Créer un site internet

Le général Jean-Louis Georgelin, responsable du chantier de Notre-Dame, est décédé

DISPARITION « Le PGHM (peloton de gendarmerie de Haute-Montagne) est intervenu sur les pentes du Mont-Valier […] et a découvert le cadavre d’un homme qui a été formellement identifié comme étant le général Georgelin »

GÉNÉRAL JEAN-LOUIS GEORGELIN

Ancien chef d’état-major des armées choisi par Emmanuel Macron pour orchestrer la reconstruction de Notre-Dame, le général Jean-Louis Georgelin est mort vendredi soir à 74 ans lors d’une randonnée dans les Pyrénées. « Le PGHM (peloton de gendarmerie de haute-montagne) est intervenu sur les pentes du Mont-Valier » et « a découvert le cadavre d’un homme qui a été formellement identifié comme étant le général Georgelin », a indiqué samedi un représentant du parquet de Foix, précisant que la piste accidentelle était privilégiée.

Le PGHM a été alerté par le gardien du refuge des Estagnous (2.246 m), en contrebas du Mont-Valier, qui l’a informé qu’un randonneur n’était pas rentré, a précisé le parquet, ajoutant que le général randonnait seul, selon les premiers éléments de l’enquête.

« Le maître d’œuvre de la renaissance de Notre-Dame »

L’annonce de la mort du militaire a suscité une pluie d’hommages. Notre-Dame perd « le maître d’œuvre de sa renaissance », a réagi le président de la République sur le réseau X (ex-Twitter). « Il avait su créer les conditions humaines et d’organisation pour mener à bien la reconstruction de Notre-Dame », a estimé sur le même réseau la maire de Paris Anne Hidalgo. « La France perd un grand serviteur de l’Etat », a renchéri la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse.

De son côté, le diocèse de Paris a indiqué que la messe dominicale de Saint-Germain-l’Auxerrois, dimanche à Paris, sera célébrée à l’intention du général Georgelin. « En attendant de connaître la date de ses obsèques, nous pourrons nous unir par la prière à la messe dominicale de Saint-Germain-l’Auxerrois, qui sera célébrée demain dimanche à 11h30 à l’intention du général Georgelin », fait savoir dans un communiqué l’archevêque de Paris Mgr Ulrich.

Très attaché au patrimoine religieux

« A la fin de l’année, nous verrons la flèche dans le ciel de Paris », s’était félicité le général Georgelin moins d’un mois avant sa mort, le 21 juillet, lors de la répétition générale du montage du premier étage de la flèche de la cathédrale à Briey (Meurthe-et-Moselle). Dans la foulée de l’incendie qui a ravagé en avril 2019 ce monument mondialement connu, il avait été choisi pour faire avancer avec détermination le chantier extrêmement complexe de sa reconstruction.

Carré d’épaules, abord rugueux, grand rire, voix puissante, cet homme très attaché au patrimoine religieux cultivait le lien direct avec les compagnons du chantier, tel un officier avec ses soldats. Mais il pouvait rudoyer ses collaborateurs. Cela avait été le cas avec l’architecte en chef des monuments historiques, Philippe Villeneuve, qu’il avait prié en novembre 2019 de « fermer sa gueule » après s’être déclaré favorable à la reconstruction de la flèche à l’identique. Le général avait nié toute querelle, parlant de « respect et d’estime réciproques ». En bon militaire, il se définissait comme chef d’opérations à la tête d’une « task force » pour Notre-Dame et clamait son obéissance totale à l’Etat.

« Ce n’est pas anormal de choisir un catholique »

Cet ancien élève de Saint-Cyr, chef de l’état-major particulier de Jacques Chirac en 2002, avait été promu général d’armée en 2003. Chef d’état-major des armées françaises (Cema) de 2006 à 2010, il avait supervisé les opérations en Côte d’Ivoire, Afghanistan, dans les Balkans ou au Liban. Originaire d’Aspet (Haute-Garonne), ce général cinq étoiles célibataire, né le 30 août 1948, était cultivé, peu mondain, sobre, et sa foi catholique était aussi ancrée que discrète.

En choisissant un catholique pratiquant pour orchestrer la reconstruction de Notre-Dame, Emmanuel Macron avait pris une décision assez politique et habile, appréciée par la droite, le diocèse de Paris et les fidèles. « Ce n’est pas anormal de choisir un catholique pour une mission pareille », estimait le général Georgelin. « Mon rôle est de rendre la cathédrale dans les meilleures conditions possibles, sans faire n’importe quoi, au culte catholique. » « La France laïque, toutes tendances confondues, a pleuré » en la voyant brûler, soulignait-il toutefois.

Le haut-gradé assurait être « toujours en liaison étroite avec le Président », qu’il avait pourtant critiqué lors de la crise ouverte en 2017 avec son chef d’état-major Pierre de Villiers : « Je peux entrer en contact avec lui quand je l’estime nécessaire. Je crois qu’il m’honore de sa confiance. »

La Rédaction

 

 

Date de dernière mise à jour : 19/08/2023

  • 9 votes. Moyenne 4.7 sur 5.