Articles de pierre75017
  • Historien

Centres d'intérêts :
Histoire Littérature Cinéma Théâtre

Citation préférée :
Chaque homme dans sa nuit s'en va dans sa lumière. Victor Hugo

Articles de pierre75017

Pour Macron la France va bien : il ment, il la détruit méthodiquement

Par Le 14/01/2024

Encore une séance de bla-bla hier soir, pour nous endormir et nous persuader que tout va bien.

Surfant sur une semaine sans couac, avec la visite de Charles III, l’accueil du pape à Marseille et un début de Coupe du monde bien engagé pour les Bleus, Macron a cru bon de se livrer une nouvelle fois à son exercice préféré dans lequel il excelle : une séance d’autosatisfaction où le mensonge éhonté le dispute à la mauvaise foi la plus grossière.

Une semaine faste, sans émeutes, sans voitures brûlées et sans manifestations au cri de “Macron démission”. C’est rare.

Macron nous a donc livré son monologue habituel, évacuant les questions qui dérangent et réduisant le rôle des journalistes à celui de figurants inutiles.

VOEUX DE MACRON : L'OFFENSIVE

L’Allemagne politique est dans un cul-de-sac et elle s’enfonce dans la crise

Par Le 13/01/2024

Manifestations monstres à Berlin et en Allemagne, crise de l’énergie, fragilité de l’industrie, menaces de fermeture, de multiples crises touchent l’Allemagne. Quelle en est l’origine et comment le pays peut-il en sortir ? Samuel Furfari, professeur en politique et géopolitique de l’énergie à l’École Supérieure de Commerce de Paris, ancien haut fonctionnaire à la Direction générale énergie de la Commission européenne, a été interrogé dans Conflits :

Manifestations. En Allemagne, l'austérité budgétaire suscite “la fureur”  des agriculteurs

Pourquoi la première puissance de l’Europe est-elle frappée par une telle crise ?

L’Allemagne a succombé à l’idéologie. Il ne faut pas oublier que les Allemands sont d’abord des pacifiques du fait de la Seconde Guerre mondiale. Ils ont associé guerre et nucléaire. Les pacifistes allemands sont donc antinucléaires aussi concernant la production d’énergie. Le deuxième élément est que les soviétiques d’Allemagne de l’Est ont convaincu les Allemands de l’Ouest que le nucléaire n’était pas nécessaire. L’URSS voyait que l’occident prenait un trop grand avantage avec le développement du nucléaire, il fallait stopper cet élan. Ces causes ont convaincu l’Allemagne d’être majoritairement antinucléaire. À partir de ce moment-là, il a fallu trouver autre chose pour produire de l’électricité.

Le pays a toujours beaucoup consommé de charbon, il possède la septième réserve mondiale de charbon essentiellement sous forme de lignite. Pour le maintenir tout en prenant une ligne écologique, les Allemands ont donc souhaité développer l’énergie renouvelable. Et après tout, pourquoi pas ? C’était logique d’essayer, l’Union européenne ayant développé ces technologies depuis les chocs pétroliers des années 1970. Mais,

c’est un échec, le renouvelable ne produit pas assez d’énergie et coûte très cher pour un impact minime sur la planète. La grosse partie de l’énergie éolienne en Allemagne est produite en terre. Le pays doit maintenant développer celle en mer, car les espaces sur terre sont presque saturés. Or, si les éoliennes en terre sont délicates, en mer, elles le sont encore plus. Elles tombent souvent en panne à cause des embruns. Et les coûts de maintenance et de réparations sont énormes. Plus l’Allemagne construit d’éoliennes en mer, plus l’énergie coûte cher. C’est l’une des causes de l’augmentation du prix de l’énergie. Mais aujourd’hui, le gouvernement a fait passer l’augmentation de ces prix au travers de subsides directs, c'est-à-dire que ce sont les taxes des Allemands qui payent le surcoût de l’électricité renouvelable.

Devant les échecs, il faut ouvrir les yeux, mais l’Allemagne politique ne veut pas admettre qu’elle est dans un cul-de-sac, et elle s’enfonce dans la crise.

Quand a commencé cette politique du renouvelable ?

L’idée existe depuis les années 1970-1980. Ce n’est pas à cause du changement climatique que l’on a privilégié les énergies renouvelables, mais pour répondre aux chocs pétroliers. Mais c’est surtout à partir des années 2000 que les Allemands ont commencé à croire fermement au renouvelable avec une stratégie appelée EnergieWende que nous avons traduit par transition énergétique. En 2005, Mme Merkel a demandé au président de la Commission européenne de développer une feuille de route pour imposer les énergies renouvelables, pour obliger tous les pays européens de s’y mettre. J’ai personnellement travaillé sur ce dossier. L’UE avait proposé un paquet climat-énergie, avec la promotion des énergies renouvelables et la réduction des émissions de CO₂ que la France a interprété comme « nucléaire ».

