SAMEDI 7 JANVIER 2023 : Le retour des manifs

Plusieurs groupes et collectifs appellent à manifester à Paris et en régions ce samedi 7 janvier 2023 pour exprimer le ras-le-bol des Français. Le début d’un grand mouvement social ? Ça y ressemble.

La pression monte depuis des mois. Les Français ont de nombreuses raisons d’être mécontents. Inflation, utilisation abusive du 49.3, réforme des retraites, crise de l’hôpital, crise de l’école, grèves SNCF, faillite des boulangeries, etc. Plus rien ne tient debout. L’Élysée, Matignon, Bercy et les autres semblent ne plus rien maîtriser du tout. C’est le chaos permanent, le bordel ambiant. On ne peut plus continuer comme ça bien longtemps.

MANIFESTATIONS GILETS JAUNES

Des inégalités criantes

L’inflation, dont on nous rebat les oreilles, c’est un terme économique un peu galvaudé qui traduit mal la réalité. L’inflation, c’est l’augmentation du niveau général des prix qui vous empêche d’acheter à manger normalement à vos enfants et à votre famille, c’est cette facture de gaz et d’électricité qui vous tombe dessus au plus mauvais moment, c’est le prix de la baguette de pain qui grimpe trop vite, c’est le prix des chaussures que vous ne pouvez pus offrir à vos enfants, c’est votre salaire ou votre pension qui n’augmente pas… L’inflation, ce n’est pas seulement de beaux croquis dessinés dans les journaux ou sur les écrans de télé. C’est la misère, l’indigence, la pénurie que l’on vit au quotidien et qui rend la vie impossible à des millions de Français. Il y a dans ce pays plus de 10 millions de pauvres dont 5 millions vivent en dessous du seuil de pauvreté, il y a 42.000 enfants dans la rue, selon l’Unicef ! Du jamais vu !

Syndicats et collectifs

La situation est donc insupportable. Alors que l’Élysée veut relancer la réforme des retraites dont personne ne veut (débat le 10 janvier à l’Assemblée) les syndicats montent au créneau. Certes, les syndicats ne représentent plus grand monde et n’ont plus le pouvoir de nuisance qui était le leur, il y a quelques années, mais ils peuvent encore faire peur et mobiliser quelques centaines de milliers de personnes contre un projet mal ficelé.
D’autant que les syndicats sont débordés sur leur gauche par une kyrielle de collectifs qui prennent les choses en main. Plus souples, sans structure verticale, sans chefs, ils obéissent à des mots d’ordre lancés spontanément sur les réseaux sociaux, ils sont plus difficiles à contrôler. Collectifs de médecins, d’infirmières, de contrôleurs SNCF, de Gilets jaunes, de boulangers… Ils inquiètent les autorités.

Départ d’un grand mouvement social

Voilà pourquoi l’appel à manifester, samedi 7 janvier 2023, ne doit pas être pris à la légère. Même si le retour sur les ronds-points ne sera sans doute pas de grande ampleur, même si les rangs des manifestants pourraient ne pas être très garnis, ce samedi à Paris, cette première manif de l’année donnera le top départ d’un grand mouvement social en France qui pourrait prendre de l’ampleur rapidement.
Il suffirait d’une maladresse de Macron, de Borne, de Le Maire ou encore de Darmanin, pour que tout dérape. Le feu qui couve sous la cendre depuis le mouvement des Gilets jaunes d’octobre 2018 ne demande qu’à repartir.

Emilien Lacombe

Date de dernière mise à jour : 04/01/2023

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire