CONFLIT UKRAINE - RUSSIE : la guerre déclarée ?

"Plus d'accord de paix" annonce Poutine.

UKRAINE. Mardi 22 février 2022, Vladimir Poutine a autorisé son armée à entrer dans le Donbass en Ukraine, là où se concentrent les deux territoires ukrainiens aux mains des séparatistes pro-russes qu'il a reconnu. Les accords de paix "n'existent plus" a-t-il affirmé. La guerre va-t-elle véritablement éclater ?

CHARS RUSSES

Les accords de paix entre l'Ukraine et la Russie "n'existent plus" a déclaré Vladimir Poutine, mardi 22 février 2022. Le président de la fédération de Russie a obtenu l'autorisation de déployer son armée hors de Russie, lui qui avait intimé l'ordre à ses militaires d'aller "maintenir la paix" dans les régions ukrainiennes aux mains des séparatistes pro-russes : la République populaire de Donetsk et celle de Lougansk, situées dans l'est de l'Ukraine, à la frontière avec la Russie. 

Pour l'Otan et les gouvernements occidentaux, il s'agit là d'un début d'invasion.

Lundi, Vladimir Poutine a reconnu l'indépendance de ces territoires, quelques heures après avoir déclaré ne voir "aucune perspective" de paix pour mettre fin au conflit qui l'oppose à son voisin ukrainien. De nombreuses attaques sont recensées quotidiennement depuis plusieurs jours, chaque camp accusant l'autre d'en être à l'initiative.

Les diplomates russes promettent que l'armée n'a pas pour ordre de marcher jusqu'à Kiev. "Nous restons ouverts à la diplomatie. [...] Pour autant, nous n'avons pas l'intention de permettre un bain de sang dans le Donbass" ont-ils déclaré hier soir lors du Conseil de sécurité des Nations Unies. Dans son discours fleuve diffusé lundi 21 février Vladimir Poutine a jeté "toute la responsabilité de la poursuite de l'effusion de sang [...] sur la conscience du régime en territoire ukrainien".

L'Otan et les chefs d'Etat occidentaux ont tout à tour dénoncé la décision de la Russie décrite comme une violation de la souveraineté de l'Ukraine, des accords de Minsk et du droit international.

Emmanuel Macron, Joe Biden et Olaf Scholz se sont entretenus à l'issue du Conseil de sécurité des Nations Unies, organisé en urgence hier soir, et ont promis que la reconnaissance des territoires séparatistes par la Russie "ne restera pas sans réponse". La présidence française a d'ailleurs demandé des "sanctions européennes ciblées" à l'encontre de Moscou.

A l'origine, principalement, de la menace d'une attaque de la Russie en Ukraine : la volonté de cette dernière d'intégrer l'Otan, ce que n'accepte pas Vladimir Poutine.

19:07 - Le gouvernement américain estime que la Russie n'a jamais rempli les accords de Minsk

La secrétaire d'État adjointe Wendy Sherman a indiqué, ce mardi, que "la Russie n'a jamais rempli une seule de ses obligations en vertu des accords de Minsk". "La Russie n'a pas respecté un cessez-le-feu. La Russie n'a pas retiré ses armes des zones interdites. Ses canons, ses systèmes d'artillerie et ses missiles antiaériens sont toujours restés à la frontière Ukraine. La Russie n'a pas accordé un accès aux observateurs occidentaux ", a-t-elle indiqué.

18:59 - L'Union européenne va mettre en place des sanctions contre près de 400 russes

A l'issue d'une réunion des 27 Etats-membres de l'Union européenne, un accord a été trouvé à "l'unanimité" de toutes la parties pour sanctionner la Russie. "Aujourd'hui nous avons convenu que les 351 membres de la Douma de l'Etat de la Russie (...) feront l'objet d'une liste de sanctions", a annoncé le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, ajoutant que 27 individus et entités (dont trois banques) jouant un rôle dans ce conflit seront également concernées (entités supportant ou bénéficiant du conflit, celles faisant de la désinformation sur l'Ukraine). L'UE veut par ailleurs limiter l'accès de la Russie au marché européen.

18:44 - Les conditions de Vladimir Poutine pour sortir de la crise

En autorisant son armée à pénétrer en Ukraine -dans les Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk qu'il a lui seul reconnu comme indépendantes-, Vladimir Poutine a franchi un pas de plus vers un possible invasion de masse. Le président russe a toutefois réitéré ses propositions pour empêcher une nouvelle escalade : celle que l'Ukraine n'adhère jamais à l'Otan et une démilitarisation du pays, lui qui évoque une "menace stratégique" après, selon ses dires, "l'apparition d'armes nucléaires tactiques en Ukraine", alors que "nous n’avons plus tout cela", avait assuré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

18:31 - Selon Poutine, les frontières établies par les régions séparatistes sont valables

Toujours au cours de sa prise de parole, Vladimir Poutine a ajouté que la reconnaissance des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk "signifie que nous avons reconnu tous leurs documents fondamentaux, y compris la Constitution. Et la Constitution définit les frontières à l'intérieur des régions de Donetsk et Louhansk à l'époque où elles faisaient partie de l'Ukraine". Pour le président russe, ces deux territoires sont donc bet et bien séparés de l'Ukraine.

8:28 - La Russie veut envoyer l'armée en Ukraine pour "établir la paix"

Quelques instants après l'accord du Conseil de la fédération russe (le Sénat en France)pour déployer l'armée dans le Donbass ukrainien, Valentina Matviyenko, présidente de la chambre parlementaire, a justifié le texte : "l'adoption de la décision par le Conseil de la Fédération aujourd'hui sur le consentement à l'utilisation des forces armées vise à établir la paix dans le Donbass. Elle vise à mettre fin à cette guerre civile sanglante, afin d'empêcher de nouveaux bombardements de villages pacifiques, de civils , afin de créer des conditions normales pour la vie des gens et d'assurer la sécurité".

18:24 - Le déploiement de l'armée russe "dépendra de la situation sur le terrain" se défend Poutine

Alors que les Occidentaux affirment que la Russie a commencé à déployer son armée dans les Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, Vladimir Poutine s'est défendu de toute invasion. "Je n’ai pas dit que nos soldats vont y aller là, maintenant. (…) Cela dépendra, comme on dit, de la situation sur le terrain", a-t-il tempéré lors de sa prise de parole.

18:23 - Les accords de paix de Minsk "n'existent plus" déclare Poutine

Lors d'une prise de parole, Vladimir Poutine a déclaré que les accords de paix de Minsk, censés faire régner un cessez-le-feu dans le Donbass ukrainien entre Ukrainiens et pro-russes, "n'existent plus". Selon le chef du Kremlin, c'est l'Ukraine qui a "tué" ces accords.

18:18 - Le parlement russe autorise le déploiement de l'armée hors de Russie

Sans surprise, le Conseil de la Fédération de Russie a autorisé l'utilisation de l'armée russe dans le Donbass, ce bassin géographique dans lequel se concentrent, côté ukrainien, les deux Républiques populaires de Donetsk et Lougansk, aux mains des séparatistes pro-russes et reconnues par Vladimir Poutine lundi soir. Pour le correspondant de Financial Time, Max Seddon, "les troupes sont déjà là depuis huit ans. Mais maintenant qu'ils y vont ouvertement, l'Ukraine craint que cela ne soit le début d'un conflit beaucoup plus important".

 

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×