L’adoption politique de la directive date de décembre 2008, sous Nicolas Sarkozy, qui a lui-même négocié cette directive. Il défendait une politique fondée sur le nucléaire alors que les Allemands misaient sur le renouvelable. Ce fut un grand marchandage. Sarkozy a été abusé, car les Allemands ont maintenu leur opposition au nucléaire. L’Allemagne a entraîné toute l’Europe dans sa voie.

Face à la crise de l’énergie, comment le gouvernement Scholz réagit-il ?

Le gouvernement est complètement coincé dans sa politique. Dans son analyse « Besoins de financement pour la production d’électricité jusqu’en 2030 », l’Institut pour l’économie de l’énergie de l’université de Cologne estime les investissements nécessaires pour l’énergie éolienne à environ 75 milliards d’euros et pour l’énergie solaire à 50 milliards d’euros. À cela s’ajoute le coût du remplacement et de la maintenance des éoliennes et des panneaux solaires existants, qui devront être remplacés au cours des prochaines années. Personnellement, je n’accorde que peu d’attention aux prévisions chiffrées, car je sais comment elles sont établies. Beaucoup plus importante est l’affirmation des auteurs selon laquelle il ne faut pas s’attendre à ce que ces nouvelles centrales puissent financer leurs coûts d’investissement sur le marché de l’électricité. Ils ne le disent pas, mais c’est parce que le prix de l’électricité en Allemagne est déjà trop élevé par rapport au reste de l’UE. Le gouvernement va accorder des subventions, c’est-à-dire qu’il va taxer !

Une taxe sur le CO₂ de 30 € la tonne existait déjà, à partir de début janvier, elle passe à 45 €. Pour les familles, cela fait une augmentation de 100 € par an, ce qui est peu, mais à l’échelle d’un pays, c'est beaucoup.

Si c’est généralement surmontable pour un foyer, tout l’enjeu est à l’échelle macroéconomique. Multiplié par plusieurs dizaines de millions de foyers et d’entreprises, l’impact représente un poids énorme pour l’économie du pays. On annonce des chiffres qui concernent les particuliers, omettant toujours de parler des coûts pour l’ensemble du pays. Le pire, c’est que tout cela est inutile. Si, en payant un peu plus leur énergie, les Allemands avaient un impact sur le climat, cela pourrait avoir un sens. Mais, le résultat est dérisoire, et les gens commencent à comprendre qu’on les a trompés. Depuis que l’Allemagne s’est lancée dans l’EnergieWende, les émissions mondiales de CO₂ ont augmenté de 61 %. C’est grâce à cette prise de conscience que 2023 est un tournant, un vrai pas comme le Wende de l’énergie. Quand on se rend compte que les belles paroles n’ont aucun effet réel sur planète, et qu’elles rendent la vie plus dure, les gens finissent par bouger.

Les fermiers ont dernièrement exprimé leur mécontentement. Le gouvernement allemand, dans son budget 2024, avait décidé d’augmenter les taxes sur le carburant des agriculteurs. Ces derniers se sont rassemblés dans de grandes manifestations (7 000 tracteurs à Berlin), car la conséquence sur leur portefeuille est très importante. Le gouvernement a eu peur et vient d’annoncer qu’il renonce à une des mesures décidées :  « Contrairement à ce qui était prévu, l’avantage fiscal sur les véhicules pour la sylviculture et l’agriculture est maintenu«, indique un communiqué de presse du gouvernement.

Mais les agriculteurs ne décolèrent pas et veulent l’abandon de toutes les mesures décidées à leur encontre. Le 8 janvier, une manifestation d’envergure contre le prix de l’énergie aura lieu en Allemagne, et une grosse partie de la classe ouvrière compte s’y joindre, ce qui va embêter le chancelier Scholz dont le parti SPD est proche des syndicats. Et une autre est annoncée pour le 15 janvier.

Le gouvernement est en grande difficulté, car le 15 novembre 2023, la Cour constitutionnelle a annulé le « fonds de transition énergétique » de 60 milliards d’euros, destiné à subventionner les énergies renouvelables. Berlin devra trouver cette somme supplémentaire, tout en respectant l’obligation de « frein à l’endettement » inscrite dans la Constitution. […]

Quel sera l’impact de la crise énergétique sur l’industrie allemande ?

L’industrie allemande, surtout l’industrie chimique, a bénéficié durant des années d’un prix de l’énergie relativement bas grâce au gaz russe fourni par Gazprom. N’oublions pas que les hydrocarbures ne sont pas uniquement une source d’énergie, mais également la matière première de l’industrie chimique, industrie si importante en Allemagne. Les hauts salaires allemands étaient compensés par le bas prix du gaz. Ce gaz n’étant plus disponible, l’avantage a été perdu. Il en découle une crise économique d’envergure. L’industrie chimique allemande est la plus touchée et s’organise pour délocaliser. Le gouvernement allemand a finalement choisi de réagir et vient de signer un accord d’approvisionnement en gaz avec la Norvège pour 50 milliards d’euros. C’est une entreprise allemande d’État, la SEFE (ex-Gazprom Allemagne nationalisée), qui a passé le marché parce que l’Allemagne a besoin de stabilité. Les Allemands commencent donc à comprendre que le pays a besoin de gaz et de charbon pour fonctionner, et que le tout renouvelable qu’ils financent abondamment est une utopie. On leur a menti en disant que tout allait être renouvelable, propre et bon marché, mais à présent le gouvernement court comme une poule sans tête pour trouver du gaz là où il peut, quel que soit le prix. Les Allemands ont compris.

Si les entreprises commencent à délocaliser à cause du prix de l’énergie, le taux de chômage va bondir, et le mécontentement sera encore plus fort. Comme toujours en économie, tout se tient. […]

La Rédaction internationale

GALETTE DES ROIS À AIX-EN-PROVENCE

Par Le 04/01/2024

Pour bien commencer cette année 2024, à l’occasion de l’épiphanie et de la galette des Rois, La France Libérée vous invite cordialement à venir partager un moment de convivialité.

Dans le respect des traditions, ce sera l’opportunité d’échanger nos vœux dans une ambiance de détente, de bonne humeur et d'animation musicale en savourant les « galettes provençales » autour du verre de l’amitié.

Venez nous retrouver dans les locaux du journal le dimanche 7 janvier 2024 à partir de 14 h 30.

- Adresse :

Domaine de La Parade - Route des Milles - 13100 Aix-en-Provence

La galette des rois à l'école – Ecole Elémentaire de Still

 

 

 

Un entretien avec Patrick Jardin sur le site Réseau Libre

Par Le 28/10/2023

Patrick Jardin bonjour!

Vous inaugurez la rubrique “interviews” de Réseau-Libre, qui donnera la parole à des “figures” de la “fachosphère” comme les désignent nos ennemis; une appellation qui ne nous déplait pas. Tout le monde vous connait, hélas peut-on dire, à travers l’assassinat de votre fille par des musulmans au Bataclan. Nous connaissons votre combat courageux et honorable mais voudrions avoir votre opinion sur la situation générale en France et son évolution.

Je suis très honoré d’être le premier à inaugurer votre rubrique “interview” après la censure récente sur Cnews cela me remet un peu de baume au coeur….

Comment décririez-vous la situation générale de la France, en quelques mots?

Vous ne serez pas surpris si je vous dis que la situation de la France notre merveilleux pays est dans une situation catastrophique depuis l’avènement de Macron ce pays fonce dans l’abîme plus aucun secteur ne fonctionne: Inutile ici de parler de la dette abyssale qu’il a créé dont je pense nous nous remettrons jamais car nous n’arrivons même pas à payer les intérêts de la dette ….et ce qui me préoccupe encore plus c’est que les détenteurs de notre dette sont les pays du golf ce qui fait qu’à plus ou moins brève échéance nous serons à leur merci!Il faut savoir que la France est en position de dépôt de bilan.

Concernant le pouvoir d’achat il ne fait que de baisser deux causes apparemment évidentes:

1° le prix du pétrole qui ne fait qu’augmenter alors que le prix du baril est quasiment stable,

2°le prix de l’électricité par la faute de Macron et du ministre de l’économie (vous savez celui qui a du mal avec son salaire de ministre d’acheter des paquets de pâtes pour ses 4 enfants et qui déclare vouloir mettre par terre l’économie Russe (vous me direz qu’il a aussi avant d’être ministre déclaré que Macron était un bon a rien et que son programme était »vide mais ça c’était avant d’être ministre) qui a d’abord supprimé nos centrales nucléaires alors que nous avions l’électricité la moins cher du monde et a accepté les désidératas de L’Allemagne qui elle se fout complètement de l’écologie et produit de l’électricité avec du charbon et qui nous a obligé à accepter d’aligner le prix de l’électricité sur le prix du gaz de la voix même de mon ami Loïc Le Floch Prigent.

