Créer un site internet

JEAN-LUC MÉLENCHON : La NUPES ou le marché de dupes ?

Après la présidentielle, les législatives. Socialistes et écologistes laminés au soir du 10 avril 2022, se regroupent derrière Jean-Luc Mélenchon, qui se rêve en Premier ministre de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale. Pas moins.

MÉLENCHON CONVENTION NUPES

Les partis de gauche (LFI, PS, PCF et EELV) se sont alliés au sein de la NUPES en vue des législatives, les 12 et 19 juin 2022. Il s’agit non seulement de sauver ce qui reste de la gauche après la raclée des présidentielles, mais aussi de proposer une alternative à la politique d’Emmanuel Macron pour les cinq ans qui viennent.
Comment ? En se regroupant derrière celui a fait un score honorable (21,95% des suffrages) au soir du 10 avril 2022, Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise. Le but ? Obtenir une majorité de députés à l’Assemblée pour imposer une cohabitation à Macron.

Un accord minimaliste

Force est de constater que les écologistes et les partis de la gauche traditionnelle sont laminés et dispersés, façon puzzle. Le vieux parti socialiste emmené par Anne Hidalgo a culminé à 1,74% des suffrages, le Parti communiste, conduit par Fabien Roussel a engrangé 2,31% des voix et Yannick Jadot, l’écologiste, a fait un score de 4,58%, même pas de quoi obtenir un remboursement des frais de campagne !
Comment dans ces conditions aborder les législatives ? En acceptant les miettes que veut bien distribuer le chef de cette nouvelle coalition, Mélenchon.
L’accord entre les membres de cette Nouvelle Union s’est fait sur quelques points de convergence minimalistes comme la retraite à 60 ans, le blocage des prix pour éviter une inflation galopante, la planification écologiste pour sauver la planète, la possibilité de ne pas respecter certaines règles européennes, etc.

La grosse part du gâteau

La France insoumise se réserve la grosse part du gâteau : 330 des 577 investitures. Ils sont 17 actuellement à siéger au Palais Bourbon. Les Ecologistes se voient attribuer 100 circonscriptions, eux qui, aujourd’hui, n’ont aucun représentant à l’Assemblée. Le Parti socialistes est gratifié de 70 circonscriptions (28 députés en 2017). Et le Parti communiste aura 50 circonscriptions (15 députés en 2017).
Compte tenu du scrutin uninominal à deux tours qui favoriser les grands partis, l’objectif sera de passer la barre des 12,5% des inscrits le 12 juin pour pouvoir se maintenir au second tour. Avec possibilité de lier des alliances, voire de se maintenir dans le cadre d’une triangulaire ou d’une quadrangulaire pour faire barrage à un autre parti.

Un drôle d’attelage

Suffisant pour remporter la mise ? Pour s’imposer dans plus de 250 circonscriptions ? Pas sûr. Car cette alliance « de la carpe et du lapin » selon le mot d’un socialiste, devra compter avec les candidatures dissidentes. Notamment au parti socialiste. L’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve s’est démarqué de ce drôle d’attelage dont il n’aime pas le cocher. Et la présidente de la région Occitanie, Carole Delga ira encore plus loin puisqu’elle va soutenir six candidatures contre celles investies par la Nouvelle union populaire, écologique et sociale.
La NUPES ressemble à un marché de dupes pour tous ceux qui ont noué des alliances de circonstance pour mener la bataille des législatives.

Emilien Lacombe

Date de dernière mise à jour : 08/05/2022

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire