Créer un site internet

PLAINTE CONTRE BILL GATES pour meurtre par vaccination

Une plainte contre Bill Gates et l’indien Adar Poonawalla, directeur général du plus grand fabricant de vaccins, a été déposée devant la Cour suprême indienne pour « meurtre par vaccination ». Cette émission met en lumière l’identité des courageux plaignants et les motifs de leur plainte.

BILL GATES

Afin de lutter contre le manque de transparence et de responsabilité de la justice indienne, des avocats indiens courageux ont fondé « l’Association du barreau indien » (IBA).

Le 25 novembre 2021, l’Association des avocats a annoncé avoir déposé une plainte auprès de la Cour suprême indienne pour « meurtre par vaccination » contre Bill Gates et Adar Poonawalla, son partenaire indien dans la production de vaccins, ainsi que contre des fonctionnaires du gouvernement. Adar Poonawalla est directeur général du « Serum Institute of India », un groupe pharmaceutique qui produit la plupart des doses de vaccins dans le monde.

Les requérants réclament notamment un dédommagement de 134 millions de dollars pour un jeune homme de 23 ans décédé de la vaccination Covid. Celui-ci avait fait confiance aux fausses déclarations du groupe pharmaceutique selon lesquelles le vaccin était sûr. Les avocats indiquent que (littéralement) « … avant l’administration d’un vaccin ou d’un traitement, une personne doit être informée des effets secondaires du médicament et également des remèdes alternatifs disponibles. »

Si ces faits sont passés sous silence lors de la vaccination ou si, en plus, on ment sur l’innocuité du vaccin, le consentement à la vaccination a été obtenu de manière trompeuse. Les accusés Bill Gates et Adar Poonawalla pourraient être tenus pour responsables de cette tromperie, car ils ont autorisé la commercialisation illégale de leur produit. En Inde, la pratique de la vaccination sous la tromperie ou la contrainte est un délit civil et pénal. Si la plainte était acceptée, les plaignants créeraient ainsi un précédent susceptible d‘entraîner une vague de poursuites.

Karim Bedouard

 

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×