IMPORTANT : SE DÉCONFINER LE CERVEAU

Dans un article trés récent, publié le 5 mai courant, j'ai abordé la peur des Français face au coronavirus et aux problèmes qui en découlent. 

Pour plus d'informations au sujet de cet article et notamment pour en prendre connaissance, vous pouvez cliquez sur le lien suivant :

http://www.lafranceliberee.fr/journal-pages/education-jeunesse-enseignement/la-grande-peur-qui-recommence-en-2020.html

Mais ici, je vous conseille de lire aussi, cette analyse de Xavier Bazin qui apporte une vraie solution aux problèmes que nous rencontrons aujourd'hui, face à la crise du Covid-19 et à ses conséquences sur le moral des Français. Le déconfinement est une opération délicate pour chacun d'entre nous. Et il ne s'agit pas simplement de retrouver les libertés qui nous été confisquées, mais aussi de déconfiner notre cerveau, ce qui reste le plus important pour une vie nouvelle et pour retrouver nos moyens d'existence que ce soit  au niveau familial ou à l'échelon du travail, ou encore dans les rapports que nous avons avec nos tous nos proches et nos amis.

Venez donc lire l'article de Xaxier Bazin qui présente un grand intérêt dans la gestion du déconfinement et de la vie d'après.

Le PLUS important : se déconfiner le cerveau

La France a peur. Les Français ont peur. Et quand on a peur, on peut faire n’importe quoi.

Comme de renoncer à nos libertés les plus précieuses, en un claquement de doigts.

Récemment, le Professeur de médecine Christian Peronne s’est ému du flicage généralisé des médecins :

« La France est en train de dérailler. En Allemagne, les médecins sont libres. Ici, tout est fliqué. C’est infernal, j’ai l’impression de vivre sous une dictature »

J’ai déjà parlé de l’absurdité d’interdire aux médecins de prescrire le traitement du Pr Raoult.

Mais cette « dictature » nous concerne tous. Même les Allemands jugent que le confinement français est « autoritaire », c’est dire !

Bien sûr, je comprends qu’en pleine épidémie, il soit légitime de prendre certaines mesures :

  • Comme d’éviter les regroupements de dizaines de personnes ;
  • Ou même de fermer les endroits confinés comme les bars, restaurants ou cinémas.

Mais le confinement strict et policier qu’on a subi en France n’a strictement aucun sens.

Pendant des semaines, les policiers français ont traqué ceux qui voulaient simplement prendre l’air, ou se reconnecter avec la nature :

Coronavirus : un hélicoptère traque les randonneurs dans les Vosges

Un hélicopter traque les randonneurs dans les VosgesUn hélicopter traque les randonneurs dans les VosgesUn hélicopter traque les randonneurs dans les Vosges

Alors que les hélicoptères coûtent un « pognon de dingue » (comme dirait Emmanuel Macron), sans compter leur impact écologique…

…et surtout, cela ne sert strictement à RIEN.

Une étude scientifique a montré que 99,5 % des transmissions du virus se font à l’intérieur, donc presque jamais en extérieur[2] !

Au contraire, sortir de chez soi permet de renforcer son système immunitaire, par l’activité physique et la prise de soleil (vitamine D).

Ce qui s’est passé en France est grave, et il est temps de le dénoncer.

Écoutez ce témoignage lu sur Internet : « Je viens donc d'avoir confirmation du fait que je n'aurai qu'un quart d'heure mercredi pour dire adieu et rendre hommage à mon père devant son cercueil. Le temps qu'il soit acheminé du corbillard au crématorium ».

Dites-moi : à quoi peuvent servir des règles aussi rigides et violentes ?

Autre témoignage : « Mon père a été placé en garde à vue pour défaut d'attestation. Il a 74 ans. Il se trouvait sur le trottoir au pied de son immeuble ».

Dans l’Hérault, un habitant a été verbalisé de 135 euros… parce qu’il a eu le malheur de sortir acheter du pain : il avait bien son attestation, mais il lui a été reproché de n’acheter que du pain et rien d’autre[3] !

Une femme de 73 ans a été verbalisée pour être venue saluer, par la fenêtre fermée, son mari résidant en Ehpad !

Encore plus terrifiant : voyez ce qui est arrivé au pauvre Patrice Dupas, qui voulait faire ses adieux à son père, mourant en Ehpad.

Les gendarmes ont jugé son déplacement « non valable » et l’ont obligé à faire demi-tour et rentrer chez lui, après avoir parcouru 300 kilomètres[5] !

La suite a été donnée par le journal La Dépêche :

« Son père est mort ce mercredi matin. Patrice Dupas est revenu à l'île de Ré, cette fois pour visiter la chambre funéraire. Avec une attestation de décès, celui-ci a rencontré moins de problèmes

Pourquoi je vous parle de cela maintenant, au moment où le déconfinement va commencer ?

Pour une raison simple : je crains que beaucoup de Français ne restent confinés du cerveau.

La propagande médiatique et la psychose généralisée vont laisser des traces.

Et les abus et le flicage risquent de continuer après le 11 mai, sous d’autres formes.

Les autorités ont instillé la peur, et la peur justifie les pires abus.

N’ayez pas peur !

Je lis avec tristesse que la majorité des Français sont inquiets face au déconfinement qui arrive.

Pire : j’observe avec sidération, autour de moi des jeunes de 30 ans, en pleine santé, qui ont peur du coronavirus.

C’est totalement démentiel.

Ces jeunes ont 10 fois plus de risques de mourir en prenant leur voiture (d’un accident) qu’en prenant le métro bondé !

Bien sûr, il est vrai que ce coronavirus peut faire de graves dégâts chez les plus de 75 ans ayant de l’hypertension, du diabète ou d’autres maladies chroniques.

Mais chez les moins de 50 ans (avec ou sans maladie chronique), ce virus est statistiquement moins dangereux que la grippe.

Si vous en doutez, voici les chiffres, par âge, des décès (en Suisse, mais c’est la même chose partout) :

Incidence par 100'000 d'habitants des décès lien à un covid19

lI est donc totalement irrationnel pour des adultes de 30, 40 ou 50 ans d’avoir peur pour eux-mêmes… y compris s’ils ne sont pas en bonne santé !

Même les personnes âgées de 80 ou 90 ans sans pathologie chronique ne risquent pas de mourir plus que d’habitude.

Je rappelle les chiffres : 98 à 99 % des personnes décédées avaient au moins une maladie chronique !

Et pourtant, la peur est palpable, un peu partout.

Plus de la moitié des Français sont même opposés à un retour à l’école !

C’est stupéfiant, quand on sait que :

  • Les enfants sont encore plus protégés du virus que les 20 à 60 ans : alors que la grippe, sur le seul mois de novembre dernier, a tué 6 enfants de moins de 15 ans en France[6], le coronavirus n’en a tué aucun.
  • Les enfants sont rarement infectés par le coronavirus… et transmettent encore plus rarement le virus aux adultes !
  • Une revue d’études scientifiques n’a pas réussi à trouver un seul cas de transmission du virus d’un enfant à un adulte[7] !!

    Je peux comprendre que, dans le doute, au début de l’épidémie, on ait pu décider de fermer les écoles.

    Mais aujourd’hui, il est totalement injustifié de ne pas les ré-ouvrir, en prenant les précautions qui s’imposent.

    Mais les Français ont peur, et semblent prêts à tout pour apaiser leur angoisse.

    On dirait que les Français sont prêts à s’arrêter de vivre pour ne plus prendre le moins risque.

    Mais c’est le meilleur moyen de provoquer des catastrophes !

Vivre, c’est prendre des risques

Prenez le témoignage poignant, sur France 2, de cette dame de 97 ans :

« Je suis enfermée, ce n’est pas une vie, dit-elle en pleurant. Je ne peux même pas aller chez ma voisine. On ne peut même pas discuter. Toute la journée je reste enfermée là-dedans. »

Elle ne se nourrit presque plus, car elle estime que cette vie ne vaut pas d’être vécue.

En ce moment, cette femme a plus de risques de mourir de solitude que de mourir du coronavirus.

Le philosophe André Comte-Sponville s’est insurgé récemment contre cette psychose collective :

« J’ai été très frappé par cette espèce d'affolement collectif qui a saisi les médias d'abord, mais aussi la population, comme si tout d'un coup, on découvrait que nous sommes mortels.

On assiste à un renversement complet par rapport à au moins vingt-cinq siècles de civilisation où l'on considérait que la santé n'était qu'un moyen, alors certes particulièrement précieux, mais un moyen pour atteindre ce but suprême qu'est le bonheur

Et il conclut : « Ne pas attraper le Covid-19 n'est pas un but suffisant dans l'existence ».

Certes, il était justifié de prendre des mesures fortes pour éviter que le système médical n’explose.

Et ça y est, on a réussi : l’hôpital a tenu le choc.

On devrait donc retrouver notre liberté.

Mais le problème est qu’on a changé d’objectif, insidieusement.

Désormais, on dirait que le but est d’éviter totalement la moindre contamination !

Mais cela va trop loin : c’est comme si on interdisait la voiture sous prétexte que 3 000 personnes en meurent chaque année (sans compter tous ceux qui finissent handicapés) !

Le risque zéro n’existe pas : la clé est de trouver un équilibre !

Mais on dirait que personne ne veut entendre cela, aujourd’hui.

Les autorités et les médias ont réussi à laver le cerveau des Français.

Comment ?

En nous plaçant dans en état de STRESS INTENSE, comme les rats du Pr Henri Laborit :

Le confinement : la mise en cage psychologique des Français

Vous connaissez peut-être les expériences du Pr Laborit, racontées dans le film d’Alain Resnais, Mon oncle d’Amérique.

On place un rat en cage. Le sol est électrifié. Régulièrement, une sirène annonce un choc électrique imminent.

Si le rat a la possibilité d’agir (passer dans la cage d’à côté), tout va bien.

Mais s’il est condamné à subir le choc, sans rien pouvoir faire, il finit par dépérir, en quelques jours.

Le Pr Laborit a appelé cela « l’inhibition de l’action » : quand on vous place dans un état de psychose où vous ne pouvez rien faire pour vous défendre, votre état de santé se détériore à toute vitesse.

C’est exactement ce qu’ont fait les autorités : à part vous demander de laver les mains, leur seule solution était le confinement, c’est à dire l’inhibition de l’action.

Mais comme l’a montré le Pr Laborit, c’est le meilleur moyen de détruire votre système immunitaire, et vous rendre vulnérable aux infections !

Voici ce que qu’on aurait dû vous dire :

Votre corps est votre meilleure arme contre les risques d’infection, c’est le moment d’en prendre le plus grand soin !

Il existe une multitude de choses à faire pour réduire votre risque de complications, prenez des bonnes habitudes, comme de manger moins sucré, faire davantage d’activité physique, se promener au soleil en pleine nature, avaler de la vitamine D ou faire le plein de zinc.

Plutôt que de nous tétaniser, à notre domicile, il aurait fallu parler de tout ce qu’on peut faire, par nous même, pour favoriser nos propres défenses immunitaires !

Pour les malades confirmés du Covid-19, c’était encore pire.

Dès la mi-mars, on savait qu’il existait un traitement prometteur et peu risqué, celui du Pr Raoult, avec 50 ans de recul sur ses effets indésirables éventuels.

Mais on a interdit aux médecins de prescrire un traitement ayant une chance de guérir les malades.

Les patients étaient condamnés à rester dans l’inhibition de l’action : ils devaient attendre de voir s’ils allaient se retrouver à l’hôpital, en détresse respiratoire.

Heureusement, vous qui lisez ma lettre, vous aviez énormément de capacités d’action, avec la quercétine, la propolis, les huiles essentielles, etc.

Mais la plupart des Français ont pensé qu’il n’y avait « rien à faire ». Qu’il n’y avait aucun traitement.

Les solutions naturelles étaient présentées dans les médias comme de « fausses promesses ».

« Il ne faut surtout pas donner de faux espoirs aux gens », disent-ils…

…ce qui est doublement absurde : non seulement ces traitements naturels ont de bonnes chances de marcher, ne serait-ce que partiellement… mais on sait depuis des lustres que l’espoir fait vivre, au sens propre du terme, grâce au fameux effet placebo !

C’est l’autre grande leçon des expériences du Pr Laborit.

Car il a fait une troisième expérience avec ses rats : il a mis deux rats dans la cage soumise aux électrochocs.

Au moment où la sirène retentissait, les deux rats se jetaient dessus.

Cela ne changeait rien à leur situation, mais au moins, ils agissaient.

Résultat ? Au bout de quelques jours, ils étaient toujours en très bonne santé !

Henri Laborit en a conclu que le simple fait d’agir est positif pour la santé.

Et c’est certainement vrai.

Mais on peut tirer une deuxième conclusion de cette expérience : il est crucial de ne pas vivre un traumatisme tout seul.

C’est aussi le fait de vivre cette épreuve à deux – plutôt que tout seul – qui a maintenu les rats en bonne santé.

De fait, on sait que la solitude est extrêmement délétère pour la santé des êtres humains.

En temps « normal », elle est la cause directe de morts prématurées[10], du déclin cognitif[11], et de crises cardiaques[12].

Alors vous pouvez imaginer les dégâts de la solitude en cette période anxiogène !

Pensez-à tous ceux qui étaient confinés seuls, chez eux.

Pensez à nos aînés en Ehpad, confinés dans leur chambre, seuls toute la journée.

Condamnés à écouter la radio ou regarder la télé, avec des informations anxiogènes en permanence :

« Annoncer tous les matins le nombre de morts sans les mettre en perspective (par rapport à la moyenne habituelle des morts, leur âge, la comorbidité dont ils souffraient, etc.), consacrer des journaux entiers à la pandémie ne peut qu’ébranler même les têtes les mieux faites...

Imaginez que chaque matin on égrène le nombre de morts en France toutes causes confondues et qu’on y consacre l’ensemble des journaux : qui oserait encore tout simplement vivre ? » (Jean Quatremer)[13]

Les dégâts psychologiques et sanitaires de cette période sont incalculables.

Voilà pourquoi on ne devrait pas être « inquiet » de déconfiner, mais plutôt s’en réjouir !

Il est urgent de déconfiner les Français ET de déconfiner leur cerveau.

Transmettez cette lettre autour de vous.

Il est temps de retrouver notre liberté, et reprendre le contrôle sur notre vie.

Bonne santé,

Xavier Bazin

DÉCONFINE TON CERVEAU

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire