Créer un site internet

Incendie de la cathédrale de Nantes : Ce que l'on sait du sinistre

Triste spectacle au réveil ce samedi matin à Nantes. En plein centre-ville, la célèbre cathédrale de style gothique Saint-Pierre-Saint-Paul a été une nouvelle fois touchée par un incendie. Vers 10h, le feu qui a fait des dégâts à l’intérieur de l’édifice était « circonscrit pour le moment », grâce à la mobilisation d’une centaine de pompiers. D’épaisses fumées continuaient à se dégager du monument, qui avait déjà été en partie détruit par les flammes en 1972 et reconstruit pour l’essentiel après plus de dix années de travaux. Voici ce que l’on sait du sinistre.

Que s’est-il passé ?

Ce sont des passants présents sur cette place très fréquentée du centre-ville qui ont donné l’alerte. Vers 7h45 ce samedi matin, les pompiers sont intervenus sur la cathédrale Saint-Pierre après que de grosses flammes commençaient à ravager le haut de l’édifice. « Un premier engin a défoncé les portes de la cathédrale pour pouvoir entrer au premier étage, où se trouve l’orgue, d’où a pris le feu », indique le directeur départemental des pompiers Laurent Ferlay. Une centaine de soldats du feu et des moyens aériens ont été utilisés pour circonscrire l’incendie « pour l’instant », indiquaient les pompiers vers 10h.

Les opérations de reconnaissance et de surveillance vont durer toute la journée, pour éviter toute reprise. « L’évacuation des déblais a commencé à plusieurs endroits », indique Laurent Ferlay, qui juge la situation incomparable à celle de Notre-Dame-de-Paris ou de Saint-Donatien, basilique nantaise calcinée en 2015.

Quels sont les dégâts ?

Le grand orgue, qui date du XVIIe siècle et présenté comme « l’âme de la cathédrale », a été intégralement détruit dans l’incendie. Une attention particulière est actuellement portée à la grande tribune, sur laquelle l’instrument domine la nef, car elle menace de s’effondrer. Sur la façade, la grande verrière encadrée par les deux tours de 63m de haut fait triste mine : calcinée, ses vitraux ont été détruits.

« Ils avaient pourtant résisté lors de  l'incendie de 1972 », se désole le père Hubert Champenois, recteur de la cathédrale, qui craint aussi pour les rangées de chaises appelées stalles et le petit orgue. Pour autant, ce dramatique épisode a peut-être permis de limiter les dommages : intégralement reconstruite en béton, la charpente n’a cette fois pas été touchée, indiquent les pompiers.

Où en est l’enquête ?

Elle ne fait que commencer mais le procureur de la République, Pierre Sennès, a indiqué que l’hypothèse criminelle était privilégiée. « Il y aurait en fait trois départs de feu, l’un au premier étage au niveau du grand orgue et deux autres à droite et à gauche de la nef, explique-t-il. Ce n’est pas le fruit du hasard ». Des constatations devaient encore avoir lieu dans l’édifice, pourtant fermé la nuit, qui devait ouvrir pour accueillir un office à 9h ce matin. La SRPJ a été chargée de l’enquête, ouverte pour « incendie volontaire ». Selon le recteur de la cathédrale, il n’y avait pas de travaux en cours, en tout cas pas autour de l’orgue.

Quelle est la situation sur place ?

Depuis que les images circulent sur les réseaux sociaux, de nombreux Nantais affluent autour de cette place pour suivre les événements. Il faut dire que la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul fait partie des monuments majeurs de la ville. « Il y a de la stupéfaction et de l’émotion, a réagi la maire de Nantes, Johanna Rolland, venue sur les lieux. La cathédrale fait partie de notre histoire et de notre patrimoine, pour les catholiques mais aussi pour tous les Nantais. » « C’est encore un choc, explique un riverain de 91 ans. Pendant la guerre, je me suis réfugié ici, dans les catacombes, pendant les bombardements. J’ai vécu l’incendie de 1972. Et voilà que ça recommence… »

La place Saint-Pierre et ses nombreux bars et commerces devraient rester inaccessibles au moins pour la journée. Le Premier ministre Jean Castex est attendu à Nantes dans l’après-midi. Il sera accompagné du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

CATHÉDRALE DE NANTES

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×