C’est une énorme connerie excusez moi du terme. Conjointement à cela l’Europe nous oblige à revendre une part de notre électricité aux autres pays Européens et d’en racheter à un prix supérieur à ces mêmes pays. C’est l’accord qu’à signé notre Beethoven de l’économie contre tous les principes, c’est à dire vous devez vendre 100 et vous devez racheter 120 belle performance, il faut être complètement con pour signer un tel accord!

Je comprends mieux le financement de la campagne de Macron par Rotschild, ils étaient pressés de se débarrasser d’une telle nullité ce mec est FOU!

La police est démobilisée et est soit en grève soit en prison, la délinquance est partout avec environ 3 homicides par jour, et 353600 coups et blessures par an soit environ 1000/par jours et d’année en année ces chiffres progressent d’environ 10%. A mettre en rapport avec l’augmentation des flux migratoires qu’on le veuille ou non (500000/an) et le remplacement de la population.

L’armée est sous armée de sorte qu’elle n’a pratiquement plus de munitions et qu’en cas d’agression l’agresseur quelqu’il soit serait à Paris en 48 Heures mais c’était déjà le cas du temps de Hollande, Macron en diminuant les crédits de l’armée n’a fait qu’amplifier le problème (voire le Général Devilliers).

Le « résistant » Erwan Chartier voulait nous ruiner : fiasco judiciaire mémorable.a

Par Le 28/10/2023

Erwan Chartier vous ne voyez pas de qui il s’agit ? C’est le rédacteur en chef du petit journal gauchiste « Le Poher » qui doit tirer à 1 000 ou 2 000 exemplaires par semaine et qui est basé pas très loin de Callac.

Ces derniers temps on voyait beaucoup le « résistant » Erwan Chartier sur les plateaux télé et dans la presse. Pensez donc il a même écrit un livre, un petit livre d’après ce que j’ai vu lorsqu’il l’a montré au cours d’une émission à sa gloire, sur FR3 me semble-t-il. Il paraît que dans ce livre il parle de la résistance notamment FTP (communiste) à Callac durant la seconde guerre mondiale et fait d’après ce que j’ai compris un parallèle avec le combat mené à Callac pour la venue de migrants et contre les horribles « fachos ».

En clair, dans le combat mené à Callac contre le projet Horizon qui entendait faire venir plusieurs centaines de migrants, nous étions les « nazis » et les immigrationnistes étaient les FTP des temps modernes.

N’ayant pas lu le livre, et je ne vais pas donner de l’argent à ce « résistant » pour en prendre connaissance, je me demande si dans sa glorification de l’action des FTP il a oublié ou pas d’indiquer que le 23 août 1939, était signé un pacte de non agression entre l’URSS et l’Allemagne nazie. Pacte connu sous le nom de pacte germano-soviétique.

Irrésistible Goëlo, une balade au fil des pages avec Erwan Chartier-Le  Floch et Hervé Ronné

Dissolution de Civitas : la dictature qui s’installe visera demain le RN et R!

Par Le 06/10/2023

Et un de plus. Notre ministre de l’intérieur vient d’accrocher un nouveau trophée de chasse à son mur en y suspendant la tête de Civitas. Depuis Août il avait demandé à ses services de travailler à cette dissolution, il vient de l’obtenir et le conseil des ministres d’hier a décidé de l’approuver.

Évidemment, c’est l’euphorie du côté des bien pensants et autres gauchistes de tous poils. Ils défendent la « République » qui serait soi-disant menacée, mais leur manière de la défendre se résume à la méthode employée en 1793… couper la tête de quiconque ne partage pas leur point de vue.

Une société qui se renie ne peut engendrer que du mépris

Par Le 01/10/2023

Lorsque le président affirme qu’il n’y a pas de culture française, comment voulez-vous que des individus issus d’autres cultures s’assimilent à la culture française puisque celle-ci n’existe pas ? 

Pourtant, plus la France sera française, plus les immigrés, d’où qu’ils viennent, s’assimileront, y compris les jeunes musulmans. Pour donner une image parlante de l’assimilation à la française : il vaut mieux des « beurettes » en mini-jupe lisant du Montherlant, que des barbus dans les banlieues proférant des sourates. Cette assimilation est toujours possible, et ce sont les femmes qui l’illustrent le mieux.

Il suffit de voir l’ancienne secrétaire d’État Jeannette Bougrab, l’ancien ministre Rachida Dati, la responsable politique Lydia Guirous, la journaliste Sonia Mabrouk, l’essayiste Malika Sorel, pour s’en rendre compte. Quant aux hommes, tous les musulmans ne sont pas des terroristes, et je suis persuadé que si la France arrête de se culpabiliser, de se flageller, et redevient fière et puissante, ils ne la rejetteront pas, bien au contraire.

La culture française | PPT

Fabien Roussel, le nouveau Jacques Doriot ?

Par Le 28/09/2023

Fabien Roussel est-il le Jacques Doriot du XXIe siècle ?

La question est posée publiquement depuis que Mélenchon et sa très proche collaboratrice, Sophia Chikirou, ont établi en parallèle entre l’homme politique de la première moitié du XXe siècle et l’actuel secrétaire national du PC.

Mercredi dernier, la député LFI Chikirou a en effet diffusé des propos polémiques dont elle n’était pas l’auteur, qui établissaient un parallèle entre le dirigeant communiste d’aujourd’hui et le politicien d’hier.

Rappelons qu’en 1934, Doriot, qui était l’un des principaux dirigeants du PC « F » (totalement inféodé à Staline, selon le schéma mis en place par la IIIe Internationale)) fit scission du parti, pour se rapprocher de la gauche non communiste, dans un premier temps, et évoluer par la suite dans le sens d’un front anticommuniste, pour finir, plus tard encore, par combattre physiquement le bolchevisme, sur le front de l’Est.

FABIEN ROUSSEL JACQUES DORIOT

Les jeunes incarcérés des cités sont-ils considérés comme des « prisonniers politiques » ?

Par Le 27/09/2023

On sait la phrase de Karl Marx à propos de l’Histoire : « La première fois comme une tragédie, la seconde comme une farce. » Mais que dire de la sortie d’Anasse Kazib à l’occasion de la manifestation contre les violences policières tenue ce week-end ? Il exige « l’amnistie totale de tous les jeunes de quartiers incarcérés qui sont des prisonners politique ». Mascarade, simple foutage de gueule ? On est en droit de se le demander.

BANLIEUES

Pour Macron la France va bien : il ment, il la détruit méthodiquement

Par Le 27/09/2023

Encore une séance de bla-bla hier soir, pour nous endormir et nous persuader que tout va bien.

Surfant sur une semaine sans couac, avec la visite de Charles III, l’accueil du pape à Marseille et un début de Coupe du monde bien engagé pour les Bleus, Macron a cru bon de se livrer une nouvelle fois à son exercice préféré dans lequel il excelle : une séance d’autosatisfaction où le mensonge éhonté le dispute à la mauvaise foi la plus grossière.

Une semaine faste, sans émeutes, sans voitures brûlées et sans manifestations au cri de “Macron démission”. C’est rare.

Macron nous a donc livré son monologue habituel, évacuant les questions qui dérangent et réduisant le rôle des journalistes à celui de figurants inutiles.

NAGORNY-KARABAKH : L’UNION EUROPÉENNE FAIT LE SERVICE MINIMUM

Par Le 25/09/2023

Pour l’Azerbaïdjan, le Kabarakh est un problème d’amour-propre, pour les Arméniens, c’est une question de vie ou de mort ». ( Andrei Sakharov, en 1989.)

Depuis la chute de l’URSS en décembre 1991, et les mauvais partages territoriaux issus de la défunte Union soviétique, toutes les Républiques au début de  la période post-communiste, ont connu des tentatives sécessionnistes plus ou moins réussies.  En Fédération de Russie même, c’est le Tatarstan et surtout la Tchétchénie qui « ont bougé les oreilles ». Si la première est rentrée dans le rang pacifiquement, il aura fallu deux guerres pour « normaliser » la seconde. Et encore, Poutine a-t-il dû concéder une très grande autonomie au « roitelet » local, Ramzan Kadyrov, que l’on dit au plus mal.

HAUTKARABAK

Une belle journée ou la plage aux romantiques

Par Le 25/08/2023

Les vacances se terminent bientôt. Mais que de souvenirs pour ce bel été 2023 ! On ne pourra pas oublier les belles plages sous le soleil, le sable fin, les soirées au clair de lune et les moments exquis où naissent les amités et l'amour !

Voici quelques photos qui vous feront rêver et qui vous rappelleront des journées magnifiques et peut-être inoubliables !

La plage aux romantiques