Pierre Drieu la Rochelle – Prestige de la Femme - VIDÉO

Brigitte est-elle la régente du royaume ?

Étonnamment, quand on lit ce qu’écrit Drieu la Rochelle (DLR) dans son Journal 1939-1945 sur le rapport à la femme des régimes fascistes et communiste, on peut largement, 80 ans plus tard, y inclure le régime néolibéral, qui est un mélange de fascisme et de communisme, mais sans la coercition physique.

On le voit par exemple dans la dérive tyrannique de l’Union européenne, une dérive qui était évidemment en germe dès les années 50, quand l’Amérique organisa l’Europe à son image et selon ses intérêts.

La femme européenne est aujourd’hui plus libre que la femme soviétique ou la femme allemande des années 30, mais si elle a gagné sur le plan sociétal, elle a perdu sur le plan maternel et purement amoureux. De quelle liberté parle-t-on, quand elle est imposée par un modèle social surpuissant qui veut la déconstruction de la Mère et de la Vierge ?

On n’a rien sans rien, et le capitalisme ne fait pas de cadeaux : s’il donne un ici, c’est pour reprendre deux là. Le modèle de femme dite réussie pour la majorité des jeunes filles aujourd’hui est une prostituée creuse (de droite) aliénée à la consommation – d’hommes et d’objets – ou une lesbienne haineuse (de gauche) nullipare.
Ce sont en tout cas deux directions encouragées par la socio-culture, le résultat d’une triple éducation de masse à travers école, médias et gouvernement.

Se libérer de l’homme revient à se libérer de l’amour. Et ça vaut pour les hommes aussi, qui eux n’ont jamais eu envie de se libérer de la femme... Mais échapper à une prétendue aliénation – l’amour est une aliénation consentie ! – pour retomber dans une autre (moins visible) n’est pas une libération : c’est un piège tendu par le Système.

DLR a raison sans le savoir, les reines et régentes d’autrefois avaient plus de pouvoir symbolique et politique que les Hidalgo, Pécresse et Bergé d’aujourd’hui.

Plus rien d’admirable ni de transcendant chez ces dernières ! Blanche de Castille, mère de Saint Louis, c’était autre chose que les bouffonnes actuelles fabriquées par le Système. Comment respecter des sottes positivement discriminées ? Sont-elles placées là à dessein pour promouvoir une déconstruction de la Femme et de l’intelligence ?

Si l’on voulait être taquins, on dirait que ce sont les homosexuels qui ont remplacé les femmes au Château.

À ce propos, Brigitte est-elle la régente actuelle, la reine-mère ?

 

Date de dernière mise à jour : 23/04/2024

  • 4 votes. Moyenne 4.8 sur 5.