Créer un site internet

La mer Noire : point chaud de la nouvelle guerre entre la Russie et les États-Unis

Depuis bien longtemps, les tensions entre les États-Unis et la Russie n'ont pas cessé. Déjà, au temps de la guerre froide entre Washington et Moscou, à l'époque où l'Union Soviétique exerçait une puissance énorme sur le Monde, ou tout au moins, semblait l'exercer, il existait sur la planète une sorte d'épée de Damoclès que les États-Unis et l'URSS utilisaient, chacun de leur côté, pour démontrer au monde entier une puissance peut-être plus imaginaire que réelle. Puis, est venu l'effondrement de l'Union Soviétique et, pendant quelques années, il y a eu un flottement qui a fait oublier un cerrtain temps, les difficiles heures de la guerre froide. 

L'arrivée au pouvoir de Wladimir Poutine a fait changer les esprits, et peu à peu, la Russie remplaçant l'ancienne URSS, a démontré sa puissance sur la planète. D'où maintenant, une seconde guerre froide qui s'est installée entre les USA et la Russie poutinienne. En fait, Washington et Moscou s'observent, comme ils l'ont déjà fait par le passé et dans la réalité, ces deux grandes nations ne se feront jamais la guerre ... directement., mais seulement par pays interposés.

La Russie qui se trouvait dans une situation d'infériorité voici quelques années, est parvenue à s'imposer en occupant la Crimée en 2014. C'était l'objectif de Poutine pour disposer d'un avant-poste privilégié en s'installant au bord de la mer Noire. Le but a été atteint provisoirement, le chef de l'État russe ayant encore d'autres ambitions pour les années futures. Aussi, des pays tels que la Roumanie coopérent avec les États-Unis, dans le cadre d'une politique de dissuasion. 

Ci-dessous un article de Marcel Gascon qui apporte des éléments précis sur la progression de la Russie dans le déploiement de ses forces militaires au seind e la Mer Noire.

Depuis son occupation militaire de la péninsule ukrainienne de Crimée, la Russie a déployé des navires et des avions de guerre dans cette mer intérieure

La Roumanie a rejoint l'OTAN en 2004 en tant qu'allié secondaire, mais l'occupation russe de la Crimée en 2014 a placé la mer Noire en première ligne de la nouvelle guerre froide entre Moscou et Washington, et le pays des Balkans en tant que lien crucial dans la stratégie de défense de l'Alliance atlantique en Europe. 

« A cette époque, la ligne de conflit entre la Russie et l'Occident, qui pendant la guerre froide était entre les deux Allemagnes, s'est déplacée vers la mer Noire, une région qui est devenue l'épicentre de l'affrontement entre la Russie et les Etats-Unis pour définir leur rôle dans l'avenir de l'Europe », explique à Efe le directeur général de l'Institut diplomatique roumain, Iulian Fota.

Depuis son occupation militaire de la péninsule ukrainienne de Crimée, la Russie a déployé des navires de guerre et des avions dans cette mer intérieure, ainsi que des sous-marins et des systèmes de missiles de portée variable. 

De plus, les forces armées russes effectuent régulièrement des manœuvres militaires avec des dizaines de milliers de soldats, et ont été impliquées dans de nombreux incidents mineurs avec des pays de la région qui sont alliés aux États-Unis, comme la Roumanie. 

Moscou a également imposé des restrictions sur le transit des navires dans le détroit de Kertch, qui mène du reste de la mer Noire à la mer d'Azov, où l'Ukraine a encore les ports qu'elle possède.

Politique de dissuasion 

En tant que pays riverain de la mer Noire et membre de l'OTAN, la Roumanie a réagi en renforçant sa puissance militaire en étroite coopération avec les États-Unis, qui ont fait de l'augmentation de sa capacité de dissuasion dans la région une priorité de leur politique en Europe.

« Nous nous sommes adaptés à la remilitarisation de la politique étrangère russe », explique Fota, qui a été conseiller du président et du gouvernement pour les questions de sécurité et qui explique qu'il s'exprime maintenant à titre personnel. 

Dans le cadre de cette adaptation, toutes les parties roumaines ont convenu en 2015 d'allouer au moins 2 % du budget national à la défense, une augmentation qui s'est traduite, par exemple, par l'achat de sept systèmes anti-missiles Patriot aux États-Unis. 

Avec l'arrivée de la première de ces batteries en septembre, la Roumanie est le premier pays de la mer Noire à disposer d'un tel système, qui renforce sa capacité de défense et de dissuasion anti-aérienne. 

« Avec cette acquisition, la Roumanie disposera d'une capacité très importante pour l'OTAN et augmentera sa capacité de dissuasion contre la Russie », déclare à Efe l'expert en sécurité Claudiu Degeratu, ancien membre de la délégation roumaine auprès de l'OTAN.

Bien que « l'équilibre militaire régional reste déséquilibré en faveur de la Russie », selon Degeratu, la Roumanie et ses alliés de l'OTAN ont pris des mesures importantes depuis 2014 pour égaliser les forces et décourager de nouvelles tentatives du Kremlin d'étendre son influence dans la région. 

Le bouclier de Deveslu

Une infrastructure clé dans l'architecture de défense occidentale de la Roumanie est le bouclier anti-missile situé sur la base militaire américaine de Deveselu, dans le sud du pays, qui fait partie du système anti-missile « Aegis Ashore » de l'OTAN. 

Avec une infrastructure similaire installée en Pologne, ce système, opérationnel depuis 2016, protège l'Europe en cas de lancement de missiles balistiques depuis la Russie et le Moyen-Orient.

La base aérienne Mihail Kogalniceanu, située sur la côte roumaine de la mer Noire, à partir de laquelle les avions américains et de l'OTAN effectuent des vols de reconnaissance, est également essentielle à cette politique de dissuasion. 

Selon des publications spécialisées dans le domaine de la défense, les États-Unis prévoient de transformer l'ancienne base soviétique de Campia Turzii en Transylvanie, au centre de la Roumanie, en une autre base pour leur force aérienne afin de survoler la mer Noire. 

Ces tâches de patrouille sont périodiquement accomplies par les navires de guerre de l'OTAN qui entrent et sortent de la mer Noire. 

Les gouvernements de Bucarest et de Washington ont également exprimé leur volonté de transférer en Roumanie une partie des quelque 12 000 soldats américains qui seront bientôt retirés d'Allemagne.

Zone chaude 

Une autre partie de ce contingent sera transférée en Pologne, l'autre grand allié de l'Amérique en Europe de l'Est. 

Si la Roumanie représente le rempart de la stratégie de défense européenne de l'OTAN dans le sud du flanc sud-est, la Pologne est son principal point d'appui dans le coin nord-est. 

« Le flanc nord était, pendant la guerre froide, l'endroit où se déroulait le plus grand déploiement des forces militaires des deux blocs, mais il n'y a jamais eu de véritable conflit », déclare l'analyste Degeratu. 

« Si nous regardons le flanc sud, d'autre part, au cours des 30 dernières années, nous avons vu des guerres et des conflits comme ceux en Tchétchénie et en Arménie et en Azerbaïdjan ; des changements de frontières, comme en Géorgie et en Ukraine, et des conflits gelés sont apparus dans lesquels les deux armées sont toujours en guerre », conclut l'expert.

Marcel Gascon

DESTROYER AMERICAIN USS ROSSSUR LE BOSPHOREREUTERS/YORUK ISIK  -   Le destroyer de missiles guidés de la marine américaine, le USS "Ross", navigue sur le Bosphore en route vers la mer Noire à Istanbul le 15 décembre 2019.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×