Créer un site internet

GUERRE EN UKRAINE : la Russie va livrer des missiles nucléaires à la Biélorussie

Avancées des troupes russes dans Lyssytchansk, rôle de la Biélorussie dans les bombardements sur la région de Tcherniguiv, le point sur la situation au 122e jour du conflit armé.

MISSILE ISKANDER M

 

GUERRE EN UKRAINE - Après plus de cinq mois de conflit entre la Russie et l’Ukraine, Kiev a accusé Moscou ce samedi 25 juin de vouloir “attirer” Minsk “dans la guerre”, en faisant état du tir de missiles russes depuis la Biélorussie, allié diplomatique de Moscou, sur le Nord de son territoire.

À l’orée du cinquième mois de la guerre lancée par la Russie le 24 février, les forces russes et prorusses sont entrées samedi dans Lyssytchansk, selon les séparatistes, et des “combats de rue” se déroulent dans cette ville-jumelle de Severodonetsk, désormais “entièrement occupée” par l’armée russe, où les forces ukrainiennes ont reçu la veille l’ordre de se retirer. Le HuffPost fait le point sur la situation après 122 jours de guerre sur le sol d’Ukraine. 

Kiev accuse Moscou de vouloir “attirer” Minsk “dans la guerre”

La direction générale du renseignement ukrainien, rattachée au ministère de la Défense, a accusé ce samedi la Russie de vouloir “attirer” Minsk “dans la guerre” après une frappe de missiles russes tirés sur une région du Nord du pays depuis la Biélorussie voisine. 

“La frappe d’aujourd’hui est directement liée aux efforts du Kremlin pour attirer la Biélorussie dans la guerre en Ukraine en tant que co-bélligérant”, a-t-elle affirmé sur Telegram alors que la Biélorussie a déjà servi de soutien logistique à Moscou dans les premières semaines de l’offensive russe.

Le commandement Nord des troupes ukrainiennes avait auparavant fait état d’“un bombardement massif de missiles” vers 05H00 (02H00 GMT) dans la région de Tcherniguiv, frontalière de la Biélorussie, sans faire de victimes. Vingt roquettes ont visé le village de Desna, “tirées depuis le territoire de la Biélorussie (et aussi) depuis les airs”, selon ce commandement.

“L’un des 20 missiles russes, lancés à Desna ce matin, a réussi à ‘dénazifier’ un mémorial de la WW2. Il s’agit du 20e monument lié à la Seconde Guerre mondiale, détruit par la Russie en 122 jours de conflit entre l’Ukraine et la Russie”. 

Selon le renseignement, en plus de Desna, les Russes ont touché des cibles “dans les régions de Kiev et de Soumy” (Nord-Est). Cette frappe intervient alors que le président russe Vladimir Poutine et son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko doivent se rencontrer samedi à Saint-Pétersbourg en Russie, avant une visite en Biélorussie, prévue jeudi et vendredi, du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. 

Des missiles nucléaires livrés par Moscou à Minsk

Après les accusations de Kiev, la Russie a annoncé samedi qu’elle allait livrer “dans les prochains mois” à la Biélorussie des missiles capables de transporter des charges nucléaires, selon les dires de Vladimir Poutine qui recevait le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko, en pleines tensions entre leurs pays et l’Occident autour de l’Ukraine.

“Dans les prochains mois, nous allons transférer à la Biélorussie des systèmes de missile tactique Iskander-M, qui peuvent utiliser des missiles balistiques ou de croisière, dans leurs versions conventionnelle et nucléaire”, a déclaré Vladimir Poutine au début de son entretien avec Alexandre Loukachenko à Saint-Pétersbourg retransmis par la télévision russe.

Le président russe Vladimir Poutine a également proposé au dirigeant biélorusse de l’aider à moderniser ses avions de guerre pour les rendre capables de transporter des armes nucléaires. “De nombreux (avions) Su-25 sont en service dans l’armée biélorusse. Ils pourraient être améliorés d’une façon appropriée. Cette modernisation doit être menée dans des usines d’avions en Russie et l’entraînement du personnel débuter en accord avec cela”, a déclaré Vladimir Poutine, après que Loukachenko lui eut demandé d’“adapter” ses avions capables de transporter des armes nucléaires.

“Combats de rue” dans la ville de Lyssytchansk

Les forces russes et pro-russes sont entrées samedi dans Lyssytchansk (Est), ville-jumelle de Severodonestk et également verrou stratégique, ont affirmé les séparatistes. 

