L’Etat veut récupérer les armes en circulation ...

Pourquoi les Français les rendraient-ils ?

Dans le cadre de l’ouverture du « système d’information sur les armes » (SIA) à l’ensemble des Français, le  lance, du 25 novembre au 2 décembre, une vaste opération de récupération des armes détenues « illégalement » par les Français. Ainsi, les intéressés auront deux solutions. Soit régulariser leur situation en s’inscrivant sur le SIA et en y déclarant les armes en leur possession. Soit en abandonnant les armes en question auprès des services de l’État compétents.

CHASSEUR

Cette opération de régularisation, qui pourrait a priori paraître de bon aloi, introduit cependant de nombreuses questions, notamment quant à sa temporalité et à sa pertinence au regard d’un contexte où la  n’a jamais été aussi présente. Par ailleurs, une autre question se pose au regard du public qui voudra ou pas se plier à cette mesure. Car enfin, ne soyons pas naïfs, peut-on imaginer un instant que ceux qui ont, une fois encore, le 26 novembre dernier, ouvert le feu à Marseille dans le quartier de la Belle-de-Mai, occasionnant de graves blessures à un individu par ailleurs douteux, viendront tranquillement déposer les armes ?

Le trafic d’armes est un commerce qui prospère dans le monde (il est estimé à 1.200 milliards de dollars par an par l’ONU). Et s’il est impossible de savoir combien d’armes irrégulièrement détenues circulent sur la planète, il est loisible d’observer que le nombre des saisies ne cesse d’augmenter. En Europe, ce sont les revolvers et les pistolets qui sont les plus régulièrement appréhendés par les forces de l’ordre. Viennent ensuite les fusils de chasse et les armes automatiques.

D’après les études réalisées (UNODC-2020), il apparaît en outre que si l’on tient compte du contexte criminel, la proportion d’armes saisies dans le cadre du trafic de stupéfiants apparaît de loin comme la plus importante. Dans l’ensemble, plus de 50 % des homicides commis dans le monde chaque année sont réalisés avec une arme à feu. Toutefois, force est de constater que le phénomène reste largement invisible et non divulgué car les saisies opérées se font le plus souvent sur le point d’arrivée (lieu de commission du crime) et non sur le point de départ (lieu d’origine du trafic).

Pour ce qui concerne le cas particulier de la France, les origines des armes illégalement détenues par les Français sont nombreuses. Tout d’abord, les guerres qui ont sévi sur notre sol ont largement approvisionné, pendant de nombreuses années, le grand banditisme. Les conflits plus récents, en ex-Yougoslavie notamment, ont également contribué, au cours de ces dernières décennies, à armer de nombreux gangs. Ce sont généralement ces armes que l’on retrouve dans les règlements de comptes qui sévissent ici ou là sur le territoire national. L’AK-47 et ses modèles dérivés se taillent la part du lion dans les matériels utilisés au cours de ces opérations. D’ores et déjà, il est à craindre un réapprovisionnement massif des réseaux criminels généré par la  qui sévit actuellement en Ukraine.

Les armes détenues à la suite « d’héritages » constituent également une part importante du stock actuellement en possession des Français. Il est toutefois à noter que ces armes, généralement assez anciennes, servent peu à alimenter le banditisme mais se retrouvent plutôt lors de la commission de crimes intrafamiliaux. Enfin, les armes de chasse non déclarées constituent aussi une part importante de cet ensemble dont le volume reste, répétons-le, une vaste inconnue.

Dans le contexte violent que connaît notre société, au sein de laquelle le taux d’homicidité ne fait que croître, il y a donc fort à parier que peu de Français feront le choix de se dessaisir volontairement d’une arme sur laquelle ils comptent, à tort ou à raison, pour se défendre en cas de besoin. Car de moins en moins confiants dans les forces de l’ordre et la  pour assurer leur protection, nombreux sont ceux qui font désormais le choix de se préparer au pire.

Olivier Damien (Bd Voltaire)

Date de dernière mise à jour : 28/11/2022

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.

Ajouter un commentaire

 
×