LA VIE MÉDIOCRE

La pauvreté s'est imposée dans le débat public, balayant les termes tels que « populations défavorisées », « précarité » ou « exclusion sociale », comme si, désormais, elle concernait beaucoup plus de monde, jusqu'aux classes moyennes.

Selon Louis Maurin, fondateur de l’Observatoire des inégalités et co-auteur d’un rapport sur la pauvreté en France paru en octobre« depuis 2000, elle ne recule plus comme nous nous y étions habitués depuis les années 1960, et c’est une rupture historique dans notre histoire sociale. Il ne s’agit pas d’un appauvrissement massif des plus pauvres, mais d’une augmentation du nombre de personnes qui décrochent du niveau de vie des classes moyennes ».

Aujourd'hui, la pauvreté angoisse un nombre grandissant de Français : selon le baromètre annuel d’opinion du ministère des solidarités et de la santé, un quart des ménages interrogés déjà en 2015 craint de devenir pauvre dans les cinq ans, une forte inquiétude qui se diffuse dans en particulier dans les classes moyennes.

Cinq millions de personnes, soit 628 000 de plus qu’en 2006, vivent aujourd’hui avec moins de 855 euros par mois (chiffres 2016), soit la moitié du revenu médian. Un critère que Louis Maurin préfère à celui choisi par l’Union européenne, de 60 % de ce revenu médian, soit 1 026 euros par mois : « Il cerne mieux la situation de privation et n’amalgame pas des situations trop différentes », estime-t-il

Alors, il est clair de se poser la première des questions quant au niveau de vie du citoyen lambda : comment peut-on vivre avec 1.000 € par mois et souvent même au dessous de ce revenu ?  C'est une véritable hantise chez  n'importe quelle personne confrontée à ce problème : SURVIVRE et de quelle manière ?

Hélas, Monsieur MACRON et toute son équipe ne se posent pas toutes ces questions. Ils vivent dans l'opulence et ne se sentent pas concernés par ces grosses difficultés qui angoissent bon nombre de nos concitoyens

Alors, où est la République dans tout cela ? La France est-elle encore le pays des droits de l'Homme et celui de la Démocratie comme le prétendent encore certains ?  A l'heure actuelle, on peut en douter fortement car les droits de chacun commencent inévitablement par un travail réel et une vie décente.

 

 

×