Créer un site internet

MACRON : LA GROSSE GIFLE - Le second tour en quatre infographies

MACRON LA DÉFAITE

Ça y est, les résultats définitifs sont tombés et c'est la douche froide pour la majorité présidentielle. L'abstention a été très élevée (entre 53,5% et 54%) et le camp Macron, constitué des groupes LREM rebaptisé Renaissance, MoDem et Horizons, ne ressort qu'avec 245 sièges de ces élections législatives 2022. Et c'est le RN qui sera le premier groupe d'opposition à l'Assemblée nationale, avec ses 89 sièges. La gauche, qui a réalisé une percée avec 131 sièges, devrait être en mesure de former quatre groupes : LFI, PS, PCF et écolo. Quant aux LR, ils disposeront d'un groupe d'une soixantaine de députés. Enfin, un député d'outre-mer a évoqué la création d'un groupe ultramarin.

LÉGISLATIVES 2022La coalition présidentielle n’a donc pas réussi son pari d’obtenir la majorité absolue pour un second quinquennat. Un score qui oblige dès à présent Ensemble ! à chercher des alliances parmi les trois forces d’opposition (Nupes, RN, LR). Ces dernières ont pour l’instant adressé une fin de non-recevoir à la possibilité d’un pacte de gouvernement, même si le débat est (un peu) ouvert chez LR.

Emmanuel Macron apparaît isolé ce lundi au lendemain des législatives 2022. Le chef d’Etat est au centre d’un paysage politique sens dessus dessous, avec une Assemblée nationale sans majorité claire, où son camp recule fortement au profit de la gauche et de l’extrême droite. Le risque désormais d’un pays ingouvernable. « Ma hantise, c’est que le pays soit bloqué », a ainsi déclaré la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, alors que la France avance politiquement en terre inconnue, seulement deux mois après la réélection d’Emmanuel Macron. Les tout prochains jours s’annoncent donc agités pour le président qui va devoir manœuvrer sur le front intérieur, avec un remaniement de son gouvernement « dans les prochains jours ». En attendant, le discours de politique générale d’Elisabeth Borne devant les députés le 5 juillet (discours qui devrait sceller le sort de la Première ministre), 20 Minutes vous résume la soirée électorale du 19 juin en quatre infographies.

Une grande gifle pour Emmanuel Macron

LÉGISLATIVES 2022

Les Français n’ont confié les clés du pays ni à la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), ni à l’extrême droite du Rassemblement national, ni à la droite des Républicains. « Personne n’a gagné », a résumé Gabriel Attal, le ministre des Comptes publics et le paysage politique confirme son instabilité. La coalition présidentielle Ensemble !, qui regroupe LREM, le Modem, Horizons et Agir, devra se contenter d’une majorité relative à l’Assemblée nationale. Selon les projections des instituts de sondage, il lui manquerait au moins une quarantaine de députés pour atteindre les 289 sièges dont elle avait besoin pour gouverner seule. Une contre-performance inédite : il s’agit de la majorité relative la plus petite de la Ve République. S’ils sont confirmés, ces résultats posent clairement la question de la capacité d’Emmanuel Macron à pouvoir gouverner le pays et faire voter les réformes promises, notamment celle des retraites.

LÉGISLATIVES 2022

Son objectif était d’atteindre au moins les 15 députés nécessaires pour former un groupe à l’Assemblée nationale : le Rassemblement national pourrait en avoir jusqu’à six fois plus, selon les projections. Réélue haut la main dans le Pas-de-Calais, Marine Le Pen pourrait disposer de 80 à 95 députés, soit dix à quinze fois plus d’élus qu’actuellement. « Nous incarnerons une opposition ferme, sans connivence, responsable, respectueuse des institutions, parce que notre seule boussole, c’est l’intérêt de la France et du peuple français », a-t-elle promis. Ce lundi matin, la cheffe de file de l’extrême droite a par ailleurs annoncé depuis son fief d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) qu’elle ne « reprendrait pas la tête » du RN afin de se consacrer à la présidence du futur groupe à l’Assemblée nationale.

LÉGISLATIVES 2022

Comme au premier tour, plus d’un électeur sur deux a boudé les urnes lors du second tour. L’abstention a encore progressé entre 53,5 % et 54 %, par rapport au premier tour. Si elle n’a pas battu le record de 2017 (57,36 %), elle a atteint néanmoins son deuxième plus haut niveau pour ce scrutin. Ainsi, comme le montre cette infographie basée sur les données du ministère de l’Intérieur, ces candidats finalement élus dans leur circonscription en 2022 se trouvent être ceux les plus « mal élus » depuis 1988.

LÉGISLATIVES 2022

La nouvelle assemblée est encore loin de la parité, avec 37,26 % de femmes. Avec 215 femmes, contre 224 élues en 2017, l’hémicycle est un peu moins féminisé qu’il ne l’était lors de la précédente législature (38,8 %). Autre chiffre marquant de cet hémicycle remanié : la moyenne d’âge est de 48,5 ans, proche de celle constatée à l’issue des législatives de 2017 (48,8 ans). Les deux députés les plus jeunes élus dimanche ont 21 ans : il s’agit de Tematai Le Gayic, régionaliste élu dans la première circonscription de Polynésie française, qui devient le plus jeune député de l’Histoire de la Ve République. Et de Louis Boyard, élu Nupes-LFI dans la 3e circonscription du Val-de-Marne. Quant au plus âgé, il s’agit de José Gonzalez, 79 ans, élu RN dans la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Enfin, du point de vue des catégories socioprofessionnelles, ce sont les cadres de la fonction publique qui sont les plus représentés (75 députés), devant les cadres administratifs et commerciaux d’entreprise (66), les professions libérales (58), les professions intermédiaires (55) et les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (49). A noter que parmi les 577 députés élus, un peu moins de la moitié (275) occupaient déjà un siège au Palais-Bourbon lors de la précédente législature.

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 21/06/2022

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire