Le petit bourgeois Mélenchon et l’affairiste Macron unis contre le peuple

Macron-Mélenchon leur opposition c’était bien du bidon, on le savait bien sûr, ils le démontrent encore puisqu’ils sont d’accord sur tout, hormis sans doute l’admiration envers le Venezuela et la retraite à 60 ans, quoique, Mélenchon n’a toujours pas raccroché (de même que Hollande) et Maduro peut en apprendre encore question manip électorale à ces deux apprentis dictateurs…

Certes celle-ci est légale en France, on l’appelle la “tambouille”, mais elle n’a rien à envier avec ce qui est toujours en place au Venezuela en matière de conditionnement et préférence idéologique : les heures sombres ou les lendemains radieux ; il suffit de voir la transe d’une Rousseau les pleurs de la cheftaine écolo, la façon dont le magouilleur Mélenchon se frottait énergiquement les mains (aussi bien que la présidente de la Commission européenne nouvellement réélue), tout à côté de l’ambassadrice du Hamas le soir du 1er tour, pour comprendre que rien ne les sépare d’un Attal ou d’un Macron sinon un à deux degrés de cynisme donc de nihilisme en ce sens où c’est bel et bien la recherche du rien qui les rapproche (Éthique et épistémologie du nihilisme les meurtriers du Sens…) tout en affichant “en même temps” le contraire bien entendu…

Marseille: quand Mélenchon croise Macron... et rétropédale – L'Express

Ils sont en effet d’accord sur l’essentiel : destruction des frontières donc de la distinction entre citoyen et non citoyen, destruction de la famille en rendant indifférent les rôles de père et de mère poussé jusqu’à la confusion entre les sexes ou le devenir queer imposé dès la maternelle, destruction de l’économie par l’asphyxie des petites et moyennes entreprises y compris dans le monde paysan, destruction de l’exception culturelle française en imposant, de fait, des moeurs comme l’uniforme islamique, destruction du Savoir (dont celui de la Science) en les réduisant à de la propagande, injonctions à injecter de façon “plurielle”…

Mélenchon reste un petit-bourgeois arriviste et fielleux qui a certes de la gouaille comme tout bon bonimenteur arrivant encore à vendre sa camelote aux camelots du Roi Macron qui tout comme Attal sont aussi de la même veine sociale : du vilain mal dégrossi croyant qu’il suffit de porter beau parler fort et agiter les bras pour éviter d’être bas du front tant leur ralliement à ce qu’ils dénonçaient, une minute auparavant, “l’alliance de la honte” à propos du conglomérat anti-France de ce que fut autrefois la gauche sociale, ne peut que susciter le mépris ou le dégoût, une hésitation s’instaure, entre ces deux sentiments si salutaires.

Gageons que cette fois cette tambouille empoisonnée risque de ne pas être vendue comme il se doit ; sauf que, pour y pallier, s’organise en douce, comme en 2005, une spoliation des résultats que d’aucuns osent appeler de la résistance alors qu’il s’agit d’un déni démocratique (écrit déjà sur les murs : “à bas la démocratie !”) peu étonnant cependant provenant de ces gens issus de la lumpen-intelligentsia mixant léninisme et césarisme tous deux plongés dans le nihilisme cynique des plus éhontés préparant les massacres façon Saint-Barthélémy et 7 octobre, avec de vibrants autodafés et autres nuits de cristal…

Lucien Samir Oulahbib

 

Date de dernière mise à jour : 03/07/2024

  • 2 votes. Moyenne 4.5 sur 5.