La France libérée

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République

LETTRE OUVERTE À MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Monsieur le Président,

Aux heures graves que nous vivons, chaque citoyen de France se pose la même question : que sera demain ? Que vont devenir nos enfants et les générations futures ? Que avenir pour nos jeunesse ? Quel sort sera réservé à la France dans les années qui arrivent ?

Au-delà des situations climatiques très préoccupantes certes, mais qui sont souvent des prétextes à masquer les graves difficultés présentes (emplo relance économique, systéme éducatif) , il existe en particulier un énorme danger représenté par l'insécurité intérieure de la Nation, une insécurité qui explose un peu plus chaque jour, dans l'ensemble du pays, des grandes villes jusqu'au sein de nos provinces en passant aussi par les campagnes et les zones rurales les plus reculées de nos territoires régionaux.

Chaque jour, à chaque heure, des hommes ou des femmes sont victimes d'agressions violentes, faisant des blessés et trop souvent des morts, des gens de tous âges et de toutes conditions dont la principale aspiration était de vivre en paix, entourés de leur famille, avec leur conjoint, leurs enfants, leur père, leur mère, leurs frères et sœurs. Au détour d'une rue ou même à l'intérieur de leur domicile, au hasard d'un mauvais moment ou d'une mauivaise rencontre, ils ont été assassinés lâchement par un ou plusieurs individus parfaitement conscients de leurs gestes monstrueux, mais affreusement cyniques qu'ils se complaisent même à faire souffrir leurs victimes dans les pires horreurs qui puissent exister.

A côté de ces citoyens lambda qui périssent sous les coups d'assassins pervers, d'autres meurent aussi injustement dans l'exercice même de leurs fonctions : ce sont notamment des policiers pris pour cibles par des monstres indescriptibles ou par des terroristes venus de la mouvance islamique radicale. Mais n'oublions pas tous ceux qui ont été tués alors qu'ils se rendaient à leur travail ou en revenaient, et ici, nous ne pourrons oublier l'abominable assassinat de Samuek Paty, un enseignant qui sortait du collège après ses cours, et qui regagnait sa famille comme chaque jour.

Le désastre est complet et dans un tel contexte, personne ne peut entrevoir ce qui peut arriver en quelques jours ou même en quelques heures.

Aussi, aujourd'hui, soyons sérieux quelques instants. Si la crise du Covid-19 représente un danger sanitaire, l'insécurité devient un réel problème de société auquel le gouvernement doit repondre avec détermination et fermeté, et je dirai même, avec violence si nécessaire.

Mais si l'inquiétude est forte vis-à-vis de ces troubles publics qui ne sont autres que des guérillas prémices d'une guerre civile, l'angoisse est d'autant plus forte pour les citoyens de notre pays, que l'État ne réagit pas, que ce soit au niveau du Premier ministre, du ministre de l'Intérieur ou encore du ministre de la Justice.

Et vous-même, Monsieur le Président, comment considérer votre position plutôt passive face à une situation extrêmement dangereuse où le destin de la France est fortement compromis ? Pourquoi n'essayez-vous d'endiguer les incendies qui se déclarent un peu partout en France, propagés par les extrémistes et les adeptes de l'Islam radical et meurtrier ? Pourquoi cautionnez-vous dans un silence troublant, l'assassinat des policiers qui sont par définition les garants de al République edt de la démocratie ? 

 

 

.

  • 1 vote. Moyenne 3 sur 5.

Ajouter un commentaire