Créer un site internet

Des agriculteurs de la Coordination rurale rassemblés sous l’Arc de Triomphe, des tracteurs sur les Champs-Élysées

Le syndicat, qui avait froidement accueilli Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture, dit vouloir prendre « pacifiquement » la place de l’Étoile et entend enfin « converger vers Paris ».

DIRECT. Colère des agriculteurs : un convoi d'agriculteurs au château de  Versailles, 66 interpellations à proximité de l'Arc de Triomphe -  ladepeche.fr

CRISE AGRICOLE - Les annonces d’Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture ne suffisent pas à apaiser la colère. Des membres de la Coordination rurale, troisième syndicat agricole du pays, se sont réunis « pacifiquement » ce vendredi 1er mars sous l’Arc de Triomphe, tandis que leurs tracteurs convergeaient vers les Champs-Élysées, à Paris. Environ 150 agriculteurs étaient sur place, en brandissant des drapeaux au milieu de bottes de foin, dès 5 heures, rapportent nos confrères de France info.

« Pour sauver l’agriculture française », le syndicat annonce sur X vouloir rendre « hommage à l’arc de triomphe pour sauver notre agriculture française », et prendre « pacifiquement » la place de l’Étoile et entend enfin « converger vers Paris ».

À France Bleu Paris, le syndicat qui avait fraîchement accueilli Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture dit vouloir bloquer l’A86 et l’A4 au niveau de Saint-Maurice, dans le Val-de-Marne. Selon Le Parisien et BFMTV, l’A4 est partiellement bloqué à 7 heures, à cause d’une « opération escargot », à hauteur de Charenton-le-Pont.

66 interpellations

Avant 7 heures, les forces de l’ordre sont intervenues sur la place de l’Étoile pour évacuer les agriculteurs présents. La circulation a pu reprendre autour du rond-point emblématique.

La préfecture de police a indiqué à l’AFP que 66 personnes avaient été interpellées sur les lieux. Parmi eux, Patrick Legras, représentant de la Coordination rurale, a été appréhendé pour rassemblement interdit et délit d’entrave à la circulation, d’après BFMTV.

« On nous a signés un accord de libre-échange avec le Chili, avec le Kenya, on nous a fait une loi de restauration de la nature qui va encore handicaper notre souveraineté alimentaire aussi bien au niveau européen qu’au niveau français », s’est insurgé le numéro 1 du syndicat auprès de nos confrères. Avant d’ajouter que l’action de ce matin était un « clin d’œil à nos dirigeants » s’étant rendus au Salon de l’agriculture depuis une semaine.*

La Rédaction

Date de dernière mise à jour : 01/03/2024

  • 2 votes. Moyenne 4.5 sur 5.