MACRON remet la Légion d'honneur à des politiques indélicats

Parmi les politiques récipiendaires, certains sont des fraudeurs. Macron récompense les escrocs

Légion d’honneur : les étrennes d’Emmanuel Macron

EMMANUEL MACRON

Il n’y a pas à dire, Emmanuel Macron sait renvoyer l’ascenseur. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir le Journal officiel de la République française, en date de ce 1er janvier 2023, au chapitre des promotions dans la Légion d’honneur. Pas moins de sept anciens ministres d’Emmanuel Macron sont nommés ou promus dans notre premier ordre national. Alors, ouvrez le ban !

Nicole Belloubet, garde des Sceaux sous Édouard Philippe, reçoit la cravate de commandeur. L'avantage de cette promotion, c'est que ça nous rappelle que cette dame fut un temps à la tête de la Justice française. François Bayrou, « ancien ministre d’État » (un mois et quatre jours !), sans qui rien ne serait arrivé en 2017, se voit attribuer directement la rosette d’officier sans passer par la case chevalier. On va dire que c’est le témoin d’usure. Notons tout de même que juste au-dessus du nom du Béarnais figure celui de sa voisine basque Michèle Alliot-Marie, inoxydable ministre sous Chirac et Sarkozy. Cette rosette est à l’évidence justice pour cette femme d’État qui fut à la tête de plusieurs ministères régaliens : Défense, Justice, Intérieur, Affaires étrangères. Sans doute un record.

Viennent ensuite les grands éclopés de  de la Macronie, ceux tombés au champ d’honneur des  de 2022 : Richard Ferrand, Emmanuelle Wargon et Christophe Castaner. Pour eux, la croix de chevalier. Wargon, nommée à la Commission de régulation de l’énergie, et Castaner, nommé au tunnel du Mont-Blanc, avaient reçu cet automne le paquet-cadeau. Aujourd’hui, pour les étrennes, c’est le ruban rouge. Soulignons, au passage, que Richard Ferrand s’était vu proposer, en octobre, par Macron la présidence de l’Office national des forêts mais qu’il l'avait refusée. « Je ne veux pas qu’on puisse dire que j’ai été recasé », aurait rétorqué cet homme qui a sa fierté. Apparemment, ils ne sont pas légion à réagir ainsi, c’est donc tout à son honneur ! On imagine d’ici la remise de la croix aux deux grognards Ferrand et Castaner, sur le front des troupes macronistes à l'Élysée, Macron leur tirant l’oreille et une larme. Enfin, les anciens ministres Muriel Pénicaud et  sont promus officiers pour solde de tout compte. Fermez le ban !

Et puis, les promotions de la Légion d'honneur, c'est comme les non-anniversaires dans Alice au pays des merveilles : il y a les non-nommés. Par exemple, pour ceux qui s'en inquiéteraient, Amélie de Montchalin, désormais ambassadrice auprès de l'OCDE. Mais là, avouons que ça aurait été peut-être un peu trop gros. À 37 ans et toutes ses dents longues, elle peut attendre.

Terminons cette petite revue des troupes par un régional de l'étape. Ça fait toujours bien. Il n'a pas été ministre de Macron mais secrétaire d'État sous Chirac. Renaud Muselier, élu président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur avec le soutien des LR en 2021 et, depuis, rallié au parti présidentiel, reçoit la rosette d’officier. Bien évidemment, il n'y a aucun lien entre ce ralliement et cette promotion.

Thomas Bertin

________________________

Cadeaux de fin d'année pour les escrocs

Parmi les récipiendaires de la Légion d'honneur, on notera !

- Richard Ferrand, mis en cause dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne,

- François Bayrou, mis en cause dans un dossier d'emplois fictifs,

- Christophe Castaner, mis en cause dans une lourde d'affaires d'irrégularités dans la gestion des comptes de la Ville de Forcalquier alors qu'il en était maire.

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 02/01/2023

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×