Législatives 2024 : Éric Ciotti, patron des Républicains, annonce une alliance avec le RN

Nous avons besoin d’une alliance avec le RN », a expliqué le président de LR et député des Alpes-Maritimes dans le JT de TF1. Une prise de position immédiatement saluée par Marine Le Pen.

Coup de tonnerre à droite.

Le président des Républicains a annoncé, ce mardi 11 juin sur TF1, une « alliance avec le Rassemblement national » dans la perceptive des législatives qui vont faire suite à la dissolution de l’Assemblée nationale.

« LR est trop faible pour s’opposer aux deux blocs les plus dangereux » a justifié le patron du parti.

En direct. « Je reste président des Républicains », martèle Eric Ciotti,  malgré les appels à la démission

Dans la foulée, la présidente des députés RN à l’Assemblée nationale, Marine Le Pen a salué aurpès de l’AFP « le choix courageux » d’Éric Ciotti et son « sens des responsabilités ». Jordan Bardella s’est lui empressé de réagir sur X (ex-Twitter) : « Éric Ciotti choisit l’intérêt des Français avant celui de nos partis. »

Éric Ciotti isolé au sein de sa propre famille politique ?

Problème : tout le monde (ou presque) dans son camp s’y oppose. Avant même la déclaration d’Éric Ciotti, à mesure que la rumeur d’un rapprochement avec le RN montait, plusieurs cadres du parti avaient écarté une telle alliance, à l’instar de Xavier Bertrand. 

« L’ADN de la droite républicaine, c’est jamais les extrêmes », a-t-il déclaré sur franceinfo à mesure que la rumeur du rapprochement montait. « Si certains ont envie d’aller avec le RN, qu’ils le disent maintenant », s’est-il agacé, indiquant qu’il n’irait « pas soutenir un candidat de droite qui serait soutenu par le RN ».

Le président des députés LR à l’Assemblée nationale Olivier Marleix, s’est prononcé dans le même sens, en annonçant que les élus de son groupe seraient candidats sous leurs « couleurs », « sans arrangements ». Après la déclaration du président de LR, il appelle désormais, de même que Gérard Larcher, le président du Sénat, à ce que l’actuel chef de file de LR quitte ses fonctions à la tête du parti.

De même, Laurent Wauquiez, président LR d’Auvergne-Rhône-Alpes, qui se rêve candidat de la droite à l’Élysée en 2027, a écarté « le saut dans l’inconnu du RN » et appelé son parti à une « parole indépendante ». 

Les sénateurs LR ont voté et refusé massivement l’hypothèse d’un accord électoral avec le RN aux législatives anticipées, prônant une ligne « d’indépendance » et « d’autonomie », également vis-à-vis de la majorité présidentielle.

Stupeur des anciens LR

Plusieurs anciens membres des Républicains ont aussi réagi à l’annonce. Rachida Dati, aujourd’hui ministre de la Culture, écrit sur X

« Quand j’ai rejoint le gouvernement, je n’ai pas quitté mes convictions de droite, j’ai quitté une ligne politique qui partait à la dérive. Ce que je redoutais vient d’arriver ».

Même stupeur pour le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui estime qu’Éric Ciotti « enfonce dans le déshonneur la famille gaulliste en embrassant Marine Le Pen ».

La Rédaction

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 11/06/2024

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.
×