LES JUIFS SONT-ILS VICTIMES DE LA POLITIQUE FRANÇAISE ?

Depuis très longtemps déjà, les juifs subissent lourdement les méfaits des politiques menées sur le territoire français. Déjà, vers la fin du XIXème siècle, l’antisémitisme s’est manifesté avec l’affaire du capitaine Alfred Dreyfus, juif et d’origine alsacienne, condamné à tort en 1894 pour avoir prétendument livré des documents secrets français à l’Empire allemand. Poursuivi sans preuve tangible pour haute trahison, Dreyfus avait contre lui toute la classe politique à laquelle venait s’ajouter une opinion publique plutôt défavorable. Par la suite, le militaire sera innoncenté puis réhabilité en 1906 par un arrêt de la Cour de Cassation démontrant l’erreur judiciaire, pour ne pas dire le complot qui avait été organisé sur un fond d’espionnage.

Plus tard, pendant les années noires de l’Occupation allemande, les juifs seront persécutés, déportés et exterminés durant toute la sinistre période de l’État de Vichy. Personne n’ignore de nos jours, le drame qui s’abattit sur des milliers de familles juives, bien qu’à l’heure d’aujourd’hui, c’est l’indifférence qui semble dominer l’esprit de mémoire.

Depuis quelques années, l’État n’accorde pas beaucoup d’importance aux populations d’origine juive. Les agressions antisémites sont très nombreuses, qu’elles soient verbales ou physiques et parfois même, elles tournent à la tuerie et à l’assassinat comme ce fut le cas en 2015 au moment des attentats terroristes.

Aussi, les juifs français, ne se sentent plus chez eux sur le territoire d’une république qui ne le défend pas. Dans ce contexte, ils préfèrent quitter la France et retournent souvent en Israël. Selon l’essayiste Pascal Brucker interviewé au micro de France Inter en 2018, « 60 000 citoyens juifs français ont quitté la France parce qu'ils ne se sentaient pas en sécurité, notamment après les évènements de l'hypercacher ». 

Cette fuite à l’étranger est devenue courante dans la communauté juive qui craint à chaque instant de la vie, des attaques et des attentats perpétrés essentiellement par des groupuscules antisémtites d’extrême droite et par des hommes de main des réseaux islamistes. À côté, on va retrouver aussi de jeunes délinquants venus des cités qui pensent trouver dans un antisémitisme impulsif et une identification avec le peuple palestinien, une manière de s’affirmer aux yeux de la société.

La certitude actuelle, c’est le vide politique qui existe autour de la cause juive. Dans les faits précis, la haine des juifs à travers la diabolisation d’Israël prospère largement en France, en toute impunité. Et malgré quelques vagues annonces faites par le Président de la République au Dîner annuel du Crif en février dernier, rien de concret n’apparaît pour lutter efficacement contre l’antisémitisme galopant.

Alors, le gouvernement Macron, serait-il quelque peu indisposé pour protéger les communautés juives ? Ou serait-il plus favorable à une autre cause qui irait vers des intérêts antijuifs ?

Quoi qu’il en soit, il est clair que la France manque d’initiative et surtout de courage pour régler convenablement le problème de l’antisémitisme. Cette situation n’est pas nouvelle, car aucun gouvernement français n’a su répondre aux attentes du peuple juif.

Avant de terminer ces quelques lignes, je citerai cette phrase qui résume en elle-même la tragédie qui ronge depuis de longues décennies la communauté israélite. Elle appartient à Francis Kalifat, présidentdu Crif qui a dit tout dernièrement : « Pour combattre le fléau de l’antisémitisme et sa forme réinventée qu’est l’antisionisme, il faut aussi du courage politique. »

Pierre Reynaud

FRANCIS KALIFAT

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×