Guerre en Ukraine : Macron prêt à "envoyer des mecs à Odessa" ? 4 questions sur la phrase "off" prêtée au président français

Une petite phrase, presque passée inaperçue, glissée dans un article du Monde a récemment pris tout son sens. Au lendemain de l'interview d'Emmanuel Macron sur la position française en Ukraine, la perspective de l'envoi "de mecs à Odessa" interroge. Décryptage.

Hérault - Odessa : l'UNESCO condamne fermement l'attaque qui a frappé le  bien du patrimoine mondialOdessa - Palais de l'Unesco

Selon des journalistes du Monde, Emmanuel Macron songerait à l'envoi de troupes en Ukraine depuis un certain temps déjà. Avant même son allocution du 26 février où la fameuse phrase "rien ne doit être exclu" a été prononcée, il aurait confié sa détermination à envoyer des soldats français sur le front ukrainien.

"De toute façon, dans l’année qui vient, je vais devoir envoyer des mecs à Odessa", aurait-il glissé en "off" (hors micro) à l'Elysée, le 21 février. Les journalistes du Monde rapportent que le président aurait lâché cette phrase d'un ton détaché, résigné. 

Depuis, l'utilisation du mot "troupe" a fait polémique et a nécessité une clarification de la part de l'exécutif. Le président avait alors précisé qu'il parlait de "personnel militaire" pour venir en soutien logistique aux forces armées ukrainiennes. Mais les révélations du Monde ont de quoi semer le doute. En parlant de "mecs" à Odessa, Emmanuel Macron semble bien parler de soldats français, or certains sont déjà basés en Roumanie et redoutent une avancée en Ukraine. 

Est-ce confirmé ?

Il n'en fallait en tout cas par plus pour enflammer X (ex-Twitter) où de nombreuses rumeurs se propagent depuis ce jeudi 14 mars au sujet de l'envoi de militaires du 2e REI de Nîmes, si bien qu'une nouvelle clarification a été nécessaire. L'Élysée a démenti, ce matin, les propos rapportés dans Le Monde. Selon Ulysse Gosset, le journaliste de BFMTV, Emmanuel Macron aurait nié avoir tenu ses propos "publiquement". 

Pourquoi Odessa?

Odessa n'est pas une ville comme une autre, selon plusieurs observateurs du conflit : le port du sud-est ukrainien pourrait être le théâtre d'une bataille clé pour les Russes. Située au bord de la mer Noire, Odessa est aussi la porte d'entrée vers la Transnistrie, cette région moldave convoitée par Vladimir Poutine. Si celle-ci venait à être attaquée, cela pourrait être perçu comme le franchissement d'une "ligne rouge" poussant les alliés à intervenir, selon l'analyste Ulysse Gosset.

Un style qui fait polémique

Si le fond semble assez conforme à la position d'Emmanuel Macron, à savoir que la France se tient prête, la forme divise. Le Monde raconte en effet que la phrase aurait été prononcée, tard le soir, en petit comité, un verre de whisky à la main, avec des mots assez "lapidaires" et froids. Un détachement qui tranche avec la réelle inquiétude des Français de voir le pays s'engager davantage dans cette guerre contre la Russie.

Anne-Laure de Chalup

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 16/03/2024

  • 8 votes. Moyenne 4.9 sur 5.
×