrir quelques milliers de « cas » supplémentaires pour alimenter la propagande de la peur.

Si l’épidémie progressait, le pourcentage de tests positifs dans la population devrait augmenter or c’est exactement le contraire que montrent les chiffres de Santé France.

Au passage constatons que le citoyen lambda n’est plus un humain qui pourrait penser, se plaindre, souffrir, être malade ou bien-portant. Non, il est devenu un « cas », que quelques gouttes de sang ou un peu de salive anonymes, qu’un test très peu fiable comme de nombreuses études internationales l’ont démontré va classer positif ou non. L’humanité a été rayée de notre médecine pendant cette période de désinformation, de manipulation doublée d’une soumission très inquiétante d’une grande partie du corps médical qui se terre plutôt que de dénoncer cette parodie de pandémie.

Des consultations pour angoisse de « suspicion de Covid » remplacent les « cas » finalement trop rares !  Très fort !

Difficile la manipulation, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Déjà, on vous avait vendu une pandémie intraitable, pour laquelle il faudrait attendre deux ans plus ou moins confiné pour que le miraculeux vaccin traceur vienne nous sauver, à moins que ce ne soit des extraterrestres.

Et malchance, le PR Raoult sort naïvement et très rapidement dès fin février un traitement efficace, peu toxique et pas cher. Catastrophe pour Big Pharma qui, soutenue par une clique médicale et politique bien rémunérée, continuera à nier l’efficacité du traitement Raoult, n’hésitant pas à le calomnier ainsi que ses rares défenseurs comme le Pr Perronne. Traitement maintenant démontré extraordinairement efficace dans de nombreux pays, non seulement par des études, mais surtout par l’épreuve de réalité, le taux ridiculement bas de décès dans les pays utilisateurs (Algérie, Maroc, Malaisie, etc.).

Patatras. Qu’importe, sujet tabou sur les ondes françaises ; quelques jours après la fête de la liberté, un 14 juillet volé au peuple, le sujet est le masque et le traitement efficace ABSENT des conversations médiatiques et du discours du nouveau Premier ministre.  Ils vont jusqu’à faire dire au Président qu’il ne prendra pas de chloroquine s’il est testé positif… Mais un test ne nécessite pas traitement ! Confusion, toujours, confusion.

Malgré tout, le pourcentage de tests positifs reste stable. Alors on invente ! là ils sont très bons !

Si le nombre de tests positifs n’augmente pas malgré la multiplication des tests, le lobby de l’apocalypse utilise le nombre de consultations pour angoisse de Covid-19 entraînée par la propagande mensongère ainsi que le fait Santé France pour Paris : « autre signe d’une possible reprise de la maladie, du 29 juin au 5 juillet, 1 523 actes médicaux pour suspicion de Covid-19 ont été enregistrés par les associations SOS Médecins, cela représente une hausse de 41 % par rapport à la semaine précédente ».

Comme en Mayenne, proclamée nouvel épouvantail : « La Mayenne a enregistré 1 324 passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 sur 10 000 passages au total le 15 juillet, ce qui est largement le niveau le plus élevé de France ». En précisant cependant le très faible nombre de malades : « on dénombre actuellement 15 hospitalisations, dont deux en réanimation. ».

Et aussi à Marseille : dans le département des Bouches-du-Rhône, les dernières données disponibles font état d’un taux d’incidence de 9,4 pour 10 000, proche du premier palier de vigilance, 621 actes SOS médecins pour suspicion de Covid-19 sur 10 000, ». En reconnaissant cependant ici aussi le très faible nombre de malades : « 9 nouvelles hospitalisations hier dont deux en réanimation »

En conclusion

Toutes les données scientifiques publiées montrent que le Covid-19 a quitté la France pour cette année et que la deuxième vague dont on nous menace n’est qu’un nouveau croquemitaine créé pour entretenir la panique et continuer à nous empêcher de défendre nos libertés fondamentales mises à mal par l’état d’urgence et les mesures prolongées au-delà de la fin de l’état d’urgence initial.

Résistons. Dans l’immédiat, refusez les tests qui ne peuvent rien vous apporter puisqu’un test positif n’est absolument pas synonyme de maladie et ne nécessite donc aucun traitement.

De plus tous les traitements préventifs et curatifs des formes précoces sont interdits en France, malgré l’ambiguïté de l’abrogation du décret du 23 mars concernant l’utilisation de la chloroquine en France.  Rien ne permet d’affirmer que l’on peut prescrire – dans les faits – de la chloroquine en ce moment aux malades ambulatoires. Il s’agirait d’ailleurs d’apporter la preuve de l’autorisation de délivrance en pharmacie.

Ces tests ne peuvent rien non plus apporter à vos proches, puisque les tests ne positifs ne sont absolument pas contagieux ni même malades. Ils ne servent qu’à entretenir la peur.

Résistez au port du masque inutile et toxique qui montre publiquement que vous acceptez de vous soumettre et de vous taire.  Rappelons l’avis du Pr Raoult sur le confinement et les masques. DE LA POLITIQUE.  Et pour vous rassurer, n’hésitez pas à lire et relire les avis de nombreux chercheurs étrangers comme le Pr Denis Rancourt qui, outre son avis, a listé la bibliographie scientifique sur le sujet. Le masque protège des bactéries mais absolument pas de petits virus tels le coronavirus.

Comment peut-on croire un gouvernement qui vous explique pendant deux mois que les masques sont inutiles et qui maintenant veut l’imposer par la force publique ? Le masque n’a plus aucune utilité à ce stade de l’épidémie et vous expose à de nombreuses complications infectieuses, respiratoires, psychologiques. Choisissez les marchands qui vous acceptent non masqués et boycottons les autres.

Résistons à l’oppression qu’on nous impose depuis trop longtemps. Le temps de la reconquête de nos libertés est arrivé. Et si nos gouvernants s’entêtent dans leur paranoïa, suivons l’exemple du peuple serbe qui a su faire entendre ses revendications.

Nicole Delépine

Tel que The economist qui a osé titrer « Covid-19 est devenu l’un des plus grands tueurs de 2020 Cette année, son bilan mondial dépasse celui du cancer du sein ou du paludisme ».

Karine Lacombe déclare avoir touché « sur cinq ans », 15 000 euros de Gilead et 3 000 euros d’Abbvie et ne précise pas qu’elle a siégé au « board » de Gilead. Et que durant ces cinq années, sa collaboration avec les labos lui ont rapporté plus de 150.000 $ dont un tiers de deux laboratoires qui développent des produits concurrents de la chloroquine : AbbVie (anciennement Abbott) et Gilead

Président du conseil scientifique d’E Macron et qui a reçu 134 684 euros de l’industrie pharmaceutique entre 2012 et 2019

Il n’est pas meilleur prophète que Ferguson, la fête de la musique, s’est tenue le 21 juin avec des dizaines de milliers de personnes réunies dans toutes les grandes villes sans respecter aucun « geste barrière », et aucune d’entre elles n’avaient de masque. Elles ont fait la fête toute la nuit, dansé ensemble les unes contre les autres en s’embrassant et se serrant la main normalement sans penser au coronavirus. Et elles ont bien eu raison ; car, depuis le 21 juin, il s’est écoulé 26 jours, soit bien plus qu’une « quatorzaine ». La deuxième vague n’a pourtant pas eu lieu.ls étaient soi-disant réservés aux jeunes malades et aux soignants ; mais le gouvernement et la plupart des députés les ont pratiqués. L’exemple du respect de la règle n’a pas été donné par nos gouvernants.

 https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-des-dizaines-de-tests-faux-positifs-en-meurthe-et-moselle-25-06-2020-8342181.php

Karine Lacombe sur LCI « la plupart sont des cas importés »

Maria Van Kerkhove, responsable technique de la cellule chargée de la gestion de la pandémie à l’Organisation mondiale de la santé a déclaré « il semble rare qu’une personne asymptomatique transmette la maladie, lors d’une conférence de presse virtuelle de l’OMS.

Sarah Rozenbaum Coronavirus : « Les indicateurs sont à l’orange » alerte l’ARS des Pays de la Loire : RTL  09/07/2020

 

 

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire