NOTRE-DAME DE PARIS EN FLAMMES

Quel drame ! Il n’y a pas de mot assez puissant pour parler de la catastrophe qui vient de toucher le plus beau monument parisien … âgé de plus de 800 ans !

Notre-Dame de Paris c’est toute l’histoire et l’âme de la capitale. Que l’on soit catholique, que l’on appartienne à une autre religion ou que l’on soit athée, on peut admirer cet édifice majestueux qui fait rêver les parisiens certes, mais aussi, les touristes du monde entier. Sans oublier que la cathédrale a été immortalisée également par Victor Hugo, le plus grand écrivain français de tous les temps, faut-il le rappeler. Sans oublier non plus les films, les pièces de théâtre où les spectacles musicaux qui se sont inspirés de son histoire pour créer les très belles œuvres que nous connaissons.

Et puis … et puis, voilà. Soudain la tragédie en cette belle soirée du 15 avril où le printemps éclaire Paris et donne à la plus belle ville du monde des couleurs exceptionnelles.

Huit siècles d’histoire qui partent en fumée en quelques minutes, laissant la cathédrale totalement mutilée, perdant sa flèche sous les yeux consternés d’une foule impuissante au malheur qui vient de détruire le monument.

Il faut dire que nous avons eu très très … très peur. Pendant quelques heures, nous avons connu les pires craintes sur l’avenir de la cathédrale. Sous l’effet du violent incident et de la chaleur intense qui régnait aux alentours, les tours étaient menacées d’effondrement, ce qui aurait été la pire des catastrophes. Heureusement, elles ont été épargnées, mais il n’en reste pas moins vrai que la reconstruction du monument sera difficile et très longue : pas moins de 40 ans de travaux pour un résultat qui ne sera jamais à l’identique, même s’il les bâtisseurs et les artistes s’appliquent à reconstituer au plus près les parties détruites.

Mais aujourd’hui, il est indispensable de se poser des questions sur les raisons qui sont à l’origine de la catastrophe.

Accident involontaire ou volontaire ? Crime humain ? Attentat terroriste ?

Sous la pression des pouvoirs publics, les médias ont classé rapidement l’affaire, concluant hâtivement à un accident involontaire. Mais comment peut-on affirmer une telle chose, alors qu’aucune enquête n’était ouverte encore ? C’est plutôt lamentable que des journalistes prennent l’initiative de raconter n’importe quoi, alors qu’ils ne détiennent aucune information sérieuse.

La piste terroriste, anti-catholique n’est pas à écarter.

Depuis de longs mois, il existe des actes anti-catholiques journaliers partout en France : tous les jours, des églises sont vandalisées, pillées, détruites, mais les médias n’en parlent pas.

Depuis de longs mois aussi, des catholiques sont menacés, frappés parfois en se rendant sur leur lieu de culte, subissant alors des violences inadmissibles, mais là aussi, les médias n’en parlent pas.

Dernièrement, à Paris, l’église Saint-Sulpice a fait l’objet d’un attaque terroriste, sans qu’un journaliste en parle sur les chaînes de télévision.

Quant à la basilique Saint-Denis, elle a subi de nombreuses dégradations au mois de mars suite à des actes de vandalisme perpétrés par un pakistanais. Et ces profanations n’ont pas la une des journaux de la presse télévisée.

Oui, tous ces actes qui s’apparentent de près ou de loin à des actions terroristes, doivent être dénoncés publiquement, leurs auteurs recherchés et jugés et ensuite sévèrement punis.

Que l’on soit croyant ou pas, les lieux de culte doivent être respectés comme par ailleurs, les fidèles et pratiquants.

Le gouvernement Macron devrait faire un effort réel pour faire protéger les églises catholiques. En clair, il ne délègue aucune protection sur ces édifices qui sont devenus de plus vulnérables. Par contre, il n’oublie pas de faire installer les forces de police ou de gendarmerie aux alentours des mosquées, des lieux de culte qui, aux yeux de ceux qui nous gouvernent, ont beaucoup plus d’importance que les églises et les cathédrales constituant notre histoire et notre patrimoine national.

Dernière remarque : Le malheur de Notre-Dame est une chance pour Macron ...

Au moment où le chef de l’État allait s’expliquer devant les Français, suite au Grand Débat, la tragédie de Notre-Dame Paris tombe à pic pour éviter l’affrontement. Suite à ce « deuil national » si on peut l’appeler ainsi, Macron ajourne ses interventions, et demande aux Français de se rassembler dans le cadre d’une union nationale, un moyen pour d’apaiser les tensions et d’éradiquer les foudres qui risquaient de tomber sur lui cette semaine.

Conclusion ...

Incontestablement, la catastrophe de Notre-Dame de Paris est l’un des symboles de la déchéance nationale et des malheurs qui frappent la France. Ce drame devrait faire réfléchir les citoyens de notre pays qui fut une grande nation, mais qui s’éteint peu à peu. D’ici 40 à 50 ans, la France que nous connaissons, pourrait disparaître à jamais.

Si la thèse de l’attentat venait à apparaître prochainement, Notre-Dame de Paris serait alors le tout premier monument à avoir subi les pires dégradations. Et la liste risquerait de s’agrandir rapidement : pourquoi pas les Invalides, le Louvre, le Panthéon et tant d’autres monuments ? Pourquoi pas le château de Versailles ? Ou les châteaux de la Loire ?

A méditer très longuement ! ...

Pierre Reynaud

NOTRE DAME DE PARIS

 

 

Date de dernière mise à jour : 18/04/2019