La France Libérée, lafrance libérée.fr, journal, google, bing, yahoo, msn

ÉTATS-UNIS-RUSSIE : une guerre froide en permanence

La France Libérée - 16 février 2022

A l'heure actuelle, les relations entre les États-UNis et la Russie ne sont très tendues. De partout, dans le Monde, on parle même d'un conflit qui pourrait s'étendre en Europe et ailleurs. Dans les faits, les tensions sont plus apparentes que réelles, et chacun des deux pays veut démontrer à l'autre, sa force, son autorité, sa puissance et principalement sa position à l'échelon international. En clair, on pejut considérer que rien n'a bien changé avec les décennies passées, depuis les relations compliquées qui existaient du temps de l'Union sovétique jusdqu'à l'heutre d'aujourd'hui. Ce scénario, nous l'avons connu, et nous le connaîtrons encore. Pour l'instant, même l'ambiance est plutôt délétère, la guerre n'aura pas lieu et chaque pays continuera sa politique extérieure comme dans les jours passés. Le calme reviendra avec ses hauts et ses bas, mais l'ordre mondial ne sera pas mis en cause. Jusu'au jour, où les tensions reviendront faire un petit tour sur la scène planétaire, de quoi remplir les les pages des journaux commeles plateaux de radio et des chaîones de télévision. Une situation récurrente que nous connaissons depuis bien longtemps et qui n'intéresse plus personne, même les Russes et les Ukrainiens.

JOE BIDEN VLADIMIR POUTINE

Eric Laugier - La France Libérée - 16 février 2022

Ci-dessous, sur le même sujet, voici l'article de Javier Fernández Arribas

Javier Fernández Arribas

La guerre froide entre la Russie et les États-Unis plus l'Union européenne a repris en 2014 après la révolution dite orange sur la place Maidan à Kiev. Le président ukrainien de l'époque, Viktor Ianoukovitch, a été chassé du pouvoir par l'énorme influence des manifestants qui l'ont contraint à partir malgré un accord signé par Ianoukovitch lui-même avec d'autres représentants de l'opposition ukrainienne pro-européenne et plusieurs ministres européens des affaires étrangères. Étonnamment, la signature des ministres européens n'a servi à rien, pas plus que celle des autres invités de marque, car ce qui a prévalu, ce sont les conditionnalités des révolutionnaires orange soutenus par Washington. 

Jusqu'alors, depuis la chute du mur de Berlin en 1989 et la disparition de l'Union soviétique, les quelques conditions que Mikhaïl Gorbatchev, compromis par de larges secteurs de ses forces armées, avait réussi à amener à la table des négociations avaient été respectées, et malgré l'effondrement politique et économique provoqué par ses politiques staliniennes, ils avaient joué la dernière carte de la pression des armes nucléaires pour garantir à Moscou une ceinture de sécurité avec l'Ukraine. Le secrétaire d'État américain de l'époque, James Baker, a compris qu'il était judicieux de laisser une porte de sortie à ses ennemis pour faire face à un nouvel ordre international sous domination occidentale. 

Pendant de nombreuses années, la faillite économique et sociale a conditionné les décisions des dirigeants russes et les concessions aux exigences occidentales. Pendant ce temps, la Chine s'est développée progressivement, discrètement, mais avec des objectifs qui se manifestent aujourd'hui avec force dans la lutte pour l'hégémonie mondiale, tant économique que politique.  Les énormes dépenses pour les guerres en Afghanistan et en Irak et les emprunts à risque ont provoqué la crise financière et économique en Occident de 2007 à 2014, le temps pour la Russie de retrouver son pouls économique et militaire, surtout grâce au pétrole, sous la férule d'un Vladimir Poutine inflexible et calculateur, à la tête d'un groupe d'oligarques qui ont su remettre la Russie sur l'échiquier des grandes puissances, bien que son PIB dépasse à peine celui de l'Italie, mais avec plus de 144 millions d'habitants. 

Depuis que Poutine a décidé d'annexer la Crimée et de provoquer la guerre dans le Donbas en Ukraine en 2014, il a dû faire face à des sanctions économiques sévères de la part des États-Unis et de l'Europe, mais l'effet a parfois été plus dommageable pour les Européens qui dépendent fortement du gaz russe pour leurs industries et leurs foyers, notamment l'Allemagne. En cet hiver 2022, les tensions sont devenues trop fortes et un conflit militaire semble inévitable. Poutine et Biden, parlez. Personne ne s'intéresse à la guerre, quelle que soit sa taille. Nous resterons dans une guerre froide permanente.

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×