“La milice populaire de la République populaire de Lougansk et l’armée russe sont entrées dans la ville de Lyssytchansk. Certaines entreprises de la ville ont déjà été prises. Des combats de rue s’y déroulent actuellement”, a déclaré sur Telegram un représentant des séparatistes pro-russes, le lieutenant-colonel Andreï Marotchko.

Carte de la situation en Ukraine au 24 juin

La veille, le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, avait annoncé que les forces ukrainiennes avaient reçu l’ordre de se retirer de Severodonetsk, théâtre d’âpres combats avec l’armée russe et où, a-t-il précisé sur Telegram. “90% de la ville est endommagée, 80% des maisons devront être détruites”. 

La prise de ces deux bastions (Lyssytchansk et Severodonetsk) parachèverait le contrôle de Moscou et des séparatistes sur la région de Lougansk, l’un des deux territoires séparatistes de l’Est ukrainien, et leur permettrait de se projeter plus facilement ensuite vers les villes de Sloviansk et Kramatorsk, à l’ouest. 

Severodonetsk “entièrement occupée” par l’armée russe

La ville de Severodonetsk dans le Donbass, est “entièrement occupée” par l’armée russe, a annoncé samedi son maire Oleksandre Striouk. “La ville est entièrement occupée par les Russes”, a-t-il déclaré à la télévision ukrainienne en fin d’après-midi. L’armée ukrainienne avait annoncé jeudi son retrait de cette localité d’environ 100.000 habitants avant la guerre pour mieux défendre la ville voisine de Lyssytchansk.

Par ailleurs, les forces russes et prorusses ont annoncé avoir pris le contrôle de l’usine chimique Azot de Severodonetsk, et ont ”évacué” plus de 800 civils qui y avaient trouvé refuge, ont affirmé samedi les séparatistes.

Les forces russes et leurs alliés prorusses “ont pris le contrôle total de la zone industrielle de l’usine Azot”, a déclaré sur Telegram un représentant des séparatistes, Andreï Marotchko. Un autre porte-parole séparatiste, Ivan Filiponenko, a affirmé que 800 civils ayant trouvé refuge dans cette usine pendant les semaines d’affrontements avaient été ”évacués”.

La réaction de la Russie “montre sa faiblesse” après la candidature de l’Ukraine à l’UE

Les condamnations du Kremlin dénonçant un “accaparement géopolitique” visant la Russie, à la suite de l’octroi à l’Ukraine et à la Moldavie du statut de candidat à l’Union européenne, “montrent sa faiblesse”, a tweeté le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.

“Tout ce qui reste à la Russie, c’est de cracher des menaces contre d’autres États après des décennies de politiques ratées basées sur l’agression, la coercition et le manque de respect. Cela ne fait que montrer la faiblesse de la Russie”, selon Dmytro Kouleba.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait salué une décision “historique” du sommet européen jeudi reconnaissant le statut de candidat à l’Union européenne pour l’Ukraine et la Moldavie, deux ex-républiques soviétiques pro-occidentales.

80 combattants polonais tués par la Russie

La Russie a également affirmé samedi avoir tué “jusqu’à 80” combattants polonais dans un bombardement dans l’est de l’Ukraine, où les combats font rage entre les forces de Kiev et celles de Moscou. “Jusqu’à 80 mercenaires polonais, 20 véhicules blindés de combat et huit lance-roquettes multiples Grad ont été détruits dans des frappes d’armes de haute précision sur l’usine de zinc Megatex, dans la localité de Konstantinovka”, a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Cette localité, qui s’écrit Kostiantynivka en ukrainien, est située dans la région de Donetsk, théâtre de violents combats depuis le lancement de l’offensive russe en Ukraine fin février.

Le ministère russe n’a pas précisé si les bombardements sur cette ville avaient été menés vendredi ou samedi. Il a par ailleurs affirmé que “plus de 300 militaires ukrainiens et mercenaires étrangers, ainsi que 35 armes lourdes ont été détruits en l’espace d’un jour à Mykolaïv”, dans le sud de l’Ukraine.

Aucune de ces affirmations n’était vérifiable de manière indépendante dans l’immédiat. La Russie qualifie péjorativement de “mercenaires” tous les volontaires étrangers qui combattent au sein des forces ukrainiennes. 

Avec AFP

 

 

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire