CORONAVIRUS

Le grand mystère du coronavirus ...

Et si ce virus avait été créé pour décimer une partie de l’humanité ?

Voici quelques jours encore, le coronavirus représentait une maladie sans grand danger selon le dire de certains experts et donc une sorte de « grippe » sans gravité évidente.

À l’heure actuelle, la situation semble ne plus être la même. L’épidémie s ‘étend de plus en plus, en Chine et à l’étranger. Ce sont plus de 17.000 cas établis (exactement 17387 cas confirmés) et précisément 361 décès recensés.

Avant de poursuivre, revenons sur ce phénomène de santé qui nous tombe dessus au cœur même de l’hiver. En fait, il existe plusieurs coronavirus. Ils forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal.

À titre indicatif, on notera que le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est la première maladie grave et transmissible à émerger en ce XXIe siècle.

L’épidémie, partie de Chine fin 2002, a éclaté au niveau mondial en 2003 faisant plus de 8000 cas et près de 800 morts. Grâce à une mobilisation internationale sans précédent, motivée par l’alerte mondiale déclenchée le 12 mars 2003 par l’OMS, l’épidémie a pu être endiguée par des mesures d’isolement et de quarantaine. De même, l’agent causal du SRAS, un coronavirus encore inconnu jusqu’alors, a pu être rapidement identifié.

Aujourd’hui, l’avancée de l’épidémie commence à donner quelques frissons sérieux, voire inquiétants si l’on en croit les spécialistes et les scientifiques.

Ainsi, des informations crédibles recueillies dans les milieux autorisés, laissent à penser que le corinavirus est loin d’être éradiqué et il pourrait s’étendre plus vite qu’on ne le pensait jusqu’à ces derniers jours.

Vous trouverez ci-dessous, l’extrait d’un l’article de Yoan Demeure, rédacteur scientifique à Science Post.

Extrait de l’article :

« Le dernier bilan en date

Comme l’indique le South China Morning Post ce 3 février 2020, le dernier bilan de l’épidémie de coronavirus 2019-nCoV fait état de 17 387 cas confirmés et de 361 décès. 

Les autorités chinoises ont déclaré 2 829 nouveaux cas et 57 décès supplémentaires en un jour, signe que l’épidémie perdure et se renforce toujours.

Ailleurs dans le monde, le nombre de cas augmente également. Certains pays sont proches de la vingtaine de cas. C’est le cas du Japon (20 cas), de la Thaïlande (19 cas), de Singapour (18 cas) et de la Corée du Sud (15 cas). En Europe, l’Allemagne est le pays comportant le plus de cas (8) suivi de la France avec 6 cas. Rappelons que le premier décès hors de Chine a été rapporté aux Philippines par les autorités locales.

250 nouveaux rapatriés en France

Le 2 février en début d’après-midi, un second avion en provenance de Wuhan a atterri à Istres. Celui-ci transportait 250 passagers de 30 nationalités différentes, dont 65 français.

Selon Le Monde, une vingtaine de rapatriés présentaient des symptômes et ont été pris en charge, les tests ont toutefois montré qu’ils n’étaient pas touchés par la maladie.

Une partie des français iront dans le centre de vacances de Carry-le-Rouet rejoindre les premiers rapatriés. Les autorités en placeront d’autres dans une école d’officiers de sapeurs-pompiers située à Aix-en-Provence. Pour les ressortissants européens, des transferts auront lieu avec l’aide des pays concernés.

Une nouvelle souche de 2019-nCoV ?

Comme l’explique le quotidien belge Le Soir, il est question d’une éventuelle nouvelle souche du coronavirus. Celle-ci pourrait se propager par le système digestif ainsi que par les fluides corporels. Selon des chercheurs chinois, certains patients présentaient des symptômes de diarrhée mais n’avaient pas de fièvre. Par ailleurs, une contamination fécale-orale du coronavirus pourrait également être possible.

Enfin, les pays du G7 vont se concerter pour trouver une réponse uniforme à l’épidémie. Il est question d’une conférence téléphonique organisée entre les ministres de la Santé de l’ensemble de ces pays. » Fin de l’article

Malgré le déploiement des moyens que les organisation de la santé s’efforcent de mettre en place, de nombreuses questions restent en suspens sur l’origine du virus. Bien évidemment, il faut se méfier des théories plus ou moins fantaisistes qui chercheraient à effrayer les populations par la diffusion de fausses informations allatn dans le sens du complotisme.

Mais pour autant, il ne faut pas écarter certaines hypothèses qui pourraient aboutir un jour sur la découverte d’un système pouvant mettre en péril une partie de l’humanité. En fait, il y a trop d’humains sur la planète et les énormes vagues de migrations sont entre autres les preuves des surpopulations constatées un peu partout dans le Monde.

Depuis 75 ans, il n’y a plus eu de grande guerre à l’échelon mondial. La guerre de 14-18 et celle de 39-45 avaient décimé l’Europe et touché profondément d’autre continents. Aussi, face aux surpopulations du globe, il faudra trouver très vite des solutions d’équilibre.

Les épidémies, voire les pandémies seront-elles un terrible moyen de « purger » l’humanité ? On ne peut y croire … et pourtant !

Pierre Reynaud

CORONAVIRUS

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×