Créer un site internet

Madame Elisabeth BORNE, Première ministre technocrate

Quelle tristesse pour cette femme qui a pris les fonctions de Premier ministre le 16 mai dernier. Déjà, Madame Elisabeth Borne n'avait pas réussi sa mission de ministre du Travail bien que certains aient voulu prouver ses qualités de gestionnaire.

ELISABETH BORNE

En tant que Première ministre, elle prend le risque de devenir très impopulaire. Toutefois, il est vrai qu'elle est l'une des rares personnalités du gouvernement à posséder des aptitudes et des capacités notables pour assurer la bonne administration des services de l'État. Sauf qu'elle doit faire face à un énorme problème qui va l'empêcher de conduire jusqu'au bout, une vrai politique de redressement. Ce problème s'appelle Emmanuel Macron. Le président est toujours le grand maître des horloges. Et à ce titre, il n'a jamais tenu compte de l'avis de ses ministres, ni même de son Premier ministre. Ce fut le cas pour Edouard Philippe qu'il mit de côté le plus souvent possible, et ce fut aussi le cas pour Jean Castex que Macron considéra comme un vulgaire pion que l'on déplace à sa guise, sans aucun ménagement.

À titre personnel, et malgré les critiques qui ont fusé de toutes parts, je pense que Madame Borne a de sérieuses qualités : la volonté au travail, la ténacité, l'envie de réussir sont autant d'éléments qui font d'elle une véritable femme d'État et de haut niveau. Sous un aspect plutôt sévère, elle est reste toutefois en capacité de comprendre la situation difficile des Français et sur ce point, ses compétences pourraient être très utiles pour dénouer une crise sociale de grande ampleur. Hélas le président Macron s'en moque éperdument. Cependant, beaucoup plus technicienne que politique, elle tend à commettre des erreurs qui risquent de lui être fatales un jour ou l'autre : la diminution des droits des chômeurs, le report de l'âge de la retraite, l'austérité en matière énergétique, par exemples …

Mais quelle est sa vraie position dans les réformes avancées par la majorité présidentielle ? Sur ce point, elle ne se risque pas de faire un quelconque commentaire. Elle reste très prudente certes, mais à un moment donné, elle devra se positionner face aux oppositions. Et c'est alors qu'elle devra mettre en jeu sa place de Première ministre. Seule devant l'adversité, elle servira alors de paratonnerre à l'Élysée, si la situation vient à s'envenimer. Quoi qu'il en soit, il est quasiment certain que le président Macron ne la soutiendra pas en cas de problème. Madame Borne en est parfaitement consciente si l'on en croit ses déclarations au mois de juin dernier lors d'un interview télévisé : “La fonction de Première ministre, c'est un CDD, je vous le confirme”.

Clément-Henri de Saint-Marc

 

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×