Migrants à Châteauneuf-Grasse : un maire impuissant face au département

Depuis le mois de mars dernier, la vie des habitants de Châteauneuf-Grasse, petite commune des Alpes-Maritimes, a radicalement changé. Ce village paisible de 3.600 âmes s'est vu imposer l'arrivée d'une centaine de migrants, sans que le maire lui-même ait été consulté : un changement majeur dans le quotidien de cette commune, où la sérénité a laissé place à la peur.

Le maire d'une petite commune des Alpes-Maritimes pointe ces riches  propriétaires qui ne respectent pas les restrictions d'eau - Nice-Matin

Un business lucratif

En mars 2023, l'hôtel Campanile de Châteauneuf était transformé en centre d’accueil permanent pour jeunes migrants (MNA). Un changement orchestré par l'association Entraide Pierre Valdo, sous l'œil bienveillant du Conseil départemental des Alpes-Maritimes. Concrètement, les 7 employés de l'hôtel ont été licenciés, les 47 chambres de la structure louées par l'association, le tout généreusement financé par le Département. « Pour l'année 2023, une somme de 2.396.210 euros a été octroyée par le conseil départemental pour la prise en charge des dépenses nettes de la structure d'accueil », détaille Le Figaro. Un business lucratif pour le groupe propriétaire de Campanile, donc, qui a signé un accord avec l'association, pour que celle-ci devienne son unique cliente. Avec 6.500€ versés chaque jour à l'Entraide Pierre Valdo par le département, on imagine que le chiffre d'affaire de l'ex-hôtel doit être plutôt plaisant...plus, sans doute, que lorsqu'il jouait son rôle d'accueil pour les touristes. Si certains y trouvent leur compte, ce n'est pas vraiment le cas pour la commune, qui a perdu quant à elle, avec la fermeture forcée de l'hôtel, 20.000 à 30.000 euros de taxe de séjour, soit l’équivalent d’un emploi.

Une municipalité impuissante

Face à cette situation, certains n'hésitent pas à exprimer leur désaccord. Le maire, tout d'abord, mais également ses administrés... les premiers concernés, donc, mais dont l'avis ne semble pas émouvoir grand-monde. Ce sont pourtant eux qui font les frais des nuisances sonores, des déchets entassés un peu partout, ou encore des trafics de drogue. Il y a deux semaines, un employé municipal était même agressé. Depuis des mois, le maire n'a de cesse de faire connaître sa désapprobation, et a même déposé plainte contre le conseil départemental, qui n'a pas même pris la peine de le consulter pour gérer l'accueil de ces mineurs isolés : « La mairie n'est au courant de rien, personne ne nous a informés. Depuis mars 2023, nous n'avons aucune relation avec personne. On est mis devant le fait accompli, et la grogne de 2.000 habitants d'un petit village, les conseillers départementaux n'en ont pas grand chose à faire. », fustige Emmanuel Delmotte, maire de Châteauneuf, au micro de CNews.

ContactLionel Tivoli, député (RN) des Alpes-Maritimes, souligne cette impuissance municipale : « Je ne vois pas trop ce que le maire peut faire, à part appliquer son pouvoir de police, déplore-t-il. Le vrai responsable c’est le département des Alpes-Maritimes, et notamment monsieur Ciotti qui accepte de verser des subventions à l’association qui loue les chambres pour ces migrants.» « Toute cette affaire est très opaque, ajoute-t-il. Ce qui est sûr, c'est que l'arrivée de ces migrants nuit à l'attraction de cette commune, et des communes alentour. C'était le seul hôtel des environs pour accueillir les visiteurs, et il ne fait aucun doute que les commerçants préfèrent recevoir des touristes que des mineurs isolés. » De leur côté, les habitants ont lancé une pétition pour obtenir la fermeture de ce centre, et ont déjà obtenu plus de 2.000 signatures.

Pour l'heure, le département ne semble pas avoir entendu la plainte des Châteauneuvois. Pourtant ceux-ci demandent seulement aux autorités de faire leur travail : les écouter et les protéger.

Marie-Camille Le Conte

Date de dernière mise à jour : 22/12/2023

  • 9 votes. Moyenne 4.7 sur 5.