Créer un site internet

La droite face au Conseil constitutionnel

La droite face au Conseil constitutionnel : pourquoi doit-elle remercier Fabius ?

Laurent Fabius à Montpellier : "Les anciens présidents de la République  n'ont rien à faire au Conseil constitutionnel" - midilibre.fr

La collusion politique entre Conseil constitutionnel fabiusien et pouvoir macroniste, ne serait donc qu'une fable. Pourtant, une collusion flagrante dès la démarche du président de la République l'appelant à censurer la loi votée par sa propre majorité.

Cette décision du Conseil constitutionnel fera date car, décision politique, elle a immédiatement des conséquences politiques. Laurent Fabius a réussi à amorcer ce que les intéressés ont peine à réaliser : l'union des droites, de LR jusqu'à Reconquête et au RN. En effet, jeudi soir, les trois partis de droite étaient sur la même ligne : Jordan Bardella dénonçant « un coup de force des juges avec le soutien du président de la République », Laurent Wauquiez « un coup d’État de droit ». S'ils avaient encore besoin d'une boussole pour savoir où est leur centre de gravité, Laurent Fabius vient de la leur donner : l'arrêt de l'immigration de masse fait consensus en France et l'unanimité à droite.

Pour l'opinion publique, malgré les postures et les subtilités, la leçon est claire : Fabius et Macron interdisent toute politique anti-immigration. Pour les parlementaires LR, c'est une humiliation : ils ont joué le jeu de la bonne volonté parlementaire et se retrouvent cocufiés. S'ils étaient logiques, ils devraient enfin assumer une opposition franche à Macron et amorcer un rapprochement avec RN et Reconquête. Non pas pour peser (le peuvent-ils encore ?) mais pour survivre !

Mais Laurent Fabius a fait mieux : non seulement il a démontré, en censurant tranquillement les 35 articles votés par le Parlement, que le référendum était la seule voie possible pour légiférer vraiment sur l'immigration, mais il a aussi convaincu ceux qui en doutaient encore à droite qu'une ou plusieurs modifications de la Constitution seront nécessaires, particulièrement pour clarifier les pouvoirs du Parlement et du Conseil constitutionnel, en s'inspirant des pistes préconisées, sur Boulevard Voltaire, par Guillaume Bernard.

Oui, il faut remercier Laurent Fabius. Il faut le remercier, aussi, pour le service après-vente très fébrile qu'il a rendu, vendredi soir, sur France 5 : devant le front commun de la droite, il a tenu à descendre dans l'arène... politique : « Attaquer le Conseil constitutionnel pour une décision qui est parfaitement régulière et dire » que « c’est un coup d’État, non seulement c’est faux, mais d’une certaine manière, c’est une remise en cause des institutions. Et donc je trouve ça très préoccupant », a-t-il réagi sur France 5. Plus tôt dans la journée, il avait déclaré, visiblement piqué par les déclarations des leaders de droite : « C’est très spécifique dans l’Histoire de considérer que ceux qui ont pour charge de dire le droit font un "coup d’État" contre le droit. En général, quand on développe ce genre de propos, ça fait réfléchir. »

Laurent Fabius a peur, et sa peur ne me paraît pas feinte. Que toute la droite parlementaire - et le RN en fait désormais partie - parle à l'unisson de coup d'État doit en effet le faire réfléchir. Et si, en plus, on se souvient que ce même Conseil constitutionnel, présidé par ce même Laurent Fabius, a, il y a deux ans, validé sans ergoter des restrictions de liberté jamais vues, oui, cela fait réfléchir sur l'étendue du pouvoir de cette institution et son (absence de) fondement démocratique. Ajoutées les unes aux autres, ces décisions du Conseil constitutionnel s'apparentent à un coup d'État... permanent. Laurent Fabius doit d'urgence relire Mitterrand.

Et Laurent Fabius sait mieux que personne que, lorsqu'une majorité à bout de souffle ne répond plus aux attentes populaires et utilise des prétextes juridiques ou constitutionnels pour entraver cette même volonté, tôt ou tard survient une grande alternance, comme en 1981, et que la Ve République est tellement bien faite qu'elle permet des modifications substantielles de la Constitution (combien de modifications, depuis 1958 ?) sans révolution, sans coup d'État. De quoi rassurer Laurent Fabius.

Frédéric Sirgant

 

Date de dernière mise à jour : 28/01/2024

  • 8 votes. Moyenne 4.7 sur 5.