AGNÈS BUZYN

“Qui peut dire si je ne serai pas morte ?” : Buzyn défaitiste face au coronavirus

L’ex-ministre de la Santé, candidate LREM aux municipales à Paris, envisage tout bonnement de plus être de ce monde pour le second tour

Le coronavirus a décidément plombé le moral d’Agnès Buzyn. Quelques jours après sa charge contre l’exécutif, qu’elle dit avoir prévenu fin janvier d’une potentielle crise sanitaire violente, Le Point rapporte dans ses Indiscrets que l’ancienne ministre de la Santé ne serait pas particulièrement optimiste quant à ses chances de pouvoir disputer le second tour des municipales, reporté à fin juin par l’exécutif.

« Il faut prendre des décisions fermes »

« S’il est reporté à dans six mois ou un an, qui peut dire si on sera vivants ou morts ? Si je ne serai pas morte ? », aurait déclaré la médecin. Elle aurait également poussé un autre coup de gueule contre l’exécutif, avant que celui-ci ne reporte le second tour, lundi 16 mars. « Si le gouvernement maintient le second tour, on déposera des listes, mais on ne fera pas campagne ! », aurait-elle menacé dans une lettre adressée à ses proches. Ou encore : « Il faut mettre fin à cette mascarade des élections et prendre des décisions fermes ».

Pour rappel, Agnès Buzyn a dénoncé, dans un article du Monde, en début de semaine, la « mascarade » du premier tour, maintenu par le gouvernement. Elle a aussi affirmé avoir prévenu Édouard Philippe dès « le 30 janvier que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir »

AGNÈS BUZYN.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire