MASQUES : la grande mascarade ou l'hypocrisie gouvernementale

Vers la fin du mois de février dernier, alors que la crise du Coronavirus était déjà bien avancée, partout dans le Monde et particulièrement en Chine, La France était dépourvue de masques, alors que le ministre de la Santé, Olivier Véran soutenait qdevant les journalistes que des stocks allaient arriver d'un moment à l'autre. Pur mensonge, à peine visible, car les Français croyaient encore en la parole d'un gouvernement censé les protégerr et leur apporter les solutions d'urgence. L'épidémie prenant de l'ampleur, le personnel médical s'est trouvé dans l'obligation, malgré la carence du ministère de la Santé, de faire face aux méfaits du Covid-19. Ainsi, les soignants sont partis "au front", la peur au ventre pour eux-mêmes, pour leurs proches, mais aussi pour leurs patients qu'ils craignaient de contaminer. Ces soignants n'avaient ni masques, ni gel hydroalcoolique (ou si peu) et ni autre matériel susceptible de les protéger de la pandémie.

Le 16 mars 2020, le président Macron rendait un hommage (plutôt émouvant !) à tous ces personnels de santé envoyés en première ligne sans véritable protection.

Emmanuel Macron déclarait alors : « Nous sommes en guerre. La Nation soutiendra ses enfants qui, personnels soignants en ville, à l’hôpital, se trouvent en première ligne dans un combat qui va leur demander énergie, détermination, solidarité. Ils ont des droits sur nous. Nous leur devons évidemment les moyens, la protection. Nous serons là. Nous leur devons des masques, du gel, tout le matériel nécessaire et nous y veillons et veillerons. Nous avons décidé avec les scientifiques de réserver les masques en priorité pour l’hôpital et pour la médecine de ville et de campagne, en particulier les généralistes, les infirmières désormais en première ligne aussi dans la gestion de la crise ».

Il promettait, lui aussi, des camions, des solutions : « Des masques seront livrés dans les pharmacies dès demain soir dans les 25 départements les plus touchés. Mercredi pour le reste du territoire national. J’ai aussi entendu le message des spécialistes, en particulier des chirurgiens-dentistes et beaucoup d’autres. Des solutions seront trouvées avec le Ministre de la Santé dans les prochaines heures ».

Le 16 mars toujours, Olivier Véran communiquait sur la stratégie de gestion et d’utilisation maîtrisée des masques « dans les zones où le virus circule activement » en les destinant prioritairement aux professionnels de santé.

On y était et venait donc le temps de la gestion de la pénurie :

Le choix de celles et ceux qui seraient protégés pour exercer leur métier, sans qu’il soit possible de les protéger tous.

Et les AVS, les caissières, les boulangères, les sages-femmes étaient envoyées au turbin sans masques.

Le 17 mars, à la sortie du Conseil des ministres, Sibeth Ndiaye justifiait cette politique de rationnement par l’évidence : « cette première ligne de soignants, si elle est elle-même trop infectée par le coronavirus, nous allons au-devant de graves difficultés ».

Mais le 18 mars, Philippe Juvin, chef du service des urgences de l’hôpital Georges Pompidou à Paris, rendait compte de la réalité entêtée : « Ce qu’il faut résoudre, absolument résoudre, c’est la question des masques. […] Mais je regarde toute la médecine de ville, tous nos collègues médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, toutes ces personnes qui vont à domicile aider les personnes âgées à faire leur toilette, à manger… Ils n’ont pas de masques ! » 

Pour gérer la communication de crise relative à la pénurie, le président envoyait ses meilleures VRP à la télé.

S’ensuivaient de navrantes scènes d’acrobaties rhétoriques :

– Le 19 mars, Agnès Pannier-Runacher*, sur BFMTV : « La distance d’un mètre, c’est la meilleure garantie de ne pas être contaminé. […] Les masques, on s’est aperçu que c’était un vecteur de contamination pour des gens qui ne savaient pas bien les utiliser. […] Ils tripotent le masque toute la journée et avec leurs mains, ils se mettent en situation d’être exposés au virus. »

– Le lendemain, le 20 mars, Sibeth Ndiaye, chez Bourdin : « Les masques ne sont pas nécessaires pour tout le monde. Et vous savez quoi ?

Moi, je ne sais pas utiliser un masque. L’utilisation d’un masque, ce sont des gestes techniques précis, sinon on se gratte le nez sous le masque et en fait on a du virus sur les mains, on a une utilisation qui n’est pas bonne et ça peut être même contre-productif. »

– Toujours le 20 mars, sur BFMTV à nouveau, Agnès Pannier-Runacher se relançait finalement dans le road-movie des masques pas totalement dispensables : « 15 millions de masques sont sur les routes, beaucoup de pharmacie ont été livrées, pas toutes »

Juillet 2020

Le gouvernement a viré de bord. Le masque devenu obligatoire dans tous les lieux publics clos, sera très bientôt également obligatoire dans la rue. Et jusqu'à quand ? 

A ce sujet, il n'y a pas de date limite : peut-être 3 mois, 6 mois, un an ou plus  ... Et très certainement, le port du masque obligatoire risque de durer bien longtemps. Alors, certains Français sont bien contents de l'obligation de porter le masque, jour et nuit. Cela les rassure et tant mieux pour eux. Sauf que ces mêmes Français en auront sans doute assez lorsqu'en mai 2022, ils devront se rendre aux urnes pour les élections présidentielles ... toujours avec le masque !

En conclusion ...

Depuis son arrivée au pouvoir, Macron ment aux Français. De ce fait, son gouvernement pratique également le mensonge. Mais le pire de tout, c'est la volonté du chef de l'État de vouloir transformer la Nation en un pays soumis, pareil auix régimes de dictature présents ou passés et que nous connaissons tous.

Oui, Macron veut supprimer la République pour installer une dictature macronienne ! Il a déjà œuvré dans ce sens de diverses manières, et tout dernièrement en supprimant le défilé du 14 juillet. Maintenant, il impose le masque à tous les Français dans le but de les soumettre comme des moutons et de les mettre à genoux devant lui. C'est la volonté de Jupiter !

LE PEUPLE SOUMIS

 

 

 

1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (2)

Jean-Jacques, Patrice, REY
  • 1. Jean-Jacques, Patrice, REY (site web) | 03/08/2020
Bonjour,
j'aime l'esprit critique aiguisé à point (et en ce moment, plus que jamais, il en est grand besoin pour le salut des âmes) !
Aussi j'arrive en renfort avec cette petite contribution.
:-)

L'Enjeu des masques...
Le masque, non seulement il est peu efficace et désagréable, mais oui, il est dangereux pour la santé : à la fois malsain et contaminant : (berceau à microbes!) entravant gravement la respiration et le rejet du CO2, sans oublier que la dissémination longue distance de bioaérosols -complets- du SARS-CoV-2 n'est pas prouvée ; de plus il est polluant comme les gants jetables, énergivore, psychologiquement dangereux par la caporalisation et la servilité, affligeantes et mortifères, qu’il engendre... etc.
Bref ! le port d'un masque devrait être réservé à ceux qui sont malades, dépistés avec des tests valables, et au personnel qui les manipule ; ainsi il ne serait pas imposé de manière uniforme et unilatérale à tous, pour une durée indéterminée qui plus est.
Il y en a qui ont beau jeu de se cacher derrière l’État et son pouvoir de contrainte, mais à force de semer les graines de la discorde, il vont récolter ce qu'ils recherchent... la Tempête ! Et il faudra peut-être qu'ils assurent, personnellement, et on verra alors ce que vaudra leur test de soumission.

Plus généralement, je trouve que certaines mesures, prises par nombre de pays (y compris la France donc) sont excessives, tournent au délire voire aux atteintes liberticides, favorisant une sorte de psychose, et en sus, traumatisent et infantilisent les populations, sans réelle nécessité, avec peu de pédagogie mais avec matraquage médiatique, et je me pose de sérieuses questions...
Si à chaque épidémie, probable à l'avenir, tant nous sommes devenus nombreux et menaçons les grands équilibres naturels, c'est le même cinéma, nous ne sommes pas sortis de l'auberge !!! De toute façon, il y a toujours eu des épidémies (et des biens plus graves). Il s'agit d'une méthode de régulation de la Mère Nature, c'est bien cruel souvent, mais cela existe depuis la nuit des temps...et nous n'avons rien inventé ! Quand à nos scientifiques, ils peuvent essayer de comprendre et d'expliquer, mais ils ont toujours un coup de retard quand ils ne jouent pas aux médecins de Molière (ceux qui font plus de mal que de bien) !!!
Ledoux
  • 2. Ledoux | 24/07/2020
Bonjour,

Vous pourriez même compléter votre article avec les informations "sourcées" présentes sur cet article.
https://fr.sott.net/article/35687-La-science-est-concluante-les-masques-n-empechent-PAS-la-transmission-des-virus?fbclid=IwAR2I5psJF_NcxCBqffZdBuLm1FrY0IX0RN0A4HM1ogsgG_cz55C_pAQjeDo

Les masques ne protègent pas contre la transmission des virus respiratoires.
L'OMS et Santé Publique France confirment ces informations dans leurs Recommandations sur le port du masque (à trouver sur leur site internet)

Merci pour votre investissement dans la recherche de vérité

Ajouter un commentaire