Créer un site internet

Des activistes nigérians condamnent les « mariages forcés » de masse de 100 filles et jeunes femmes...

Pétition lancée pour mettre fin à une cérémonie de masse qui, selon les organisateurs, est destinée à 100 orphelins dont les parents ont été tués par des gangs.

Une file de femmes portant des robes rouges.

Des mariées en route pour une cérémonie de mariage de masse dans l’État de Kano, au Nigeria, en octobre 2023. 

Photo : Kola Sulaimon/AFP/Getty Images

 

Des militants des droits de l’homme au Nigeria ont lancé une pétition pour arrêter un plan visant à pousser 100 filles et jeunes femmes à se marier lors d’une cérémonie de masse, qui a provoqué l’indignation dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Le plan, parrainé par Abdulmalik Sarkindaji, le président de l’Assemblée nationale de l’État du nord-ouest du Niger, à majorité musulmane, a été critiqué par le ministre nigérian des Affaires féminines, Uju Kennedy Ohanenye. Elle a déclaré qu’elle demanderait une injonction du tribunal pour arrêter la cérémonie la semaine prochaine et établir si l’une des filles était mineure.

Sarkindaji a déclaré que les filles et les jeunes femmes étaient orphelines dont les parents ont été tués dans des attaques par des gangs de kidnappeurs qui parcourent le nord du Nigeria. Il a dit qu’il paierait des dots aux mariés.

Une pétition lancée mercredi qui compte plus de 8 000 signatures a déclaré que le gouvernement de l’État du Niger devrait donner la priorité à l’éducation des filles au lieu de les forcer à se marier.

« Nous exigeons une action immédiate pour mettre fin aux mariages forcés proposés et mettre en œuvre des mesures qui permettront à ces filles de mener une vie digne et épanouissante », ont déclaré les militantes.

Les critiques ont exprimé leur inquiétude quant au fait que certaines filles pourraient être mineures ou forcées de se conformer pour un gain financier.

Sarkindaji et le Forum des imams du Niger ont déclaré que la cérémonie de mariage aurait lieu le 24 mai et ont insisté sur le fait que les filles n’étaient pas mineures.

Les mariages d’enfants sont fréquents dans le nord majoritairement musulman, où les niveaux de pauvreté sont plus élevés que dans le sud majoritairement chrétien. Bien que l’âge légal du mariage soit de 18 ans en vertu de la loi fédérale, les États nigérians peuvent fixer leur propre âge.

L’âge légal du mariage au Niger est également de 18 ans, mais le porte-parole de Sarkindaji a déclaré qu’en vertu de la charia, qui est pratiquée dans l’État, une fille peut être mariée lorsqu’elle atteint la puberté.

Après s’être réuni mercredi, le forum des imams a déclaré qu’il engagerait une action en justice contre Kennedy Ohanenye si elle ne retirait pas sa déclaration suggérant que les filles étaient mineures, a déclaré son secrétaire, Umar-Faruk Abdullahi, à la télévision locale.

« Nous avons donné sept jours à la ministre pour retirer sa déclaration qu’elle a utilisée contre nous, contre notre président, contre la communauté musulmane... que nous voulons les forcer à se marier et que les enfants sont mineurs », a déclaré Abdullahi.

Kennedy Ohanenye n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

La Rédaction

Uju Kennedy Ohanenye

La ministre des Affaires féminines, Uju Kennedy Ohanenye, a déclaré qu’elle demanderait une injonction du tribunal pour arrêter la cérémonie. 

 

Date de dernière mise à jour : 17/05/2024

  • 4 votes. Moyenne 4.8 sur 5.
×