COVID-19 : le lien entre vaccination et troubles menstruels enfin établi !

Les vaccins à ARNm contre la Covid-19 peuvent provoquer des troubles menstruels, reconnaît enfin l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) dans un point de situation du 28 octobre 2022. Ce que Jean-Marc Sabatier* a révélé dès le mois de décembre 2021.

VACCINATION DES FEMMES

L’enquête de pharmacovigilance de l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) sur les effets secondaires des vaccins, publiée le 28 octobre 2022, établit un lien direct entre la vaccination Pfizer et Moderna et les troubles sévères du cycle menstruel.
« La diffusion du 
guide d’aide à la déclaration des troubles sévères du cycle menstruel en juillet 2022 a permis de recueillir de nouvelles déclarations de pharmacovigilance, écrit l’ANSM. Entre juillet et septembre 2022, 2952 cas de troubles menstruels ont été déclarés avec le vaccin Comirnaty (Pfizer/BioNTech), et 515 avec le vaccin Spikevax (Moderna). 

Les effets indésirables selon le vaccin

L’ANSM récapitule les effets secondaires des vaccins utilisés en France contre la Covid-19.

Vaccin Comirnaty (BioNTech-Pfizer)

L’analyse des effets indésirables rapportés avec le vaccin Comirnaty couvre les données validées du 30/09/2022 au 20/10/2022.
Depuis le début de la vaccination, 121 402 cas d’effets indésirables ont été analysés par les Comités régionaux de pharmacovigilance rapporteurs (Bordeaux, Marseille, Strasbourg et Toulouse). La majorité des effets indésirables sont attendus et non graves. Au total, plus de 117 434 300 injections ont été réalisées au 20 octobre 2022.

Vaccin Spikevax (Moderna)

L’analyse des effets indésirables rapportés avec le vaccin Spikevax couvre les données validées du 30/09/2022 au 20/10/2022

Depuis le début de la vaccination avec le vaccin Spikevax (Moderna), 31 895 cas d’effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Lille et Besançon). Un grand nombre de cas concerne des réactions retardées locales non graves. Depuis le 8 novembre 2021, l’utilisation du vaccin Spikevax est réservée aux personnes de 30 ans et plus. Au total, plus de 23 985 500 injections ont été réalisées au 20 octobre 2022.

Vaccin Vaxzevria (Astrazeneca)

Depuis le début de la vaccination avec le vaccin Vaxzevria, 31 094 cas d’effets indésirables ont été analysés par les CRPV rapporteurs (Amiens et Rouen). La grande majorité de ces cas concerne des syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures, céphalées). Au total, plus de 7 861 900 injections ont été réalisées au 20 octobre 2022.
Précision : Le vaccin Vaxzevria n’étant plus recommandé dans la stratégie vaccinale, il n’est plus utilisé.

Vaccin Jcovden (Janssen)

Depuis le début de la vaccination avec le vaccin Jcovden (Janssen), un total de 1 700 cas a été analysé par les CRPV rapporteurs (Lyon et Grenoble). La majorité des effets indésirables sont non graves, attendus et d’évolution favorable, en particulier des effets de réactogénicité (par exemple des malaises). La vaccination avec le vaccin Jcovden (Janssen) a débuté en France le 24 avril 2021 chez les personnes âgées de plus de 55 ans. Au total, plus de 1 089 700 injections ont été réalisées au 20 octobre 2022.

Le vaccin Jcovden n’étant plus recommandé dans la stratégie vaccinale sauf dans certains cas particuliers, ce vaccin est désormais très faiblement utilisé.

Vaccin Nuvaxovid (Novavax)

La vaccination avec le vaccin Nuvaxovid a débuté en France le 1er mars 2022. Au total, plus de 33 100 injections ont été réalisées au 20 octobre 2022. Un total de 80 cas a été analysé par les CRPV rapporteurs (Lyon et Grenoble). La majorité des effets indésirables sont non graves.

Plus de 150 404 700 injections ont été réalisées en France au 20/10/2022

Plus de 117 434 300 injections avec COMIRNATY (BioNTech-Pfizer)

Plus de 23 985 500 injections avec SPIKEVAX (Moderna)

Plus de 7 861 900 injections avec VAXZEVRIA (AstraZeneca)

Plus de 1 089 700 injections avec JCOVDEN (Janssen)

Plus de 33 100 injections avec NUVAXOVID (Novovax)

Emilien Lacombe

Précision : Les effets indésirables des vaccins chez les femmes a été démontré dès le mois de décembre 2021 par Jean-Marc Sabatier*.

*Jean-Marc Sabatier, Directeur de recherches au CNRS et Docteur en Biologie Cellulaire et Microbiologie, HDR en Biochimie. Editeur-en-Chef des revues scientifiques internationales : « Coronaviruses » et « Infectious Disorders – Drug Targets ». Il s’exprime en son nom propre.

Date de dernière mise à jour : 30/10/2022

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×