Créer un site internet

POUVOIR D’ACHAT ET INFLATION · Comment (vraiment) sortir de la crise ?

Phénomène essentiellement monétaire, l’inflation actuelle est mal comprise par nos gouvernants, mais aussi par les banquiers centraux et nombre d’économistes. De cette grave incompréhension, il en est découlé, en France en particulier, des mesures de soutien à la consommation qui entretiennent en réalité l’inflation, la budgétise en creusant dette et déficits publics de manière irresponsable et ont davantage une portée politique qu’économique. Ces mesures servent primordialement à montrer que l’État « fait quelque chose » et à asseoir encore plus son rôle sur la société et les citoyens plutôt que de chercher à les rendre plus libres et plus autonomes. A rebours de cette vision, nous proposons un traitement adéquat de la crise en formulant six recommandations pour redonner du pouvoir d’achat aux Français d’abord par le travail et pour sortir du « quoi qu’il en coûte » de la politique monétaire.

INFLATION

Depuis de nombreux mois, les enquêtes d’opinions, concordantes avec le ressenti de nos concitoyens, attestent de ce que le pouvoir d’achat est le principal sujet de préoccupation des Français. Longtemps ignorée, taraudante depuis 2018 et le soulèvement des Gilets Jaunes, la question est devenue une urgence sociale et politique avec l’envolée de l’inflation – et nous sommes de ceux qui considèrent que la France n’a pas encore tout vu et que la vraie inflation sera avec nous vers la fin de l’été.

Si les banquiers centraux ont longtemps nié la réalité de l’inflation, ils ont dû faire volte-face et rejeter le narratif rassurant d’une inflation « transitoire » due aux seuls goulets d’étranglement dans les chaînes de production après les confinements. Aux États-Unis, l’inflation atteint 9% en valeur annualisée, avec une augmentation des loyers de 19% en 2021. La moyenne européenne est à 8,6% (8,2% en Allemagne, 10% en Espagne, 12% en Grèce… jusqu’à 22% en Estonie). Avec un appareil statistique archaïque et perclus de défauts (sur l’immobilier et la technologie notamment), la France enregistre déjà une mesure inflationniste de 6,5% au mois de mai . Mais, décalée dans le cycle économique, elle pourrait connaître une inflation de 7 à 8% durant l’été et bientôt rattraper la moyenne européenne.

Déjà sur le terrain, l’envolée des prix de l’immobilier, les polémiques sur le prix de la baguette (les prix du blé ont triplé en douze mois), le carburant ou l’énergie montrent l’ampleur des problèmes : un panier de biens moyens de consommation enregistre une inflation nettement supérieure à l’indice synthétique de l’Insee. Les prix à la production ont augmenté de 20% en un an, sans que les entreprises puissent toutes répercuter ces hausses. Alors que les salaires aux États-Unis par exemple ont paru suivre l’inflation, au moins dans un premier temps, il n’en est rien en France où cette augmentation a du mal à franchir naturellement la barre des 5% : nous verrons dans la présente note que le traitement social et la budgétisation de l’inflation ont justement permis aux entreprises de ne pas augmenter les salaires – sauf dans les secteurs les plus tendus où l’on ne trouve plus de main d’œuvre (construction, hôtellerie, restauration, etc.). Chez les professionnels, il suffit de parler aux acteurs du bâtiment ou de la transformation industrielle pour comprendre que les coûts des entreprises s’envolent dangereusement.

Alors que le tout nouveau gouvernement s’apprête à présenter le 18 juillet prochain un projet de loi « relatif aux mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat » et que les oppositions parlementaires font assaut de propositions plus ou moins démagogiques et plus ou moins efficaces, il convient de ne pas se tromper sur la cause des maux qu’on prétend guérir. Les mesures déjà prises par l’exécutif et celles annoncées montrent que ce n’est pas le cas. Le choix du traitement social de l’inflation par une politique d’aides tous azimuts et l’indifférence dans laquelle sont tenues les causes monétaires de l’inflation en attestent.

Si nous n’avons aucun mérite à rappeler ici que nous alertions sur la montée de l’inflation et la crise du pouvoir d’achat depuis presqu’un an (la science économique a fort heureusement quelques lois qui permettaient de voir le problème venir bien en amont, elle a juste été une fois de plus négligée par le politique), nous avons voulu synthétiser nos réflexions en une note d’actualité plus concise. Après avoir rappelé la vraie nature, monétaire, de cette crise du pouvoir d’achat (I), nous passerons en revue les risques inhérents à la stratégie inopérante du gouvernement pour résoudre cette crise (II), avant de formuler six recommandations (III). Les réponses à la crise doivent être à la fois microéconomiques (redonner du pouvoir d’achat aux Français d’abord par le travail) et macroéconomiques (sortir du « quoi qu’il en coûte » de la politique monétaire).

Sébastien Laye 

Chercheur associé à l’Institut Thomas More. Il est diplômé d’HEC Paris et de Sciences Po Paris et titulaire d’un Commercial Real Estate Executive Education Program du MIT (Boston). Entrepreneur dans le domaine de l’immobilier et du financement de l’immobilier en Europe et aux États-Unis, il a commencé sa carrière aux États-Unis dans des fonds d’investissements avant d’y lancer sa première société de conseil en 2011. Il a aussi été actif dans le domaine des infrastructures françaises avec le fonds Conquest. Économiste et analyste financier de formation, il est en outre actif dans le débat public depuis plusieurs années et a écrit deux livres (Capital et Prospérité, Paris, éditions Alternative démocratique, 2016 et Stratégies d’investissement, Paris, Ellipses, 2013). Il est chroniqueur pour le magazine Capital. Au sein de l’équipe de l’Institut Thomas More, il suit les questions monétaires et de politiques économiques .

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Commentaires

  • Serna
    • 1. Serna Le 13/07/2022
    On ne sortira de la crise pas avant 10 ans...
  • Costello
    • 2. Costello Le 13/07/2022
    La France doit se révolter. On ne peut admettre que la bande à Macron fasse la loi. Le pouvoir d'achat des Français est une priorité.

Ajouter un commentaire

 
×