RÉPUBLIQUE : POUR ÉVITER LA BÉRÉZINA …

Sous la présidence Hollande, la Nation a subi d’importantes difficultés, notamment au niveau de l’économie et de l’emploi. Fermeture de nombreuses entreprises, record du chômage, endettement croissant, autant de facteurs qui ont plongé le pays dans une faillite que personne ne veut reconnaître, mais qui en fait, existe bien.

En 2017, les élections présidentielles ont porté au pouvoir Emmanuel Macron qui représentait pour un certain nombre de nos concitoyens, le renouveau politique et surtout la relance du système économique par la croissance.

Deux ans après, c’est la grande déception pour plus de 70 % des Français qui ne voient dans le chef de l’État, que le président des riches … contre les pauvres.

Certes, la constatation est cruelle, mais c’est aussi largement dramatique et très angoissante.

Macron qui se veut européen et mondialiste, ne se contente pas de « tirer sur l’ambulance » en détruisant le pouvoir d’achat des citoyens et en réduisant à la misère ceux et celles qui étaient déjà dans une situation très fragile. Il asphyxie les classes moyennes et les classes populaires pour enrichir toujours plus, les grands privilégiés de la Nation.

Non content de se comporter en traître du peuple, non content de porter au plus niveau ses manipulations politiques, il multiplie les actes anti-républicains en vendant la France aux étrangers.

Pour faire court, on ne reviendra pas sur les dysfonctionnements de la présidence qui ont connu et et qui connaissent encore les affaires Benalla et consorts. On en reviendra pas non plus sur l’autoritarisme et le sectarisme du chef de l’État qui s’apportent volontiers à une début de dictature.

L’important aujourd’hui, c’est ce que veulent en réalité les Français pour les mois qui arrivent.

1. Soit continuer la politique destructrice du président Macron en attendant patiemment l’échéance de 2022 pour lui donner un successeur. « Tant pis pour les dégâts diront certains, ce que nous voulons, c’est vivre notre petit train-train quotidien, aller au resto, au cinoche, faire notre sport et partir aux sports d’hiver et en voyage. Le reste, on s’en fiche ! »

Cette conception des choses, c’est celle qui s’apparente à l’époque du « veau d’or. »

2. Soit changer de politique pour rétablir la justice sociale et les équilibres républicains. Pour obtenir cette transformation, il faudrait que Monsieur Macron consente à engager les réformes profondes auxquelles aspire une majorité de citoyens. Jusqu’ici, le chef de l’État s’est obstiné dans sa politique étroite et anti-républicaine.

Alors, c’est aux citoyens qu’il appartient de faire pression sur le président pour obtenir un minimum de réformes et notamment les suivantes ::

- augmentation du pouvoir d’achat par la revalorisation sensible des salaires et des pensions de retraite,

- diminution des impôts sur le revenu,

- diminution (ou suppression provisoire) du taux de TVA sur 200 produits de première nécessité.

Si Monsieur Macron refuse de passer aux actes de réforme, il faudra alors employer la force (manifestations et grèves) pour le contraindre à exécuter les doléances citoyennes, jusqu' à obtenir la dossolution de l'Assemblée Nationale.

Attention : il n’est pas question de demander tout et n’importe quoi. C’est d’ailleurs le problème qui résulte du Grand Débat où les revendications ont été trop nombreuses et parfois irréalistes. À ce niveau, il faut être sérieux et exiger du chef de l’État que ce qui est possible et réalisable.

Les autres revendications devront être traitées selon l’importance et la priorité qu’on peut leur accorder et ce, au fur et à mesure au fil des mois à venir.

Ainsi, les citoyens doivent comprendre que la douloureuse situation que notre Pays subit depuis plusieurs années, devient aujourd’hui, extrêmement grave.

S’il s’agit bien évidemment du salut de la France à l’heure actuelle, il faut aussi se tourner vers l’avenir qui aura une influence positive ou négative sur les jeunes générations, selon l’évolution de la conjoncture du moment.

Notre Pays est au bord de l’abîme, c’est-à-dire dans la déroute complète comme ce fut le cas pour la nation française quand Napoléon 1er perdit en 1812, la bataille de la Bérézina, rivière de Biélorussie où l'Empereur et son armée subirent une défaite cuisante dont l'empire ne sera relèvera jamais.

Bien qu'ici, le drame actuel ne soit pas militaire, il n’en reste pas moins vrai que la France est épuisée et, à ce stade, pour peu que les difficultés continues à s’amonceler, elle entrera très bientôt dans une période révolutionnaire où rien alors ne pourra plus être maîtrisé.

Pierre Reynaud

MACRON LA DÉFAITE ?

FAIRE UN DON

Date de dernière mise à jour : 26/04/2019

×