Créer un site internet

Grand Écrit - Hélène Carrère d’Encausse "L’Empire éclaté"

Mme Carrière d'Encausse

 

Au fil des années, « Grand écrit » vous a fait découvrir des écrivains – célèbres ou plus confidentiels – passés par Sciences Po. Dans le dernier numéro d’Émile, cette chronique est revenue sous une forme revisitée, s’attachant désormais à vous présenter des hommes et des femmes de lettres, élus à l’Académie française, qui ont contribué au développement de la pensée, française et mondiale, notamment dans les domaines de l’histoire et de la science politique. Débuter par Hélène Carrère d’Encausse est une manière de lui rendre un dernier hommage après son décès en août dernier. 

Elle était une femme, enfant d’immigrés naturalisée à sa majorité, et a été, pendant un quart de siècle, à la tête de l’institution quadricentenaire chargée de définir et de défendre la langue française. Cette banalité est aussi une boutade : Hélène Carrère d’Encausse n’aurait pas aimé être présentée ainsi, estimant devoir sa place à la seule valeur intellectuelle de ses écrits. À sa mort, les principales voix militantes n’ont pas déploré la disparition d’un symbole : était-ce parce qu’elle est survenue en plein mois d’août ou parce que sa pensée n’était pas dans l’air du temps ?

Hélène Zourabichvili naît à Paris, en 1929, au sein d’une grande famille géorgienne réfugiée en France. Tout juste diplômée de Sciences Po, elle épouse, en 1952, Louis Carrère d’Encausse, fils de musiciens – son propre frère Nicolas Zourabichvili devient compositeur. 

 

De cette union de 71 ans naissent trois enfants, dont l’écrivain Emmanuel Carrère et la médecin et animatrice de télévision Marina Carrère d’Encausse. Après avoir envisagé de passer le concours de l’ENA, Hélène Carrère d’Encausse se décide pour l’histoire et la recherche, dans les champs que lui ouvre sa connaissance du russe. Après sa thèse sur les émirats ouzbeks, d’Alexandre II à Lénine, dirigée par Maxime Rodinson, elle devient directrice de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), professeure à Paris I puis à Sciences Po, où elle dirigea le DEA des études russes et soviétiques.

En 1978 paraît L’Empire éclaté, qui la rend célèbre. La démarche de l’ouvrage est simple : c’est une analyse du dernier recensement de l’Union soviétique comparé à ceux qui l’ont précédé, y compris à la fin de la Russie tsariste. L’universitaire y examine les chiffres de la population, recensée par république, par nationalité, l’appartenance ethnique déclarée, par le mariage, par la langue maternelle et les langues parlées, par la religion et la pratique religieuse, par l’école fréquentée. Tout en s’appuyant sur sa connaissance fine du monde russe, elle ne cherche pas de loi générale, mais constate et explique des évolutions.

On ne peut que se rendre à l’évidence des chiffres, qui sont ceux, d’ailleurs, des responsables soviétiques : à l’intérieur de l’URSS, cohabitant au demeurant avec l’appartenance soviétique, les sentiments nationaux demeurent vivaces. Ils peuvent reposer sur l’appartenance religieuse – catholicisme lituanien ou islam d’Asie Centrale –, sur la pratique de la langue – l’arménien ou le géorgien – ou sur un territoire, comme dans la République populaire d’Ukraine. La politique des nationalités voulue par les communistes a contribué à entretenir les particularismes qu’ils espéraient voir disparaître progressivement au profit de « l’homme communiste ».

L’historienne souligne la complexité et les fragilités de l’Union soviétique qui recouvre, comme les possessions des tsars de Russie, un empire. Elle n’annonce pas sa chute, pas plus que sa déstabilisation par la démographie des républiques musulmanes, ce qu’on lui reprochera plus tard pour souligner qu’elle s’était trompée ; les critiques les plus véhéments ne lisent pas toujours les livres…

Hélène Carrère d’Encausse ne prédit rien dans L’Empire éclaté. Elle constate la vivacité des appartenances nationales qui, lors de la disparition du communisme, deviendront les ressorts principaux des constructions politiques, dessinant une multitude de nations complexes, bien au-delà des États, et sans que disparaisse l’idée d’empire.

Hélène Carrère d’Encausse poursuit sa carrière universitaire et l’écriture d’ouvrages consacrés à la Russie, sa politique et son histoire. Élue en 1994 au Parlement européen sur une liste RPR-UDF, elle y est vice-présidente de la commission des affaires étrangères. Puis, après être entrée à l’Académie française, en 1990, elle en devient le secrétaire perpétuel, en 1999. Elle y défend la conservation des usages de la langue française, ceux des écrivains passés et présents. Elle s’oppose aux ardeurs militantes qui visent à instaurer l’écriture inclusive et la féminisation des titres et fonctions. Elle assiste à l’ascension étonnante de sa jeune cousine Salomé Zourabichvili qui, après avoir fait elle aussi Sciences Po, réussit l’ENA, devient diplomate, ambassadrice de France en Géorgie, puis présidente de la Géorgie.

Jusqu’à sa mort, en août 2023, elle demeure dans le monde russe, comme en France, une autorité écoutée par les universitaires comme par les dirigeants, dont les présidents Vladimir Poutine et Emmanuel Macron.

Par Pascal Cauchy et Emmanuel Dreyfus (promo 91

Date de dernière mise à jour : 01/05/2024

  • 3 votes. Moyenne 4.7 sur 5.