La France Libérée, lafrance libérée.fr, journal, google, bing, yahoo, msn

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE : le premier ROUND du premier tour

L'article de Charles Gave*

PREMIER ROND

Comme chacun le sait, les combats de boxe en amateurs se passent en trois rounds.

Nous venons d’avoir les résultats du premier round et nous savons que seront autorisés à remonter sur le ring pour continuer le combat les deux candidats suivants :

Le Président sortant avec 28 % des voix.

Marine Le Pen, aussi avec 23 % des voix.

C’est-à-dire que nous avons exactement les mêmes finalistes que la dernière fois, ce qui était à l’évidence le but du Président sortant depuis son élection il y a cinq ans déjà.

Mission accomplie donc, et il nous va falloir supporter cinq ans de plus comme Président cet homme qui n’aime pas la France.

Je ne le pense pas.

En fait, je pense que ce résultat est désastreux pour lui…

Voici pourquoi.

Premier fait. D’après tous les sondages d’opinion, environ 70 % des Français ne veulent pas que le Président Macron fasse un deuxième mandat. Voilà qui est amplement confirmé par les résultats du premier tour. Que le Président sortant ne fasse que 21 % des inscrits est monstrueux et en d’autres temps, un homme d’honneur, ayant fait ce score après cinq ans au pouvoir, se serait retiré. Mais, pour cet homme,  comme pour toute sa caste, la notion d’honneur est incompréhensible.

Deuxième fait : l’abstention, aux alentours de 25 %, a été forte pour un premier tour. Ce qui pour moi pourrait s’expliquer de la façon suivante. De mes contacts en province ou à Paris m’est revenue de nombreuses fois la remarque suivante : je ne vais pas voter au premier tour tant l’offre de candidats me paraît inadaptée à ce que j’attendais. Mais, en revanche, j’irais voter au deuxième pour le candidat TSM (tout sauf Macron), quel qu’il soit. Une hausse de la participation au deuxième tour pourrait donc se produire et cette hausse serait désastreuse pour le Président sortant.

Troisième fait : J’ai voté à toutes les élections présidentielles de la Cinquième République (Il doit en rester de moins en moins qui ont accompli cet exploit). Quand le candidat était le Président sortant, ceux du camp opposé voulait s’en débarrasser, et tous les moyens étaient bons,  ce qui était bien normal. Ce fut le cas pour Giscard, Mitterrand et Sarkozy (La réélection de Chirac ne compte pas). Mais,  en ce qui concerne Macron, partout où je vais, je remarque que beaucoup de citoyens ont une détestation franche et massive pour la personne même du candidat. En 60 ans de vie politique , je n’avais jamais constaté un tel phénomène. Cet homme est littéralement haï, aussi bien par des gens de droite que par des gens de gauche tant il incarne parfaitement l’homme de Davos qui se croit intelligent parce qu’il trahit son pays.

Quatrième fait :  Le Président sortant a aujourd’hui un bilan à défendre, et les casseroles sont nombreuses (Benalla, Alsthom , EDF, Fessenheim, la gestion du Virus, la soumission constante a Bruxelles, les gilets jaunes, les consultants, sa fortune personnelle) et j’en oublie. Il ne pourra pas nous refaire le coup de celui qui arrivait tout frais et plein d’idées neuves. Nous avons payé pour voir et beaucoup de gens n’ont pas aimé ce qu’ils ont vu.

Cinquième fait : Marine Le Pen s’est comportée avec dignité dans cette campagne, durant laquelle une grande partie des siens l’ont trahie, ce dont elle ne s’est pas plainte. Qui plus est, la politique qu’elle a suivie de dédiaboliser sa candidature semble avoir réussie. Essayer de faire croire qu’une telle mère aux chats va nous ramener « aux heures les plus sombres de notre histoire » fera sourire tous ceux qui se rendent compte que nous vivons des heures qui sont passablement sombres et que le Président sortant en est responsable en grande partie.

Et donc, au deuxième tour je voterai Marine Le Pen sans aucune hésitation, tant il me semble indispensable de débarrasser notre pays du Président actuel et de sa clique d’affairistes sans foi ni loi.

Viendra ensuite le troisième tour, les législatives et je ne doute pas une seconde que si le Président sortant était réélu, alors les 2/3 des députés LR se précipiterait pour le rejoindre, ce qui lui assurerait une majorité de gouvernement et serait un vrai désastre.

Pour que nous sortions une fois pour toutes de cette imbécile « royauté bananière » qu’est devenue la France (le mot est d’André Bercoff), il faut que le pouvoir législatif renaisse de ses cendres et reprenne son indépendance vis-à-vis du pouvoir exécutif et que le pouvoir judiciaire soit remis à sa vraie place d’arbitre et non d’acteur.

Pour cela,  il faut que nous votions pour les députés qui permettront de redonner la parole au Souverain, c’est-à-dire au Peuple, par le référendum d’initiative populaire.

Et ces députés ne peuvent pas avoir été ni a LREM ni au LR ni au parti socialiste.

« Sortez les sortants », tel devra être notre slogan

Il nous faudra des hommes neufs venus des profondeurs du pays.

Et je conclus ce très bref billet du lundi en soulignant que le premier pas pour nous libérer de la tyrannie de Bruxelles et des hommes de Davos a été fait.

Il faut maintenant transformer l’essai dans deux semaines pour qu’enfin notre pays redevienne une démocratie en donnant au Peuple les moyens de diriger le calendrier politique et en nous libérant de ce fait des politiciens professionnels et corrompus jusqu’ à l’os.

Aux urnes Citoyens !

Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

 

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×