Jean-François Achilli licencié de Radio France pour faute grave

Le journaliste politique de Franceinfo a été licencié de Radio France « pour cause de manquements répétés aux obligations déontologiques ». Plusieurs enquêtes de presse avaient révélé notamment des échanges avec Jordan Bardella, en vue d’écrire un livre.

RADIO FRANCE - Quelques semaines après avoir été suspendu, Jean-François Achilli a été licencié pour faute grave par Radio France confirment nos confrères de l’AFP et du Point. Il avait été suspendu à titre conservatoire par franceinfo le 14 mars dernier, suite à la publication d’un article du Monde le mettant en cause.

L'affaire Achilli, le sparadrap de Radio France - l'Opinion

D’après cet article, qui citait le président du RN Jordan Bardella, ce dernier avait démarché Jean-François Achilli avant l’été 2023 « pour un ouvrage commun ». Selon le quotidien, M. Achilli, qui interviewe quotidiennement une personnalité politique en fin d’après-midi et coprésente le talk-show d’actualité Les informés en soirée, avait refusé. Il avait ensuite, d’après Le Monde, reconnu devant sa hiérarchie avoir « fait des retours » sur le manuscrit et avait admis avoir rencontré Lise Boël, potentielle éditrice du livre de Jordan Bardella encore inexistant.

D’après nos confrères, l’affaire Bardella n’est pas la seule raison qui justifierait ce licenciement. Libération avait en effet révélé que Jean-François Achilli avait par ailleurs une autre casquette que celle de journaliste. Il a en effet longuement travaillé pour l’entreprise de conseil en communication Tilder, et animé des sessions de « média training » pour cette dernière. Une pratique en principe prohibée, mais jusque-là « tolérée » comme le rappelle Libération.

« Manquements répétés »

Le journaliste est « licencié pour cause de manquements répétés aux obligations déontologiques relatives aux collaborations extérieures » à Radio France, a précisé une source interne de Radio France à nos confrères de l’AFP.

Jean-François Achilli avait réagi après sa suspension et dénoncé la « brutalité » de la mesure. « Je suis abasourdi par la brutalité de la mesure injustifiée prise par la direction de franceinfo à mon encontre, qui nuit gravement à ma réputation », avait écrit le journaliste sur le réseau social X.

Il avait assuré n’avoir « enfreint aucune règle professionnelle ou déontologique ». « J’ai échangé avec Jordan Bardella comme je le fais avec tous les responsables politiques depuis 25 ans. Nous avons parlé, à sa demande, de ce que pourrait être son expression pour un livre d’entretiens. J’ai refusé le projet » La direction de franceinfo avait suspendu le journaliste de 61 ans « à titre conservatoire », « le temps de clarifier la situation ».

Comme le rappellent Télérama et Libération, même si la sanction est lourde, ce n’est pas la première fois qu’un journaliste est licencié pour cette raison. Le 21 mars dernier, quelques jours après les révélations du Monde donc, la direction de Radio France avait même fait un rappel à l’ordre général par mail à tous ses employés concernant le règlement en vigueur sur les collaborations extérieures et potentiels conflits d’intérêts, expliquant notamment l’obligation d’obtenir l’aval d’un supérieur avant d’être envisagée sérieusement.

Ce licenciement met fin à près de 35 ans de présence à l’antenne de Radio France de Jean-François Achilli. Ce dernier pourra porter son affaire devant le conseil des Prud’Hommes s’il juge son licenciement abusif.

La Rédaction avec AFP

Date de dernière mise à jour : 29/04/2024

  • 3 votes. Moyenne 4.7 sur 5.