Noël en Ukraine – La peur d'une guerre mondiale

Je reviens de Kiev et comme il est facile de le penser, l'ambiance n'est pas au beau fixe. Cependant, les ukrainiens dans leur grande majorité, très attachés aux traditions de Noël, tentent toutefois de faire perdurer la magie. Ainsi, ce samedi 24 décembre, l'arbre de Noël dressé sur la place Sainte-Sophie àù Kiev, a été illuminé aux couleurs du drapeau ukrainien. Pour l'Ukraine toute entière, Noël signifie l'espoir de la victoire. Ce qui loin d'être le cas pour l'instant, bien que certains pensent le contraire. En raison des problèmes d'énergie dûs à la guerre, le sapin n'est illuminé actuellement que quelques heures par jour. D'autant plus que les bombardements russes sont fréquents et touchent de nombreux endroits du pays.

NOËL EN UKRAINE

Dans un tel contexte, comment réagissent les Ukrainiens ? En fait, ils sont partagés. Quand on les interroge sur le déroulement du conflit, certains et peut-être une large moitié d'entre eux, sont favorables à la continuité de la guerre pour se libérer du joug russe, et surtout reprendre une indépendance entière face au Kremlin. A l'inverse, d'autres souhaitent la paix à tout prix même s'il faut faire des concessions avec Poutine. En clair, il faut dire et admettre que le peuple ukrainien est très divisé. C'est tout le contraire des commentaires entendus sur les médias français, et notamment sur les plateaux de TV où les journalistes et éditorialistes apportent des analyses faussées et donc peu fiables parfois.

En cette fin d'année, les inquiétudes les plus fortes sont au cœur de la plupart des ukrainiens. Que sera l'année 2023 ? une sortie vers la paix ou une amplification du conflit vers une guerre mondiale ? Sans vouloir engager un discours pessimiste, il faut admettre que le danger est bien présent et que nous sommes au bord d'une explosion mondiale si l'on en juge par les bruits de bottes qui arrivent en ce moment du Kosovo et de la Serbie. A l'heure même où j'écris ces lignes, nous apprenons que le Kosovo vient de fermer son plus grand poste-frontière avec la Serbie, alors que Moscou soutient Belgrade capitale de ce dernier pays. Il faut savoir, et ce n'est pas anodin, que la première Guerre mondiale en 1914 est partie de cette partie des Balkans. Et nous savons tous que cette région a toujours été une véritable poudrière pour l'Europe, capable de sauter à tout moment. Par ailleurs, nous savons tous qu'une majorité des pays de la planète est en état d'alerte, leurs gouvernements augmentant considérablement leur budget militaire pour acheter de plus en plus d'armes et d'engins d'attaque et de défense.

Bien évidemment, personne ne peut évaluer encore à ce jour, les risques de guerre pour les semaines et les mois qui arrivent. Mais il existe toutefois une quasi certitude : D'ici 2024, une guerre entre plusieurs nations semble inévitable. Et cette fois, elle pourrait devenir la Troisième guerre mondiale dont les effets seraient autant dévastateurs si non plus, que ceux provoqués par le terrible conflit des années 1939 -1945.

Dans ce contexte, si le Monde entre un jour dans le feu des armes, la guerre en Ukraine n'aura été qu'un premier élément déclencheur d'hostilités si violentes que leurs conséquences pourraient être fatales pour les populations de la planète.

Mais, en cette fin d'année 2022, évitons de voir le pire. Profitons des belles choses qui nous entourent, de nos familles, de nos enfants, de nos proches et de nos amis. Le Nouvel An a toujours été un espoir chez tous les humains.

Et bien entendu, cette année, l'espérance perdurera malgré tout.

Pierre Reynaud

Date de dernière mise à jour : 29/12/2022

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire