EFFONDREMENT DE L'URSS

À la fin de l'année 2021, il y aura précisément trente ans que cet effondrement retentissant a eu lieu

Pour Vladimir Poutine, le plus grand événement du XXe siècle est la révolution russe de 1917. Immédiatement, le président russe ajoute que la chose la plus malheureuse qui s'est produite au cours de ce même XXe siècle a été la disparition de l'Union soviétique. La fin de l'année 2021 marquera le trentième anniversaire de cet effondrement retentissant, qui a pris de court tous les analystes et ridiculisé les supposés meilleurs kremlinologues de l'époque.

Une Espagnole, Sara Gutiérrez, a vécu cette expérience de 1989 à 1992. Après avoir terminé sa licence de médecine avec un prix extraordinaire à l'université d'Oviedo, elle décide de se spécialiser en ophtalmologie en Russie, attirée par la renommée que les médias véhiculent sur les supposées grandes avancées de la recherche soviétique.

LE LIVRE DE SARA GUTIERREZ

Les confinements de la pandémie l'ont encouragée à se souvenir de ces années décisives et à commencer à écrire à leur sujet. Aujourd'hui, il nous apprend et nous ravit avec l'une des meilleures aventures qu'il a vécues pendant ces trois années dans une URSS en décomposition. Son livre, El Último Verano de la URSS (Ed. Reino de Cordelia, 245 pages), est le récit d'un voyage éclair en 1991, de la ville ukrainienne de Kharkov à la Baltique, et de là à la mer Noire, traversant cinq pays, alors républiques fédérées, au bord de l'indépendance. 

Sara Gutiérrez n'était pas une journaliste étrangère accréditée, mais seulement une étudiante boursière du ministère russe de l'éducation, sans aucune autorisation officielle pour se rendre à Leningrad, rebaptisée Saint-Pétersbourg quinze jours plus tôt, ou à Tallinn, Riga, Vilnius, Lviv, Kiev et Odessa. Sept villes dans cinq républiques où les étoiles rouges de la faucille et du marteau commençaient à coexister avec les hamburgers de McDonald's, grâce à la perestroïka, la politique d'ouverture initiée par Mikhaïl Gorbatchev.

Rien n'est impossible pour ceux qui savent ce qu'ils veulent et sont prêts à le faire avec une ténacité inébranlable. L'Asturienne Sara Gutiérrez a décidé de profiter des trains de nuit, où la surveillance était relâchée, pour voyager et se reposer autant que possible, étant donné que, en raison de sa situation d'étudiante boursière, elle ne pouvait pas séjourner dans les rares et décadents hôtels du système soviétique de l'époque. Elle a ainsi gagné du temps pour parcourir les villes de son voyage, observer et se mêler à leurs habitants, qu'elle pouvait interroger sans éveiller de soupçons grâce à sa maîtrise de la langue russe. Toute simple dénonciation aurait signifié la perte de sa bourse et son renvoi en Espagne après le séjour habituel au cachot et les interrogatoires habiles du KGB.

Un compagnon de voyage inattendu

À son grand regret, comme elle le confesse et le décrit elle-même dans le livre, elle a finalement fait le voyage avec un collègue ouzbek qui, collé à elle comme une patelle, discute de toutes les questions de l'affrontement entre des systèmes aussi antagonistes que le capitalisme occidental et le communisme, et essentiellement de la liberté et de l'autonomie personnelles, dans des dialogues simples mais très intenses. Les Ouzbeks Yulduz et Sara se retrouveront aux premières barricades antisoviétiques à Riga, ou impliqués dans la gigantesque manifestation pour l'indépendance à Kiev. L'incertitude était le dénominateur commun des interlocuteurs occasionnels de leur voyage, tous conscients que quelque chose se préparait dans les entrailles de l'URSS. 

Le récit est parsemé d'anecdotes sur la vie quotidienne en URSS, de la formation soudaine de files d'attente de centaines de personnes dès que quelqu'un ouvre le coffre de sa voiture branlante et propose une quelconque marchandise, à l'étonnement des habitants et des étrangers devant un citoyen espagnol, occidental de surcroît, qui leur montre par des exemples concrets les avantages de l'utilisation de culottes en papier jetables lors de longs voyages avec très peu d'endroits où se laver décemment. La rencontre avec des citoyens désespérés et déracinés fuyant la catastrophe nucléaire de Tchernobyl a été particulièrement difficile ; en avril prochain, cela fera 35 ans que cette explosion, dont les conséquences hautement polluantes ont touché toute l'Europe, a eu lieu.

Tout cela alterne avec des sensations aussi sensibles que l'impression produite sur sa compagne de voyage ouzbèke par sa première vue de la mer. Mais, surtout, le livre maintient la tension d'un été qui serait le dernier d'un rêve collectif, celui du communisme, qui était une illusion, en tant que supposée incarnation du paradis sur terre, pour des millions de personnes, mais qui était aussi un cauchemar insupportable pour tant d'autres, qui voyaient dans leur chair et dans leur vie la réalité pratique du collectivisme soviétique. Et, comme l'auteur le souligne elle-même, pour elle et son amie ouzbèke, ce fut le début de presque tout.

Sara Gutiérrez n'hésite pas à admettre qu'elle-même n'était pas consciente de la transcendance des moments qu'elle vivait, et qu'elle n'en a pris conscience que lorsque, pendant des vacances dans sa ville natale d'Oviedo, elle a lu que Mikhaïl Gorbatchev, le dernier secrétaire général du Parti communiste de l'URSS, avait été enlevé et contraint de signer la dissolution définitive de l'Union soviétique le 25 décembre 1991.

Le livre a un attrait particulier : les illustrations de Pedro Arjona, le graphiste qui a contribué à renouveler la bande dessinée espagnole avec une œuvre complexe et mature caractérisée par son radicalisme graphique, auteur avec le scénariste Jorge M. Reverte de nombreuses bandes dessinées ayant pour cadre la Transition. En plus de ses dessins intenses, Arjona conçoit et distribue au fil des pages du livre les documents et les témoignages graphiques de cette aventure inédite.    

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire