PRÉSIDENCE MACRON : 2 ANS DÉJÀ ... et pas grand-chose de positif

Au fil des jours, on s'aperçoit que la France est divisée en deux sur le plan politique : d'un côté, les macronistes inconditionnels auxquels s'ajoutent ceux et celles qui trouvent certaines qualités démocratiques au président; de l'autre, l'opposition et tous et celles qui condamnent la politique du chef de l’État dont font partie notamment Les Gilets Jaunes.

 Que représentent-ils dans l'électorat ?  - En fait, les macronistes et assimilés représentent aujourd'hui, environ 37 % du corps électoral, alors que les autres forment 63 %  des électeurs.

Les macronistes sont des électeurs qui trouvent dans la personne du président, un certain idéal de l’homme politique, jeune, moderne, ambitieux et mondialiste, ce qui correspond en grande partie aux cadres quadragénaires d’aujourd’hui .

Quelles sont les qualités du président Macron ? - Malgré son inexpérience politique due à sa jeunesse, le chef de l’État possède des qualités sérieuses de manager. Il est capable de très bien diriger ses équipes et de briefer rapidement ses collaborateurs.  Sans oublier une grande faciliter d'adaptation dans toutes circonstances et toujours  à l'aise avec ses interlocuteurs dans les débats publics.

Quels sont ses défauts ? - Hélas, ils sont un trop nombreux pour un chef d’État. On ne peut pas ici en faire un déballage et on se contentera de citer les principaux.

1. Macron n'est pas un démocrate. Il est plutôt d'un genre "dictateur en herbe", agissant en seul décideur, à la manière des despotes bien connus d'hier ou d'aujourd'hui. En clair, il n'aime pas la République.

2. Macron est un excellent manipulateur. Jamais, jamais, un président de la République, sous la V° République comme sous les III° et IV° Républiques n'avait su influencer les foules et surtout les médias désormais à la solde du pouvoir pour la plupart.

3. Macron se disttngue dans l'imposture. Aussi, s'est-il entouré de formateurs en mensonges qui publient souvent de fausses informations devenues à l'heure des "fake news officiels.  On les retrouve dans tous les systèmes de la communication de l'Etat, que ce soit à l'échelon politique (ministère de l'intérieur), au plan économique (ministère des finances) et au niveau des diverses administrations publiques (éducation, culture, justice, etc ...) 

4 . Macron, en sa qualité de président, pense être au dessus des lois républicaines. Si par contre, les citoyens doivent respecter la loi, le chef de l'Etat peut se permettre n'importe quoi, et même, comme on a pu le voir dans l'affaire Benalla, transformer l'Elysée en  une base quasi mafieuse de la République.

5. Macron n'est pas un bon gestionnaire. Ne possédant aucun programme précis pour redresser la Nation, il pilote "à vue", d'une manière incohérente, en additionnant réforme sur réforme, sans que celles-ci puissent apporter pour autant un changement réel dans la démocratie.

Ainsi, après deux années de quinquennat, faisons le point :

Chômage : aucune avancée sensible, malgré une timide recul : mais il faut savoir qu'au bout d'un  certain temps, le chômage vient automatiquement à se stabiliser et donc, n'augmente plus.

Création d'entreprises : Il en existe évidemment, mais le nombre d'emplois créés ne vient pas compenser le nombre d'emplois perdus suite aux nombreuses fermetures de PME.

Économie : La croissance annoncée (si elle existe vraiment ???) ne pourra jamais relancer notre économie. La France manque de compétitivité et ce n'est pas en continuant l'importation des produits chinois que l'économie nationale sera au beau fixe. Que le président Macron abandonne ses idées de mondialisation et convienne que le "Made in France" est le seul moyen de remettre le pays sur les rails, avec plus d'entreprises et plus d'emplois.

Sécurité : dans ce secteur, il n'y a eu pas d’avancée non plus. La délinquance reste nettement en hausse malgré les statistiques annoncées par les pouvoirs publics (mensonges d’État) et,à titre d'exemple, on citera à Paris, la multitude d'agressions toujours en augmentation, que ce soit dans la rue ou dans le métro.

Éducation : Macron et son ministre Blanquer sont en train de détruire le système éducatif. Il suffit de se tourner vers le corps enseignant pour comprendre la tragédie de l'école, que ce soit dans le primaire ou le secondaire.

Écologie : Voilà un mot que le président semble ignorer. Certes, il en parle parfois, car il ne peut faire autrement. Mais pour lui, c'est un embarras dont il se passerait bien, alors que l'urgence réclame des mesures fortes et sans concession.

Culture : elle n'est pas une préoccupation du président Macron. La culture va bien mal en France quand on s'aperçoit du désastre qui touche le patrimoine historique de la Nation : des ruines qui m'amoncellent un peu partout. Et puis, il y a actuellement l'affaire "Notre-Dame", un dossier qui masque une forêt de problèmes et de simulations. L'incendie reste une énigme, mais il est peu probable que la vérité éclate un jour.

Arrêtons-nous là pour aujourd'hui, la liste étant trop longue.  Bien entendu, on ne pas imputer au gouvernement Macron tous les maux que la France subit. Il a hérité d'une situation lamentable qui remonte à trente années en arrière. Et sur ce point, on ne pas lui faire de reproches évidemment. 

Par contre, ce qui est choquant chez le président Macron, c'est son  comportement irrespectueux qui consiste à prendre les citoyens pour des ignares, peu intelligents et rustres. Il pense qu'en manipulant les diverses classes de la société française, il pourra se maintenir au pouvoir et se faire réélire à souhait. C'est d'ailleurs son ambition, et très certainement sa seule ambition.  Quant à son prétendu amour pour la France, il n'existe pas. En conclusion, on peut considérer que le président Macron représente l'arrivisme au plus haut niveau. Un point, c'est tout.

Quant à l’avenir de la France, ce n’est pas sa préoccupation première, lui qui rêve d’Europe de mondialisation.

Pierre Reynaud

PRÉSIDENCE MACRONFAIRE UN DON

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !