En route vers le G20 ! Les photos d’Emmanuel Macron dans l’avion étonnent et font trembler les grands de ce monde

Dans l'avion le menant au G20, Emmanuel Macron est concentré. La photographe officielle du président, Soazig de la Moissonnière, est là pour fixer ces instants historiques qui feront la joie des amateurs de bandes dessinées. Le héros est en tee-shirt sombre façon Zelenski, barbe de deux jours... Peut-être trois...  Regard déterminé, poing serré renfermant un stylo... Shlack !. Le personnage est immortalisé.

Il est assis maintenant à une table sur laquelle sont disposés des assiettes, des verres vides et quelques menues collations. Trois collaborateurs semblent attendre le top départ du repas. Emmanuel Macron ne mange pas de ce pain là. Il bosse. A quelques centimètres des plats qui refroidissent, il écrit plein de mots sur une feuille de papier avec le stylo qu'il a réchauffé dans sa main deux minutes auparavant. Clac ! L'image est forte. Le sort du monde se joue à deux pas d'une salade de boulettes au soja.

EMMANUEL MACRONPhotos de Soazig de la Moissonnière sur Instagram du Président Macron

Sur le troisième cliché mis en ligne sur Instagram, mains derrière la tête, le président se détend enfin. Un objet non identifiable dépasse de sa bouche. Peut-être s'agit-il du stylo qu'il vient d'avaler pour éviter que l'objet soit retrouvé et analysé par les services secrets chinois. Voilà, le scénario semble bien ficelé. Les trois images sont publiées en noir et blanc sur le réseau social. Surtout pas de couleur ! La mise en scène requiert l'ambiance tendue du combattant se préparant à un championnat du monde. La prochaine fois, "prévoir gants de boxe", inscrit la photographe sur son notebook. Le non-rasage était parfait ; mais il manque ce petit rien qui vous transforme un chef d'état en Rocky prêt à massacrer son adversaire.

A sa descente d'avion à Bali, le baroudeur français s'est entièrement métamorphosé. Rasé de près, costume bleu marine, tee-shirt caché sous la chemise. La stratégie est machiavélique. Les grands de ce monde n'imaginent pas la machine de  qui vient de débarquer sur le sol indonésien. Sous des dehors paisibles, le terrible Macron a prévu de profiter du  pour demander à la Russie de « rentrer dans une logique de désescalade ». Mais où va-t-il chercher tout ça ? 18 heures de vol, deux stylos ingérés, trois collaborateurs morts de faim. La mission a nécessité quelques sacrifices mais l'effet de surprise va poser le président français en maître du jeu international. D'un coup de génie pacificateur, il va couper l'herbe sous le pied des chefs d'Etat en présence, tous fervents partisans d'une aggravation du conflit.

Repris sur Twitter, le roman-photos du voyage présidentiel fait se pâmer une poignée de nostalgiques de ce bon vieux En Marche. Mââgnifique ! Quel talent !  Superbe ! « On dirait Kennedy », s'exclame l'un d'entre eux. Le fan club est subjugué. Ils le suivront quoi qu'il en coûte. Sur terre, sur mer ou dans les airs, doublure lumière de Zelenski ou inscrit à Koh- Lanta, ils seront toujours là pour apprécier la dimension théâtrale du personnage.

Sur le tarmac de l'aéroport, un groupe de danseuses balinaises était venu accueillir le potentat français. Arrivée trop tard, la photographe n'a pu saisir le numéro de claquettes mis au point par les communicants de l'Elysée. Des progrès restent à faire.

Jany Leroy

Date de dernière mise à jour : 16/11/2022

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×