La France libérée

Paris ... Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé !

Selon toutes les constatations à l'échelon planétaire ...

PARIS était la plus belle ville du Monde

(Voici quelques années encore ...)

PARIS L'ÉTOILESauf quand Madame Hidalgo a décidé de détruire la capitale

●●● Madame HIDALGO, indigne d'être maire de Paris.

Et maintenant, voilà qu'elle voudrait devenir présidente de la République ?  Quelle honte ! 

Sans aucun complexe; la maire de Paris appelle les Parisiens à se prendre en charge face au problème de la propreté, reportant entièrement la responsabilité de la saleté de la capitale sur ses habitants. alors qu'un article du quotidien britannique The Guardian dépeint la ville comme l'une des capitales les plus sales d'Europe

La ville des lumières, des loisirs, de la culture et de l'amour est devenue une ville poubelle quasiment unique dans le monde des sociétés modernes et avancées.

La maire de Paris appelle les Parisiens à se prendre en charge face au problème de la propreté, alors qu'un article du quotidien britannique The Guardian dépeint la ville comme l'une des capitales les plus sales d'Europe.

La ville de l'amour est devenue une ville poubelle. C'est en résumé le portrait fait par le quotidien britannique The Guardian dans un article consacré à la saleté à Paris. Avec ses graffitis, détritus sur les trottoirs, véhicules en libre-service abandonnés et crottes de chien, l'article décrit Paris comme "l'homme sale de l'Europe".

Invitée à réagir sur cette publication, Anne Hidalgo relativise. "Il y avait le même article sur Rome en avril et le même article sur Londres il y a un an", souligne la maire de Paris sur France Inter, admettant ne pas être "satisfaite de la situation". 

●●● Paris, la poubelle ville du monde

Extrait d'un article de Josepha Laroche, journaliste Causeur - 16 juillet 2021

Triomphalement réélue il y a un an avec 17% des inscrits, Anne Hidalgo a des rêves de grandeurs nationales. Et cela se voit : saleté, dégradations, circulation impossible… Paradoxalement, la capitale n’est pas délaissée, elle est victime d’un acharnement destructeur de la part de ses édiles. Du jamais-vu dans l’histoire.

PARIS POUBELLES

« La capitale est plus belle depuis que je suis arrivée aux responsabilités. » 

Anne Hidalgo fait cette déclaration, (si, si, elle a osé mais c’est à ça qu’on les reconnaît), sur France 2 le 15 avril dernier, alors que naît une vague de ras-le-bol sans précédent. Sous le mot-dièse #saccageparis, des Parisiens exaspérés par l’état d’abandon de la ville partagent des milliers de photos prouvant une réalité qui n’arrive pas jusqu’aux fenêtres de l’Hôtel de Ville. Pour l’équipe municipale, ce mouvement n’est qu’une manifestation « d’extrême droite ».

Au terme d’une campagne bouleversée par la crise du coronavirus, la maire sortante est arrivée le 15 mars 2020 en tête du premier tour de l’élection municipale avec plus de 29 % des suffrages. Le 28 juin, elle a remporté le deuxième tour avec 48,7 % des voix après avoir noué une alliance avec le candidat Europe Écologie Les Verts, David Belliard. Notons toutefois qu’elle a triomphé avec seulement 224 790 suffrages exprimés, la participation n’ayant été que de 36,68 %, soit le plus faible taux jamais enregistré depuis 1977. Le 3 juillet, les 163 nouveaux conseillers de Paris ont donc reconduit Anne Hidalgo à la tête de la Ville.

État des lieux

Les critiques qui font rage peuvent être regroupées sous trois grandes rubriques : la saleté, l’enlaidissement et les entraves à la circulation.

La malpropreté est une question récurrente depuis le premier mandat d’Hidalgo. Enfermée dans un stupéfiant déni de réalité, celle-ci se contente de promettre, dans la novlangue dont elle use et abuse, un « big bang de la proximité » à propos de son projet visant à donner plus de pouvoirs aux maires d’arrondissement. Elle s’engage par ailleurs à doubler le budget consacré à la propreté, pour le porter à un milliard d’euros par an, alors que la ville est déjà endettée à hauteur de plus de 7 milliards d’euros. En attendant, les Parisiens se plaignent de vivre dans une « ville-poubelle », « une ville-dépotoir » dont ils ont honte, tandis que les rats pullulent et que décharges sauvages, tags et autres souillures se multiplient en toute impunité. Quant au ramassage des ordures, il laisse régulièrement à désirer lorsque le service n’est pas purement et simplement en grève. Sur les réseaux sociaux, les habitants soulignent que la crasse est un enjeu de salubrité publique et une urgence sanitaire et que la tiers-mondisation de leur ville met en péril son attractivité touristique.

Quant à l’enlaidissement de la capitale, les Parisiens déplorent un processus de zadisation là où Anne Hidalgo ose évoquer une « nouvelle esthétique ». Médusés et très en colère, ils constatent l’enlèvement systématique du mobilier urbain traditionnel. D’aucuns parlent même de « pillage » et de mise à sac du patrimoine. Qu’il s’agisse des célèbres bancs Davioud (voir encadré), des fontaines Wallace, des lampadaires ou bien encore des colonnes Morris, ils observent que la mairie ne les entretient absolument pas, préférant les laisser pourrir ou bien les retirer subrepticement avant que certains d’entre eux soient retrouvés dans des ventes aux enchères, chez des antiquaires ou même au marché aux puces, par exemple les plaques de fonte destinées aux arbres. Mais il y a pire encore, comme le cas des deux fontaines monumentales Art déco de la porte de La Chapelle. Retirées provisoirement le temps des travaux du tramway T3, elles étaient prétendument égarées avant qu’on apprenne qu’elles avaient été purement et simplement détruites. La municipalité substitue systématiquement à ces pièces du mobilier disparate, toujours très bas de gamme.

Une autre manière d’enlaidir la ville consiste à abattre sans raison des dizaines et des dizaines d’arbres magnifiques et centenaires, tandis que dans le même temps on pollue visuellement les rues avec les permis de végétaliser lancés en 2015. Des centaines de milliers d’euros sont gaspillés ainsi chaque année pour « retrouver un lien avec la nature. […] 

 

●●● Paris, ville sale, puante et totalement dégradée

 

PARIS POUBELLES

 

PARIS POUBELLES

●●● A moins que Madame Hidalgo aime un "Paris Poubelles" ?

PARIS POUBELLES

 

PARIS POUBELLES

●●● Même au pied de la Tour Eiffel, les poubelles trônent ...

 

Paris poubelles

 

PARIS POUBELLES

●●● Quand Paris tu m'as pris dans tes bras (bien sales !)

 

PARIS POUBELLES

 

PARIS VILLE POUBELLE

●●● La ville de Paris devrait être mise sous tutelle ! Oui, sous tutelle !

Madame Hidalgo, fière de la propreté de sa ville ?

ANNE HIDALGO MAIRE DE PARIS

 

MADAME HIDALGO DANS UNE BALADE POUBELLES

●●● Qui est Anne Hidalgo ?

MARS 2014

 

Pour la première fois de son histoire, la capitale élit une femme à sa tête. Première adjointe de Bertrand Delanoë depuis 2001, Anne Hidalgo, 54 ans, a réussi à s’imposer à Paris, dans un contexte national pourtant défavorable à la gauche. Portrait. 

ANNE HIDALGO MAIRE DE PARIS

Ces parents sont des immigrés espagnols
Née le 19 juin 1959 à San Fernando près de Cadix en Andalousie, Ana Hidalgo arrive en France à l’âge de deux ans, avec sa sœur Mary et ses parents, des républicains espagnols qui veulent fuir le franquisme. La famille s’installe dans une HLM du 9e arrondissement de Lyon, puis dans le quartier populaire de La Duchère. En 1973, Ana obtient la nationalité française et francise son prénom : elle s’appelle désormais Anne Hidalgo.

Elle a fait des études de droit et est devenue inspectrice du travail
La découverte du droit du travail comme "moyen d’action pour faire évoluer la société" est pour elle "une révélation". En 1982, âgée de 23 ans, elle devient inspectrice du travail. En 1984, elle est nommée à Chevilly-Larue dans le Val-de-Marne et s’installe dans le 15e arrondissement de Paris, où elle vit toujours aujourd’hui.

En 1994, elle adhère au PS
Au nom de ses convictions humanistes, elle adhère à la section PS du 15e arrondissement de Paris. Rapidement, ses compétences professionnelles seront remarquées par le parti socialiste puisqu’elle est nommée en 1997 dans le cabinet de Martine Aubry, ministre de l’Emploi puis conseillère auprès de Nicole Péry (Droit des femmes et formation professionnelle) et de Marylise Lebranchu (Justice).

Elle est mère de trois enfants
Anne Hidalgo a eu deux enfants d’un premier mariage, Mathieu, 27 ans, avocat et Elsa, 25 ans, ingénieur des travaux publics. Puis un troisième enfant d’une seconde union, Arthur, âgé de 12 ans.

Elle est l’héritière désignée de Bertrand Delanoë
Première adjointe chargée de l’égalité homme-femme (2001-2008) puis de l’urbanisme et de l’architecture (2008-2014), Anne Hidalgo devient la plus proche collaboratrice du maire de Paris, 
Bertrand Delanoë. Ce dernier lui transmettra symboliquement le flambeau, lors d’un premier grand meeting de campagne parlant d’une "nouvelle étape, sans rompre avec le passé".

Elle est mariée à un député des Hauts-de-Seine
Anne Hidalgo a épousé en secondes noces Jean-Marc Germain, 47 ans. Ce polytechnicien fut le directeur de cabinet de Martine Aubry, avant d’être élu député socialiste des Hauts-de-Seine en 2012. C’est Bertrand Delanoë qui a marié le couple en 2004, alors que Martine Aubry était l’une de leurs témoins.

C’est une féministe convaincue
Féministe de toujours, la première femme maire de Paris est une grande admiratrice d’Olympes de Gouges dont elle a demandé le transfert au Panthéon. Anne Hidalgo explique être devenue féministe "grâce" à son père (un peu macho) contre qui elle a dû se battre pour sa liberté. Elle a depuis fait de l’égalité femmes-hommes une priorité et a également confié avoir "de la bienveillance" pour les Femen.

Elle n’a jamais gagné dans le 15e arrondissement
Grâce au score de ses listes dans la capitale (53,34 % des voix), Anne Hidalgo deviendra maire de Paris, le 5 avril prochain. Pourtant, elle n’a jamais remporté une seule élection dans le 15e arrondissement, traditionnellement ancré à droite. Elle ne récolte que 36,63 % des suffrages au second tour face à l’UMP Philippe Goujon. 

Elle est l’amie de Valérie Trierweiler
Alors que François Hollande vient d’officialiser sa rupture avec la Première dame, en février 2014, Anne Hidalgo, est l’invitée de l’émission Salut les terriens sur Canal+, où elle est interrogée sur le sujet par Thierry Ardisson. "Vous êtes plus copine avec Valérie Trierweiler ou (Julie Gayet, membre de son comité de soutien) ?", lui demande l’animateur. "Je suis plus copine avec Valérie Trierweiler. C'est vraiment une amie depuis très très longtemps", répond Anne Hidalgo.

Elle a parlé du modèle social suédois avec Zlatan
En février 2013, la Première adjointe a déjeuné avec l’attaquant star, dans le cadre du déjeuner annuel du PSG à la Mairie de Paris. Interrogée sur cette rencontre par Le Petit Journal de Canal +, Anne Hidalgo a raconté qu’ils avaient discutés "d'un truc génial, le modèle suédois, le modèle social suédois. Ça vous en bouche un coin hein ? On parlait dans les deux langues en espagnol et en anglais, c'était assez sympa."

Date de dernière mise à jour : 19/11/2021

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire