Après Castaner, le Premier Ministre Castex ? Les affaires continuent ...

La République sous la présidence Macron, nous apporte toujours des surprises. Depuis son arrivée au pouvoir, les « affaires » ont été nombreuses, touchant l’entourager du chef de l’État ou certains de ses ministres. À un moment donné, et surtout après l’affaire Benalla, on aurait pu croire qu’Emmanuel Macron allait redresser la barre et se reprendre. Un repositionnement auquel certains ont cru, mais qui au final s’est révélé entièrement négatif, le président de la République étant totalement incapable de rétablir une république exemplaire, malgré ses promesses énoncées en 2017, lors des campagners électorales.

Il faut savoir que le système Macron est entièrement inefficace à ce niveau. Le système Macron s’est révélé au fil du temps une organisation complice des malversations, de la forfaiture, et de la criminalité financière.

Il faut savoir que d’ici la fin du mandat présidentiel en 2022, les scandales politiques ne feront que fleurir et très certainement, dans les temps futurs, on pourra dire que le quinquennat Macron a été celui des désordres de la finance et de la corruption.

Dossier Castex

Arriivé depuis très peu de temps au giouvernement, le locataire de Matignon est vite rattrapé par les affaires, même si pour l’instant, il n’est pas mis en cause directement. La certitude est que Jean Castex est mélé de près ou de loin à un dossier foireux touchant des proches du Premier Ministre et notamment de sa propre famille. La grosse surprise réside das l’arrêt total des enquêtes de justice au moment où Monsieur Castex venait de rejoindre Matignon en tant que chef du nouveau gouvernement. La France Libérée. Ghislain Jobert

Les faits actuels

Une enquête judiciaire ouverte par le parquet de Perpignan, qui aurait pu s'avérer délicate pour le Premier ministre, a été arrêtée à la suite de son arrivée à Matignon, ainsi que le rapporte une investigation de Médiapart. Hasard du calendrier ?

Comme l'a révélé Médiapart le 24 août, l'actuel chef du gouvernement Jean Castex aurait bénéficié, trois jours après son arrivée à Matignon, de l'arrêt d'investigations judiciaires portant sur la gestion de déchets dans la communauté de communes Conflent-Canigó (Pyrénées-Orientales) qu'il présidait jusqu'à sa nomination au poste de Premier ministre.

« L’abandon des investigations a été brutal et inexpliqué »

Alors qu'ils ont initié leurs investigations en 2019, les enquêteurs soupçonnaient « plusieurs infractions au code de l’environnement [pollution] et au code du travail [travail illégal] » dans l’exploitation de bennes à ordures par des ferrailleurs dans des déchetteries de cette communauté de communes (CDC). 

« Après l’audition, au mois de juin, d’un fonctionnaire en charge de la gestion des déchetteries de la CDC, les investigations devaient se prolonger pour évaluer la responsabilité des pouvoirs publics dans le déploiement des bennes, a précisé une source proche du dossier.

Ce qui aurait inévitablement exposé, au moins politiquement, Jean Castex », relève Médiapart.
Un membre de la famille de Jean Castex évite une audition

«La prochaine audition devait concerner un des vice-présidents de Jean Castex qui est aussi un membre de sa famille [un oncle par alliance]», explique encore le média d'investigation qui rapporte ainsi les propos d'une source proche du dossier :

« L’abandon des investigations a été brutal et inexpliqué.»

De son côté, le vice-procureur qui a piloté les investigations, également cité par Médiapart, affirme qu'il s’agit d’un pur hasard de calendrier, expliquant que l’enquête touchait à sa fin et que le dossier a été transmis à son procureur « pour appréciation ».

Cité par le site d'information, Matignon a affirmé que « bien entendu, Jean Castex atteste n’être jamais intervenu dans cette enquête qui ne met pas [en cause], ni de près ni de loin, sa responsabilité». Toujours selon Médiapart, le second volet de l’enquête, centré sur l’exploitation d’une casse à Prades, est lui « en cours d’analyse depuis l’arrêt des investigations » : « Le parquet peut décider de classer l’enquête, de renvoyer le dossier devant le tribunal correctionnel, ou de poursuivre les investigations en nommant un juge d’instruction.»

JEAN CASTEX

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire