Créer un site internet

UKRAINE : la guerre vue du côté Russe

Les Français, et plus généralement les occidentaux, ne connaissent de la guerre en Ukraine que le point de vue de Kiev. Il n’est pas inintéressant d’analyser les faits présentés par Moscou. À prendre évidemment, avec toute la prudence requise.

GÉNÉRAL COLONEL SERGEI RUDSKOI

Le ministère de la Défense de la Fédération de Russie alimente en open source un site en français particulièrement détaillé. On peut lire, chaque jour, un briefing du ministère russe de la Défense et le détail des opérations militaires menées en Ukraine.

Plus d’un million de tonnes de munitions détruites

Ainsi, à la date du 25 mars 2022, on peut lire le briefing du chef de la direction opérationnelle principale de l’État-Major des forces armées : « À l’heure actuelle, l’armée de l’air ukrainienne et le système de défense aérienne ont été presque complètement détruits. Les forces navales du pays ont cessé d’exister.
16 principaux aérodromes militaires ont été vaincus. 39 bases de stockage et arsenaux ont été détruits, qui contenaient jusqu’à 70% de tous les stocks d’équipements, de matériel et de carburant militaires, ainsi que plus de 1 054 000 tonnes de munitions.
Des pertes importantes ont été subies par les 24 formations des forces terrestres qui existaient avant le début de l’opération. L’Ukraine n’a plus de réserve organisée.
Les pertes sont compensées par des personnes mobilisées et des personnels des troupes de défense territoriale qui n’ont pas la formation nécessaire, ce qui augmente le risque de pertes importantes.
Au moment du début de l’opération militaire spéciale, les forces armées ukrainiennes, ainsi que la Garde nationale, comptaient 260.200 militaires. Au cours du mois des hostilités, leurs pertes se sont élevées à environ 30 000 personnes, dont plus de 14 000 – irrécupérables et environ 16 000 – sanitaires.
Sur 2 416 chars et autres véhicules de combat blindés, 1 587 unités ont été détruites ; sur 1 509 pièces d’artillerie de campagne et mortiers – 636 unités ont été détruites ; sur 535 MLRS – 163 ; sur 152 avions – 112, sur 149 hélicoptères – 75 ; sur 36 drones « Bayraktar TB2 » – 35 ; sur 180 systèmes de défense aérienne S-300 et Buk M1 – 148 ; sur 300 radars à des fins diverses – 117.
Les forces armées ukrainiennes continuent d’utiliser sans discernement des armes de puissance accrue dans les villes du Donbass. Un exemple en est les frappes du système de missiles « Tochka-U » sur la population civile de Donetsk et Makeyevka.
En tant que tels, ils sont des priorités absolues.
A ce jour, 7 lanceurs « Tochka-U » ont été détruits, et 85% des missiles dans les arsenaux et dans les airs. Cela a considérablement limité la capacité de l’Ukraine à les utiliser au combat.

Les armes des occidentaux

Depuis le début des hostilités, les pays occidentaux ont fourni au régime de Kiev 109 canons d’artillerie de campagne, 3800 armes antichars, dont les systèmes antichars « Javelin », « Milan », « Konkurs », « Enlav RPG », « M-72 », « Panzerfaust – 3 », 897 MANPADS « Stinger » et « Igla ».
Nous considérons que c’est une énorme erreur de fournir des armes à Kiev par les pays occidentaux. Cela prolonge le conflit, augmente le nombre de victimes et ne pourra pas influencer le résultat de l’opération.
Le véritable objectif de ces approvisionnements n’est pas de soutenir l’Ukraine, mais de l’entraîner dans un long conflit militaire « jusqu’au dernier Ukrainien ».
Nous suivons les déclarations des dirigeants militaro-politiques de chaque pays concernant leur intention de fournir des avions et des systèmes de défense aérienne à l’Ukraine. Dans le cas de la mise en œuvre, nous ne la laisserons pas sans surveillance.
Nous entendons également des assurances de la part des dirigeants de l’OTAN quant à la non-intervention dans le conflit. Dans le même temps, certains États membres de l’Alliance de l’Atlantique Nord proposent de fermer l’espace aérien au-dessus de l’Ukraine. J’attire votre attention sur le fait que les Forces armées de la Fédération de Russie répondront immédiatement à de telles tentatives de manière appropriée.
Afin d’empêcher la restauration des armes et des équipements militaires des forces armées ukrainiennes qui ont subi des dommages au combat, les Forces armées russes désactivent les entreprises de réparation, les arsenaux, les bases de stockage et les entrepôts logistiques avec des armes de haute précision.
À l’heure actuelle, les missiles de croisière X-101, Caliber, Iskander et le complexe aéronautique de Kinzhal ont touché 30 entreprises clés du complexe militaro-industriel, qui ont réparé 68% des armes et équipements mis hors service pendant les hostilités.
Les armes modernes russes ont montré une précision, une fiabilité et une possibilité d’utilisation opérationnelle élevées.
Permettez-moi de souligner que les Forces armées de la Fédération de Russie ne frappent pas les infrastructures civiles, y compris la destruction des ponts sur les rivières.
127 ponts ont été détruits dans la zone de combat. Tous ont été détruits par des nationalistes ukrainiens afin de décourager l’offensive de nos troupes.
Un autre exemple d’imprudence est l’exploitation minière des abords des ports d’Odessa, d’Ochakov, de Chernomorsk et de Yuzhny, où plus de 400 mines à ancre obsolètes ont été installées.
Au moins 10 mines ont rompu l’ancre et dérivent dans la partie ouest de la mer Noire, ce qui constitue une menace réelle pour les navires de guerre et les navires civils. »

« Les néonazis » et les mercenaires

Le brief poursuit : « Le bastion du régime de Kiev sont des formations nationalistes telles qu' »Azov », « Aidar », « Secteur droit » et d’autres, reconnues comme des organisations terroristes en Russie. Rien qu’à Marioupol, ils comptent plus de 7 000 militants qui combattent sous l’apparence de civils, les utilisant comme bouclier humain ».
« (…) Il est conseillé aux civils qui se trouvent dans la zone de combat de rester chez eux dans tous les cas. Dans toutes les villes, des couloirs humanitaires sont organisés pour que la population quitte la zone des hostilités, et leur sécurité est également maintenue.
En outre, à la suggestion des dirigeants ukrainiens, le pays est devenu un refuge pour 6 595 mercenaires et terroristes étrangers de 62 États.
Ils ne sont pas soumis aux règles de la guerre et seront détruits sans pitié. »
« (…) Les tâches principales de la première phase de l’opération ont été achevées. Le potentiel de combat des forces armées ukrainiennes a été considérablement réduit, ce qui permet, je le souligne encore une fois, de concentrer les principaux efforts sur la réalisation de l’objectif principal – la libération du Donbass. »
La Russie reconnaît de lourdes pertes « Malheureusement, lors de l’opération militaire spéciale, il y a des pertes parmi nos camarades. À ce jour, 1 351 militaires sont morts, 3 825 ont été blessés. »

 

 

Date de dernière mise à jour : 26/03/2022

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×